Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2018

L’Etat va donner 140 millions pour que Presstalis se restructure

6a00d83451619c69e201bb09fb2986970d-200wi.pngDe Francis Bergeron dans Présent :

"La presse écrite se trouve actuellement prise en tenailles entre La Poste et Presstalis, le distributeur en kiosque. En dernière analyse, c’est le lecteur, abonné ou acheteur au numéro, qui est pénalisé.

Que se passe-t-il à La Poste ? Jacques Myard, le maire de Maisons-Laffitte, tirait le signal d’alarme, le mois dernier : dans sa commune et dans celle du Mesnil-le-Roi, la réorganisation des services de La Poste a créé des retards qui ont fortement pénalisé les entreprises et les particuliers. Jacques Myard, qui n’a pas la langue dans sa poche, s’indignait d’avoir été mis devant le fait accompli. Il a obtenu des réponses de La Poste sur cette situation dégradée : c’est la délocalisation de site qui a effectivement pu entraîner « des débuts chaotiques », lui a-t-on répondu, et aussi des retards de distribution.

Mais à l’autre bout de la région parisienne, à Villeneuve-le-Roi ou à Ablon-sur-Seine, cela ne va pas forcément mieux : il semble que des secteurs de distribution aient été étendus à l’excès. Daniel Guérin, le vice-président du conseil départemental du Val-de-Marne, constatait lui aussi, il y a peu, une détérioration : par exemple des usagers ne recevant leur courrier que deux ou trois fois par semaine.

Les plus anciens se souviennent d’une époque où La Poste opérait deux distributions… par jour, une le matin et une l’après-midi. Cette distribution biquotidienne a disparu en 1975. On oublie aussi que jusqu’en 1941, La Poste, en vrai service public, fonctionnait sept jours sur sept.

Internet réduit le courrier papier, mais des formes de concurrence sont apparues : les gros titres de la presse quotidienne utilisent le portage et les entreprises préfèrent de plus en plus souvent confier leur courrier à des coursiers. Les tarifs sont plus élevés, mais la fiabilité est meilleure. Globalement La Poste a péché par manque d’anticipation.

Pour les journaux, l’autre forme de distribution est la vente en kiosque. Là aussi les difficultés s’accumulent. Presstalis accuse un résultat d’exploitation 2017 négatif à hauteur de 20 millions d’euros. L’Etat va donner 140 millions pour que Presstalis se restructure. Mais les éditeurs de journaux sont aussi mis à contribution, et ceci pour une durée de quatre ans et demi. Aucune concertation n’a précédé ces mesures. Cinq opérateurs de la coopérative des magazines ont donc décidé de porter plainte contre Presstalis devant le Parquet national financier. Ils accusent Presstalis d’avoir établi de faux bilans. Ces journaux se sentent menacés dans leur existence même et veulent riposter.

Présent est-il concerné par cette situation ? Oui, bien évidemment. Les abonnés nous signalent des zones de fort retard dans la distribution du courrier. Quant à la vente en kiosque, elle souffre d’une réduction annuelle de 1 500 points de vente, alors que l’achat d’un quotidien, comme l’achat de sa baguette, est d’abord un achat de proximité. Et d’autre part, en nous ponctionnant, Presstalis nous met en danger, comme les autres titres de taille moyenne ou petite.

Des solutions ? Elles sont d’abord à chercher du côté de nos lecteurs : souscrire un abonnement mixte papier + numérique, c’est devenu la seule formule qui met à l’abri des aléas de distribution."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Poutine candidat pour mettre en œuvre un nouvel équilibre des puissances

poutine.jpg

RUSSIE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Les Russes votent ce dimanche pour le 1er tour de l’élection présidentielle. Candidat pour un quatrième mandat, Vladimir Vladimirovitch Poutine devrait l’emporter dès le 1er tour. Son maintien en fonctions devrait garantir la stabilité de la politique étrangère russe et donc la pérennité du retour de la puissance russe sur la scène internationale.

