Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'information nationaliste - Page 11

  • Mali : des héros français, pour oublier les lâches, par Ivan Rioufol

    mali-soldats-1c0810489bd663cf907e865cf945a35b7042e20b.jpg

    Dans une France gangrenée par les traîtres, leur mort accidentelle prend une dimension héroïque : les treize officiers et sous-officiers qui ont été tués, lundi soir au Mali, dans une collision entre deux hélicoptères qui les transportaient, forcent l’admiration. Leur destin tragique enchantera les djihadistes du Sahel et des banlieues françaises. Mais l’exemple de ces soldats rappelle qu’il existe encore une jeunesse prête à mourir pour sa patrie, tandis que beaucoup d’autres ont capitulé ou collaborent déjà avec l’ennemi intérieur. Les victimes s’appellent Nicolas, Benjamin, Clément, Alex, Pierre, Julien, Romain, Romain, Alexandre, Antoine, Valentin, Jérémy, Andreï. Ils ont des prénoms et des noms qui se retrouvent familièrement sur les monuments aux morts des guerres passées.

    C’est cette même histoire, généreuse et courageuse, que ces jeunes militaires poursuivaient, en affrontant depuis 2013 les groupes djihadistes au Sahel. L’honneur de la France est de tenir ce front, seule, afin d’épargner à toute une partie de l’Afrique d’être gagnée par le califat, qui servirait alors de possible base arrière à la conquête de l’Europe. “Cette tragédie ne peut être une remise en cause de notre engagement”, a précisé ce mercredi le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre. Reste que la détermination française dans la lutte contre l’islamisme à l’extérieur ne se retrouve pas à l’intérieur.

    La France a un rôle historique à tenir dans la guerre contre l’islamisme, ce totalitarisme du XXIe siècle. Elle ne peut se retirer du Mali, où la population est néanmoins gagnée par un sentiment anti-français, sans perdre la face et laisser un vide qui serait rempli par les mouvements terroristes. Sa présence au Sahel, avec 4500 hommes, est un rempart pour la sécurité des nations européennes. Celles-ci tardent d’ailleurs à lui prêter main forte, financièrement et militairement. L’Union européenne fait des phrases mais n’apporte rien de concret. Cette situation est anormale. Pour autant, l’observateur ne peut être que troublé quand il compare la combativité française au-delà de ses frontières et sa pusillanimité dès qu’il s’agit de résister à l’emprise fanatique dans les cités. La guerre menée au Mali contre l’islam conquérant est destinée à briser les reins d’une idéologie qui déteste l’Occident. Or le pouvoir donne le sentiment, au plan intérieur, de vouloir s’excuser de sa brutalité extérieure.

    Si la main de la France est ferme au Mali, elle tremble dans les banlieues rebelles. L’extrême gauche, on l’a vu lors de la manifestation de la honte du 10 novembre à Paris, a même fait alliance avec les plus rétrogrades des organisations islamistes. Tandis que des héros meurent au Mali, des lâches paradent en France. Ceux-là font honte, voilà tout.

    Ivan Rioufol

    Texte daté du 27 novembre 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

    https://fr.novopress.info/216175/mali-des-heros-francais-pour-oublier-les-laches-par-ivan-rioufol/

  • Dhimmitude : tout le monde ne se laisse pas faire

    2307618253.jpgLa chronique de Philippe Randa

    Lors de sa revue de presse le lundi 18 novembre, la journaliste Amandine Begot sur RTL a dû faire sursauter plus d’un sourcilleux garde-chiourme de la Bien-pensance lorsque celle-ci a raconté la monté des incivilités en France… Dans le temps, les incivilités  expliqua-t-elle, c’était surtout les week-ends, de la part de quidams en fort état d’ébriété. Mais aujourd’hui, c’est partout et à tout bout de champs et par forcément sous l’effet de l’alcool. On crie, on menace pour un oui ou pour un non, pour un regard ou un mot mal interprété, ou encore pour… un refus de dhimmitude !

    Amandine Begot relata le témoignage d’un homme qui attendait son tour à une caisse de supermarché. Une « femme voilée » lui demanda de lui céder sa place. Il refusa parce qu’il était pressé d’aller chercher à temps ses enfants à l’école… Hurlements de la femme voilée à qui il refusait d’obéir et qui l’a poursuivi de ses insultes jusqu’à sa voiture, le traitant de… raciste ! Ben voyons…

    Une scène qui vous en rappelle une autre ? Beaucoup d’autres ?