Le candidat Poutine a d’ailleurs adressé des messages forts à la communauté internationale sur le plan militaire et stratégique

Le président russe a prononcé le 1er mars un discours remarqué devant l’Assemblée fédérale. Un discours-programme de 2 heures, principalement consacré aux questions intérieures mais avec un volet de politique de défense important. Il a notamment exposé la réaction de la Russie au renforcement de l’arsenal nucléaire américain et au déploiement du bouclier antimissiles américain en Pologne et désormais en Roumanie. Ainsi, les capacités de défense antimissiles de la Russie ont été renforcées. Et, sur le plan offensif, une nouvelle génération de missiles, baptisée « Sarmat », a été conçue pour déjouer les boucliers antimissiles.

Les prouesses technologiques vantées par Vladimir Poutine ne s’arrêtent pas là…

On notera aussi, je cite, un « missile furtif volant à basse altitude transportant une ogive nucléaire, avec une portée presque illimitée (…) [et] invincible ». Ou encore un sous-marin sans pilote capable de transporter des ogives – nucléaires ou conventionnelles – à travers les océans. Sans compter un missile hypersonique baptisé Kinzhal et volant à Mach 10 et d’autres innovations technologiques.

Poutine a clairement appelé les Etats à l’origine de cette course aux armements tactiques et stratégiques à renouer le dialogue.

Il vise ainsi notamment les Etats-Unis, qui ont dénoncé en 2000 le traité ABM de 1972. Il les invite à renoncer au déploiement de systèmes qui deviennent inefficaces contre la Russie. Poutine a également souligné que ces nouvelles armes avaient été développées dans le respect des traités internationaux.

Le chef de la Fédération de Russie a enfin réagi à la révision de la doctrine nucléaire américaine.

Les Etats-Unis ont récemment étendu les cas d’emplois de l’arme nucléaire, y compris en réaction à des cybermenaces graves ! Poutine a rappelé la doctrine nucléaire russe – très proche de la doctrine française – qui est de répliquer par l’arme nucléaire à toute agression nucléaire contre la Russie ou ses alliés, ainsi qu’à toute agression conventionnelle mettant en jeu l’existence de l’Etat.

"Légal ou illégal, l’avortement tue"

6a00d83451619c69e201bb09fb2bd2970d-250wi.jpgC’est ce qu’on pouvait lire le 7 mars sur les banderoles de la manifestation organisée à Buenos Aires (Argentine) au moment où le Parlement s’apprête à se prononcer sur un projet de loi visant à légaliser l’avortement dans le pays.

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont manifesté leur opposition au projet de loi, rassemblées sous le slogan : « Oui à la vie ».

« C'est un débat qui ne devrait pas avoir lieu, car il s'agit de faire le choix entre la vie et la mort ».

Sur certaines banderoles on pouvait lire « Légal ou illégal, l'avortement tue ».

En Argentine, l'avortement n'est autorisé que dans des circonstances particulières, comme en cas de viol ou de risque grave pour la santé de la mère - ce qui reste un mal car il n'est jamais permis de tuer directement l'innocent.

La proposition de loi devrait commencer à être débattue le 20 mars en commission, puis environ deux mois plus tard dans l’hémicycle, où les positions des 257 députés restent très incertaines. Selon les analystes, le Sénat est encore plus réticent à légiférer sur le sujet.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Qui veut la peau de Vladimir Poutine ? - Journal du Mercredi 14 Mars 2018

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XXIII]

Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

2ème partie : Une révolution copernicienne 

LES NOUVELLES INVASIONS BARBARES

Un ancien coopérant, agrégé de lettres, M. Jacques Bonnaure, dans une lettre publiée par « Le Monde » daté du 17 novembre 1984, a décrit, de façon concise et précise une situation que personne ne semble plus capable de maîtriser. En voici le texte :

« Après avoir enseigné au Caire et au Maroc, j'ai renoncé car le métier de « coopérant » tel qu'on l'exerce est une impasse absolue. Dans certains lycées (marocains) les enseignants français sont systématiquement surveillés, parfois par des élèves qui rapportent leurs propos, même anodins, au proviseur..., ou au commissaire de police. Nous n'avons pas accès au conseil d'établissement, et le conseil de classe se limite à la lecture des moyennes. Quant aux élèves, leurs sentiments à l'égard des coopérants sont très ambivalents. Dès le début de l'année, les inscriptions fleurissent au tableau : « Les étrangers dehors ! » « Nous n'avons pas besoin de professeurs étrangers ! », etc. Puis des contacts plus confiants s'établissent. Cependant le coopérant étant français, on va lui reprocher la colonisation, le néocolonialisme, le racisme, d'ailleurs exagéré avec complaisance, comme si la France était la République sud-africaine. Si le professeur est français, il doit être chrétien, d'où de nombreux essais plus ou moins aimables, de conversion à l'islam. Mais ce Français vient du pays fantasmatique où on ne bastonne plus les élèves en grève, où les chômeurs sont indemnisés, où on ne force pas les filles à se marier. On va lui demander des adresses en France, des certificats de scolarité dans des établissements français, des emplois, une place dans sa voiture... Enfin il n'est guère agréable de voir se mettre en place tous les ingrédients nécessaires à une révolution islamique (au Maroc et en Egypte) : sentiment qu'on n'a rien à perdre quand l'avenir est aussi noir, haine de sa propre société, déséquilibre entre des traditions que les jeunes refusent et un modernisme occidental, détesté et envié tour à tour mais toujours inaccessible, xénophobie et antisémitisme, exaltation religieuse (un jour que je parlais des dieux de l'Antiquité romaine, plusieurs élèves se sont dressés pour proclamer qu'il n'y avait qu'un seul Dieu). Tout est donc prêt ».

Kadhafi ou Khomeiny servent d'alibis à notre aveuglement. Nous les tenons pour les organisateurs d'un vaste complot qui vise à déstabiliser le monde musulman. Qu'ils disparaissent ou du moins que nous leur infligions une bonne correction et tout rentrerait dans l'ordre. En réalité, ils utilisent, dans l'ensemble de façon assez maladroite, sans stratégie cohérente, une situation qu'ils n'ont pas créée et qui, pour une bonne part, leur échappe. Nous n'en sommes qu'aux prodromes de la crise. D'autres chefs charismatiques surgiront, plus dangereux. Quand l'histoire offre un rôle, l'homme providentiel se découvre toujours. L'important, ce sont les masses, qui se mettent en mouvement, encadrées par une intelligentsia prolétarisée. Quand la jeunesse pullule, l'aventure, s'offre à elle. L'Islam fournit le ferment idéologique de populations menacées dans leur identité culturelle. En effet, ne nous y trompons pas, le monde musulman ne se porte pas tellement mieux que le monde chrétien. Corrodé par l'athéisme marxiste, le laxisme moral et le modèle américain, il rêve de notre mode de vie mais se sachant impuissant à l'atteindre, il le rejette avec d'autant plus de violence qu'il l'envie. A sa manière, c'est pour lui aussi une question de survie. Il n'est besoin que d'observer, au milieu de nous, les immigrés de la seconde génération. Ils méprisent leurs pères, et s'ils nous haïssent c'est de désir refoulé. Comment devenir semblable à l'autre sans cesser d'être soi-même ? Une tragédie spirituelle se déroulé, sous nos regards indifférents ou hostiles. Sans doute sont-ils trop jeunes, sommes-nous trop vieux.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, de profondes réformes s'imposaient. Il convenait de substituer à l'administration directe de nos possessions africaines des institutions mieux adaptées à l'évolution des mentalités et au rapport des forces. Bien des solutions pouvaient être envisagées. Ainsi, dès 1947, M. Senghor préconisait la constitution d'un ensemble français « à la capétienne », où un pouvoir central fort serait en mesure d'élever ses colonies au rang de provinces, dotées d'une large autonomie. Même si l'on décidait d'acheminer progressivement nos possessions vers l'indépendance, il convenait de la préparer, en formant des cadres et en substituant aux structures administratives, construites au hasard de la conquête, des entités cohérentes. Le drame du Tchad devenait inévitable dès l'instant que l'on s'obstinait à faire coexister au sein d'un même Etat les nomades musulmans et guerriers du Nord avec les paysans chrétiens ou animistes du Sud. Malheureusement les institutions de la IV' République ne permettaient ni les choix clairs ni la continuité indispensable à leur mise en œuvre et cependant il convient de reconnaître que la France s'est mieux conduite que la Grande-Bretagne. N'empêche que les Européens ont renoncé à leurs responsabilités politiques, favorisant la pénétration soviétique, la prolifération de dictatures militaires, parfois au profit de déments, le plus souvent d'idéologues primaires, le pullulement des conflits tribaux. Néanmoins ils n'ont pas renoncé au régime du pacte colonial, ce système économique fondé sur l'échange inégal, le tiers monde vendant ses matières premières et des produits tropicaux aux pays industrialisés pour leur acheter des biens de consommation.