    Ce qui est plus étonnant, c’est que ce triste – et de plus en plus courant – fait-divers ait été relaté à une heure de grande écoute (juste avant Laurent Gerra). Depuis des décennies, les journalistes avaient appris à taire l’origine des voyous ou autres faiseurs de troubles, terrorisés à l’idée d’être accusé par les associations auto-proclamées anti-racistes de « faire le jeu de l’extrême droite. »

    Comment expliquer un tel changement d’attitude ? Une telle libération de la parole ? Un tel retour à une information libre et honnête sur « la première radio de France » comme RTL aime tant à le rappeler ?

    Tout change pour que rien ne change, dit-on habituellement, mais est-ce toujours exact ? Ne devra-t-on pas dire désormais « Tout change parce que ça a trop changé » ? 

    Diapositive1 copie 10.jpg

    Ecoutez les émissions cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/11/29/dhimmitude-tout-le-monde-ne-se-laisse-pas-faire-6194363.html

  • Royalistes : Formation et militantisme : Bordeaux, Clermont Ferrand, Ile de France, Le Mans, Montpellier, National, Strasbourg, Toulon...

    Annotation 2019-11-29 .jpg

     

    Annotation 2019-11-29 .jpg

     

    Annotation 2019-11-26 21441.jpg

     

    Annotation 2019-11-2.jpg

     

    Annotation 2019-11-28 03323.jpg

     

    Annotation 2019-11-25 182500.jpg

     

    Annotation 2019-11-28 03323.jpg

     

    Annotation 2019-11-29 .jpg

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2019/11/29/formation-et-militantisme-6193288.html

  • L'importance vitale de la souveraineté alimentaire.

    A l’automne 1991, le professeur Maurice Quénet déclarait, devant un amphithéâtre de la faculté de Droit de Rennes bondé d’étudiants attentifs et de quelques auditeurs libres, que désormais la France n’était plus en mesure de se nourrir par elle-même ! Le souvenir m’en est resté jusqu’à aujourd’hui, profondément ancré, et je l’évoque souvent devant mes propres élèves, en me désespérant de voir que, si j’en crois la lecture du dernier numéro de Marianne, les choses n’ont fait que s’aggraver, en ce domaine comme en d’autres. C’est Jean-Claude Jaillette qui en couronne son article d’un titre terrible : « Demain, la faim ? La France n’est plus capable de se nourrir elle-même. » Un article qu’il faudrait découper, plier et ranger soigneusement dans son portefeuille, et ressortir quand les candidats aux élections, avec grand sérieux, nous vantent les mérites de la mondialisation et de la modernité comme de la solution à toutes les crises ; un article pour fermer leur clapet à ceux qui, du haut de leurs grands principes libéraux, condamnent nos agriculteurs au nom du libre-échange et des prix bas nécessaires à leur société de consommation (société de consommation serait sans doute plus juste…), comme Pascal Lamy qui, socialiste moderne, a échangé la destruction de notre paysannerie contre quelques « promesses de bonnes affaires » : « Il a été l’initiateur des négociations portant sur les accords bilatéraux qui font craindre le pire aux paysans français et aux écologistes. L’idée du troc entre l’automobile et la chimie contre notre agriculture, c’est lui. Il n’en est pas peu fier, convaincu qu’il n’y a pas de commerce sans échanges « libres ». Oubliant que l’agriculture est une activité économique particulière, qui doit être protégée. Pour lui, le désarroi des paysans, la perte de souveraineté alimentaire, ce n’est qu’un tribut à payer à l’adaptation. Naïf et dangereux. » L’aveuglement des idéologues libéraux n’est qu’une cause de la catastrophe, mais c’est le libéralisme économique qui, en définitive, est la matrice de ce déni des réalités et de la destruction des économies réelles, celles qui doivent servir les hommes et non les asservir au règne infâme de la « Fortune anonyme et vagabonde » et de l’Argent-Seigneur (et saigneur…).

    Car le libre-échange sans entraves qui définit la mondialisation économique est celui qui détruit notre agriculture et la souveraineté alimentaire qui sont les conditions de notre pérennité et, même, de notre propre survie physique : « notre agriculture ne parvient même plus à satisfaire les besoins intérieurs : en dix ans, les importations ont progressé de 87 %, celles de produits laitiers ont doublé en dix ans, un fruit sur deux et un légume sur deux ne sont pas produits en France, comme 34 % de la volaille et 25 % de la viande de porc. Même le bio, qui devrait être produit au plus près, est importé à 31 %. » Et dans le même temps, nous produisons pour l’exportation en oubliant que le premier marché de notre production agricole devrait être, d’abord et logiquement, la France et les Français… N’est-ce pas le monde à l’envers, en somme ?