Seul le Japon a su comprendre la nécessité de dépasser le « pacte colonial »,non par philanthropie mais par intérêt bien compris. Sa défaite l'ayant empêché de réaliser son vieux rêve de domination politique des rivages du Pacifique, il l'a repris par d'autres moyens. Sa faible superficie et la densité de sa population l'ont d'ailleurs contraint d'éviter les erreurs des Européens. Progressivement, les secteurs promis au déclin, le textile, les chantiers navals, pour une part la sidérurgie, furent transférés en Corée, à Taïwan ou à Hong Kong. Les Japonais subventionnèrent, par leurs investissements, l'installation de concurrents, dont ils comptaient faire des clients pour leurs industries d'équipement. Utilisant une main d'œuvre abondante, peu payée, dépourvue de protection sociale, les « nouveaux pays industriels » se livrèrent à une compétition acharnée dont les Européens furent les premières victimes tandis que le Japon, grâce à son avance technologique et à son organisation commerciale, partait à la conquête de nouveaux marchés.   A suivre  (A venir : Les nouvelles invasions barbares 4).

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV     

XV     XVI     XVII    XVIII     XIX     XX     XXI     XXII

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Ignorance abyssale de l'islam

6a00d8341c715453ef01b8d2e21ba9970c-320wi.jpgOn entend chaque jour parler de nouvelles futures réformes. Celle qu'on annonce le lundi cède la vedette, le mardi, à une suivante et on ne parlera plus des deux précédentes quand arrivera la promesse du mercredi. Et nous commençons à comprendre que ce quinquennat risque fort de poser plus de premières pierres qu'il n'inaugurera d'ouvrages achevés.

Il s'est écoulé un mois depuis le 11 février. Ce jour-là, paraissait dans le Journal du Dimanche un entretien avec le chef de l'État. Or, celui-ci affirmait son intention de "poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France." Il se fixait même une échéance, celle du premier semestre de l'année en cours, ce qui lui laisse désormais moins de 4 mois pour aboutir, s'il s'en tient à ses intentions affichées.

Or, pour commencer, ce n'est pas tant sur l'effet d'une nouvelle organisation rêvée d'un islam français que l'on doit s'interroger. C'est plutôt d'abord sur les conséquences du débat, purement théorique lui-même, qu'il convient de se pencher.

On a ouvert une bonde. S'y sont déjà engouffré, au gré de tribunes publiées par Le Monde, trois intellectuels musulmans : Rachid Benzine, présenté comme islamologue et chercheur associé au fonds Ricoeur, Houari Bouissa, professeur d’histoire, et le sociologue Tarik Yildiz. Leurs textes étaient mis en ligne ensemble le 6 mars, le journal les regroupant sous le titre du premier incluant un avertissement opportun "Islam de France : gare aux fausses bonnes idées".