    La mondialisation est un fait, mais elle n’est pas un bienfait, et la question agricole le prouve à l’envi, poussant au suicide 605 agriculteurs français en 2015 (selon les chiffres bien documentés de la Mutualité sociale agricole) tandis que nombre d’autres, étranglés par les dettes et par la concurrence sauvage des produits étrangers, renoncent au travail de la terre. « En 2016, près de 20 % des exploitants ne pouvaient pas se verser de salaires alors que 30 % touchaient moins de 350 euros par mois », expliquait Le Figaro dans son édition du 10 octobre 2017. Comme le souligne M. Jaillette, « Dans ce contexte d’une concurrence où tous les coups sont permis, la multiplication des accords de libre-échange bilatéraux encouragés par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ouvre naïvement le marché de l’Europe à des contingents à prix cassés de viande bovine et porcine, de céréales, comme l’illustrent en particulier les accords obtenus avec l’Ukraine, le Chili, le Canada et plus récemment le Mercosur (Amérique du Sud). Combien de temps nos éleveurs de bovins résisteront-ils à l’arrivée des 99.000 t de bœuf brésilien ultraconcurrentiel, qui viendront s’ajouter aux 80.000 t bradées arrivées au nom des précédents accords ? » C’est là que l’on mesure le mieux la nécessité d’un état d’esprit civique et « national » en France et en Europe pour privilégier les viandes produites « au plus proche » (y compris nationalement parlant), même si cela a un coût immédiat parfois plus élevé que l’achat au prix le plus bas de viande industrielle étrangère à l’hypermarché du coin, mais aussi la nécessité d’un Etat digne de ce nom, soucieux de notre « souveraineté alimentaire d’abord », ce qui n’est pas incompatible, loin de là, avec la promotion d’une production de qualité plutôt que de simple quantité. Or, la République n’est pas le meilleur régime politique pour préserver et soutenir l’agriculture française, comme le montrent les dernières décennies et ce que, sans émettre de jugement sur ceux qui nous gouvernaient alors ni sur les institutions, le propos du professeur Quénet mettait en avant…

    Une stratégie agricole d’Etat fondée sur la souveraineté alimentaire et la recherche de l’autosuffisance maximale est plus que jamais légitime et appropriée aux enjeux autant contemporains que futurs : « Depuis plus de cinquante ans, la France n’a pas connu de graves périodes de pénurie alimentaire. Au vu du déclin engagé, rien n’interdit de penser qu’elles pourraient faire leur réapparition. (…) Il suffit d’analyser les ratés du secteur de la pharmacie pour imaginer ce qui pourrait se passer dans l’agriculture. (…) Être dépendant, c’est être exposé au risque d’un embargo ou d’une rupture d’approvisionnement consécutive à une décision politique. C’est aussi importer des produits dont les standards de fabrication ne correspondent pas aux habitudes de consommation locale. Comment, dès lors, éviter dans l’alimentation ce qui se passe dans le médicament ? » Gouverner, c’est prévoir, et il apparaît de plus en plus nécessaire de se préserver des risques que le système de la mondialisation libérale fait aussi peser sur l’économie de notre pays et sur l’alimentation de ses habitants.

    L’Etat doit renouer avec son rôle de « père nourricier », non pas en collectivisant l’agriculture française, mais en la soutenant et en orientant ses grandes productions tout en permettant ses plus petites et plus locales. Mais, comme le souligne l’auteur de l’article de Marianne, il faut aussi impliquer le consommateur dans cette stratégie de souveraineté alimentaire : « Chaque citoyen-consommateur a-t-il bien conscience que sa liberté de pouvoir choisir l’alimentation qu’il souhaite, dans les quantités qu’il espère et de la qualité qu’il exige, dans son propre pays, relève de ce principe fondamental qu’est la souveraineté alimentaire ? A-t-il conscience qu’elle n’est acquise que grâce à l’autosuffisance que lui confère une agriculture diversifiée, répartie sur tout le territoire, exploitée par des agriculteurs nombreux, qualifiés et donc correctement rémunérés ? » Car l’action de l’Etat, seule, ne peut pas tout faire s’il n’y a pas, aussi, une prise de conscience publique la plus générale possible des enjeux et des possibilités d’action, autant collective qu’individuelle et familiale. L’Etat ne peut, ne doit pas se substituer aux citoyens, mais il a le devoir politique de les éclairer et de leur montrer le chemin le plus approprié aux intérêts de tous et au Bien commun. Les royalistes ne lui demandent pas forcément plus, mais ils lui demandent au moins cela, dans une vision historique de ce qu’est le pouvoir régalien et de ce qu’il permet mais s’impose aussi à lui-même…

    Jean-Philippe CHAUVIN

    http://nouvelle-chouannerie.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1586:limportance-vitale-de-la-souvrainete-alimentaire&catid=53:2019&Itemid=64

  • De quel libéralisme parle-t-on ?

    liberalisme-javier-portella-588x330.jpg

    Par Javier Portella, écrivain espagnol francophone, essayiste ♦ Lors d’une récente interview accordée par vidéo au journal Breiz-info.com, le philosophe russe Alexandre Douguine déclare : « Le libéralisme est le pire de tous les maux. Être libéral, c’est comme être un sous-homme : une dégénérescence où la dignité humaine se perd. Fonder toutes les valeurs sur l’individu revient à détruire toutes les valeurs ».
    En l’écoutant, je me disais : « C’est curieux. Mise à part la truculence du propos, je suis bien d’accord avec ce que dit Douguine, j’y souscris. Et pourtant, il y a là quelque chose qui cloche. Ce qui fait problème, c’est en fait une question terminologique. Mais une question terminologique qui n’a rien à voir avec les byzantinismes sémantiques : elle touche au fond même de la question. Voyons-le de plus près.

    Comment est-ce possible ? me disais-je. Cet homme, Alexandre Douguine, est un fervent partisan de Poutine (on dit qu’il est ou aurait été l’un de ses inspirateurs idéologiques). Et le régime de Poutine… est-ce peut-être un régime anti-libéral ? Non, il ne l’est pas.

    Sur le plan économique, la Russie, depuis qu’elle s’est libérée des griffes du communisme (le seul régime dans toute l’histoire à avoir voulu abolir toute trace du marché et de la propriété), est bel et bien une économie de marché, une économie capitaliste qui adhère, quant à l’essentiel, aux mêmes principes économiques que les pays libéraux d’Occident.

    Sur le plan politique, la Russie n’a rien à voir non plus avec une autocratie. Elle répond aux trois grands principes libéraux-démocratiques : suffrage universel, liberté d’opinion et d’association. Dira-t-on peut-être que ces libertés y sont quelque peu malmenées ? Elles ne le sont, en tout cas, pas d’avantage qu’en Occident, la seule différence étant que les manipulations du pouvoir ne s’exercent pas, en Russie, de la façon subtile, presque inapparente (du moins pour les aveugles) que nous connaissons – sauf lorsque « l’inapparence » ne suffisant plus, on en vient aux mesures carrément coercitives. Quoi qu’il en soit, la Russie d’aujourd’hui est sans conteste un pays démocratique : marqué par cet esprit – « libéral », au sens le plus large du terme – qui préside depuis deux siècles, avec toutes les différences, nuances et distinctions que l’on voudra, aux destins du monde.

    Alors ?…

    Ce qu’Alexandre Douguine met en cause avec tant de véhémence, ce n’est pas, en réalité, le libéralisme. C’est sa variante dite néo-libérale où l’atomisme – la réduction du monde à l’addition de ses atomes individuels – s’exacerbe, ravage et triomphe.

    Autrement dit, ni le capitalisme ni la démocratie représentative ne constituent aujourd’hui l’essentiel du libéralisme. Son essence, son cœur, c’est l’individualisme.

    Ah, l’individualisme !… Ah, la liberté de chacun ! Ah, pouvoir faire ce qui bon me semble ! Sans entraves, sans oppressions. Voilà ce que disent, voilà ce que croient les croyants auxquels j’ai donné le nom des esclaves heureux de la liberté.[1]

    Ils ne voient pas que ce n’est pas la liberté que l’individualisme apporte… c’est le grégarisme. Ce n’est pas l’autonomie : c’est l’oppression – et la plus insidieuse. D’autant plus dévastatrice qu’elle est la plus subtile, la plus inapparente. Personne ne s’en inquiète tandis que, légère comme l’air, elle pétille, la domination du Néant.

    Du Néant auquel nous sommes réduits par ce néo-libéralisme qui nous laisse sans rien, enfoncés dans notre mort. Sans rien, engoncés dans notre matérialité de corps qui ne sont que des organes. Sans rien, en dehors de l’insignifiance de nos toutes petites vies : si confortables, si douillettes… et si vides. Sans patrie, sans destin, sans grandeur ni beauté.

    Mais avec les libertés civiques, dira-t-on… Elles seraient certes les bienvenues si elles se déployaient dans un cadre de valeurs, de principes, d’identité. Mais elles ne se déploient qu’en vue de l’argent, de la mollesse, du confort. De la laideur aussi.

    Le problème du libéralisme, ce ne sont pas les libertés qu’il établit. Son problème découle de cet individualisme vide qui en constitue l’essence. De cet individualisme… devenu du grégarisme, peu de sociétés étant plus uniformes, plus massifiées, plus grégaires que la nôtre.

    Cela n’a pas toujours été le cas – ou pas tout à fait. Dès le début, les germes du mal étaient certes déjà là : dans le Nouveau Régime qui succéda à l’Ancien. Or, pendant environ un siècle et demi, une idée puissante de la Nation, de la Famille, de la Tradition (mais celle-ci commençait déjà à décliner) se tenait encore là.

    La religion répandait encore dans la vie des hommes le haut souffle du sacré. L’aristocratie avait certes été anéantie, mais la bourgeoisie qui en prit la place regardait encore avec un mélange d’envie et de mépris les têtes coupées des classes dont elle essayait, sans y parvenir, d’imiter les manières. Les principes aristocratiques d’excellence, de hiérarchie et de courage n’avaient pas encore été tout à fait dissous.

    Voilà ce qui explique, sans doute, ce fait marquant : à la différence du libéral contemporain, le libéral XIXe siècle a connu l’une des plus hautes effervescences de l’art ; de la musique à la littérature, en passant par la peinture (l’architecture étant quand même exclue, elle qui est passée du beau et du sublime au joli).

    Or, tout cela s’est bel et bien terminé. Cela a pris fin lorsque, vers 1945, une nouvelle période libérale a commencé, ayant culminé dans le néo-libéralisme qui, du moment où l’entrave soviétique a été écartée en 1989, s’est mis à entreprendre sa grande percée furieuse et solitaire. Et si tout cela s’est terminé, c’est pour la simple et bonne raison que, comme Douguine le souligne aussi : « Il faut absolument avoir un grand idéal, un grand but. Car, sans cela, l’homme dégénère. Et il devient libéral ».

    Néo-libéral, pour le dire en toute rigueur.

    Javier Portella 21/11/2019

    [1] Javier Portella, Les esclaves heureux de la liberté, Éditions David Reinharc, Paris, 2012.

    Crédit photo : Domaine public

    https://www.polemia.com/de-quel-liberalisme-parle-t-on/

  • Le numéro de Décembre de Politique Magazine est paru...

    Pour vous abonner :

    https://www.politiquemagazine.fr/abonnements/

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/index-1.html

  • Immigration : et revoilà les quotas

    Alors que la question migratoire demeure une préoccupation pour de nombreux Français, Emmanuel Macron lance son offensive en faveur des quotas d’immigrés professionnels. Une concertation sur ce dossier a même été ouverte jeudi en présence des syndicats.

    L’éternel retour des quotas !

    Jeudi 28 novembre, le ministre du Travail a reçu les principales organisations syndicales pour causer quota ! L’objectif gouvernemental, convaincre les fameux « partenaires sociaux » du bien fondé des quotas migratoires professionnels et chiffrer des objectifs secteur par secteur. 

    Sans surprise les organisations syndicales, CGT en tête, ont fait grise mine, celles-ci n’étant pas franchement enthousiastes à l’idée de à s’attaquer au sujet tabou de l’immigration. Ce qui n’a pas empêché le ministère du travail de se féliciter d’une réunion qui a je cite « permis d’établir une méthode de travail et un calendrier ». Le Rendez-vous est donc pris pour le mois de janvier.

    Un coup de com’ difficilement réalisable

    Mais que sont ces fameuses « méthodes de travail » ? Concrètement, il s’agit en réalité de confier le chiffrage des besoins supposés et des offres envisagées aux services de statistiques du ministère du travail : la Dares et Pôle emploi, ces deux organismes, dont l’efficacité est sujette à caution, vont lister les emplois disponibles, métiers par métiers et régions par régions. Puis, ils vont vérifier qu’aucune personne compétente pour le poste ne se trouve déjà en France – ce qui, dit en passant, devrait déjà être fait -, avant d’établir la compétence de potentiels migrants économiques pour des postes sans travailleurs disponibles.

    Lire la suite

  • Jean-Marie Le Pen : « Ce sont les observateurs politiques qui m’ont désigné comme tribun ! »

    jean-marie-le-pen-8220-ce-sont-mes-opposants-politiques-qui-m-8217-ont-d-sign-comme-tribun-8221-nlRLmttE3MI-845x475.jpg

    Jean-Marie Le Pen publie le second tome de ses mémoires, Tribun du peuple, dans lequel il évoque l’aventure du Front national, quarante ans d’histoire de la vie politique française.

    Il a bien voulu répondre aux questions de Boulevard Voltaire.

    https://www.bvoltaire.fr/jean-marie-le-pen-ce-sont-les-observateurs-politiques-qui-mont-designe-comme-tribun/

  • 5 décembre : vers une paralysie totale du pays ?

    pr5.jpgPrésent – Ils prévoient une forte mobilisation, une grève « interprofessionnelle et illimitée ». Ils comptent faire fléchir le gouvernement au sujet de la réforme des retraites.

    Ils annoncent une mobilisation très forte, rêvent de convergence, prévoient de bloquer les transports en commun, les routes, les services publics, les tribunaux ou les hôpitaux. Les opposants à la réforme des retraites espèrent une démonstration de force de grande ampleur pour tenter de faire infléchir le gouvernement sur le nouveau système de retraite à point, dont l’adoption est prévue dans l’année 2020.

    Si dans un premier temps, l’appel à la grève le 5 décembre a été lancé par les syndicats de la RATP et de la SNCF, divers secteurs d’activités ont enjoint la mobilisation qui se veut désormais « interprofessionnelle ». Avocats, infirmiers, chauffeurs routiers ou encore étudiants et lycéens, ils devraient être nombreux à battre le pavé, jeudi prochain. Mais quel est le but de cette mobilisation ? Qui sortira gagnant ? Quel impact sur le reste de la population ? Le gouvernement peut-il reculer ?

    Les syndicats souhaitent reprendre la main

    Ils rêvent de convergences des luttes mais se cabrent dès lors que Marine Le Pen affiche son soutien au mouvement de contestation. Pourtant, le rêve de la galaxie des syndicats qui mènent la mobilisation est de voir une convergence avec les Gilets jaunes et toutes les professions, même celles qui ne sont pas concernées par les régimes spéciaux, rejoindre les cortèges. L’occasion de reprendre la main, un an après le début du mouvement populaire et spontané des Gilets jaunes, qui avaient court-circuité les « révoltes » toujours canalisées par les syndicats.

    Quoi qu’il en soit, ce sont bien les syndicats qui mèneront la danse avec l’espérance de reprendre du poids parmi les salariés français, de moins en moins confiants dans les organisations syndicales traditionnelles. La CGT, FO, la FSU et Solidaires, à l’initiative du mouvement, ont été rejoints par la CFE-CGC, l’UNSA, les syndicats enseignants, étudiants ou encore du personnel au sol des aéroports.

    Pas de service minimum garanti

    A la RATP comme à la SNCF, c’est une grève « illimitée » qui est au programme, « jusqu’à Noël s’il le faut » ont prévenu les plus remontés. Les grévistes comptent sur le versement du 13e mois début décembre pour pouvoir tenir plusieurs semaines. Une paralysie quasi complète annoncée sur l’ensemble du réseau de transport en commun. A Paris, peu de chance de voir les rames de métro, les tramways ou les trains reliant la capitale à sa banlieue circuler. Les RER et les grandes lignes de trains seront tout autant touchés. Et les Français qui continueront à se rendre au travail ne pourront pas compter sur un service minimum garanti. A chaque mouvement d’ampleur, toujours la même rengaine, la même prise d’otages et la même paralysie, auxquelles Nicolas Sarkozy avait pourtant promis de remédier. Pourtant il n’en fut rien dans sa loi sur « le dialogue social et la continuité du service public », aucun service minimum n’a été institué, laissant toujours les Français abandonnés à chaque mouvement de grève d’ampleur.

    C’est avec ce pouvoir de blocage que les syndicats comptent bien faire reculer le gouvernement, de plus en plus déstabilisé sur le sujet. S’ils précisent que ce projet de loi « pénalisera tout le monde », la grève, elle, risque surtout de paralyser tout un pays.

    Présent

    https://www.tvlibertes.com/actus/5-decembre-vers-une-paralysie-totale-du-pays