Or, l'expression "une fausse bonne idée" doit être comprise comme un euphémisme pour désigner une intention erronée, vouée à l'échec ou contre productive.

Pas besoin d'être étiqueté islamologue, ni associé au fonds Ricoeur, pour découvrir, dans le texte quelque peu confus, et très confusionniste, de Rachid Benzine que tous les technocrates qui prétendent réformer l'organisation de l'islam ne connaissent le sujet que d'une manière très superficielle, et ne l'abordent que d'un point de vue laïciste.

Cela ne date pas d'hier. Les ministres de l'Intérieur successifs, à droite comme à gauche, s'y sont essayés. En 1990, Pierre Joxe avait lancé un Conseil de réflexion sur l'islam de France (Corif). En 1993 Charles Pasqua avait créé le Conseil représentatif des musulmans de France (CRMF), présidé par Dalil Boubakeur. Ce médecin officiait, depuis l'année précédente, en tant que recteur de la Grande mosquée de Paris. Or, ladite institution, édifiée en 1926 a été financée par l'État français, en vertu d'une loi de 1920. Elle dérogeait en Métropole, de fondation, à la loi dite de Séparation de 1905. Mais elle allait être désignée, en 1995, par le gouvernement comme l'unique représentant de ce que l'on commence alors à considérer comme la deuxième religion de l'Hexagone.

En 1999, Jean-Pierre Chevènement, déjà lui, croit pouvoir miser, au contraire, sur la diversité des fédérations, y compris les plus proches des frères musulmans, du tabligh, etc.

En 2002, Nicolas Sarkozy, à son tour, reprend le dossier du CFCM, Conseil français du culte musulman, salué comme un succès au départ mais dont la faillite désormais n'est plus à démontrer.

Toutes ces politiques successives ont échoué pour des raisons faciles à identifier. Procédant de la culture dominante des dirigeants français, aveuglées par le laïcisme de ceux-ci, elles ignoraient tout du phénomène politico-religieux de la foi mahométane.

Leurs interlocuteurs musulmans se sont eux-mêmes employés à les désinformer, manipulant habilement les conceptions laïcistes.

Dès 1956, André Malraux observait avec juste raison : "c’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine." Et il ajoutait alors que "les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles."

Aujourd'hui la logique politico-religieuse de cette poussée islamique échappe encore à nos responsables. Issus eux-mêmes de la haute administration, on les soupçonne de ne guère connaître la France réelle elle-même, dès lors que sa réalité franchit la frontière du boulevard périphérique parisien.

Comment s'étonner par conséquent de leur ignorance abyssale de la réalité islamique ?

JG Malliarakis 

À lire en relation avec cette chronique

les deux livres de Henri Lammens à commander sur la page catalogue de l'éditeur, ou, par correspondance, en adressant un chèque de 35 euros pour les deux volumes [20 euros pour "Islam croyances et institutions" ; 15 euros pour "Qui était Mahomet ?"] aux Éditions du Trident, 39 rue du Cherche-Midi 75006 Paris.

http://www.insolent.fr/

Yassine Belattar, un nouveau conseiller d’Emmanuel Macron aux relents islamistes et anti-Blancs

belattar.jpg

Mardi, à l’Elysée, a été organisée la première réunion du Conseil présidentiel des villes, lancé en faveur des « quartiers populaires » par Emmanuel Macron.  Selon le Bondy Blog, l’humoriste Yassine Belattar fait partie des personnalités sollicitées pour faire partie des membres de ce Conseil présidentiel.

Selon le cabinet présidentiel, ce conseil est censé « créer et rassembler des personnes issues des quartiers populaires, de tout âge, de tout profil et animées par un engagement et reconnues pour leur expertise. Elles seront chargées de nourrir la réflexion du président de la République sur la politique de la ville ».

« J’aurai une quinzaine d’engagés auprès de moi dans ce Conseil présidentiel de la ville qui suivra un peu l’action faite au quotidien, m’alertera, sera également un relais et participera à ces réunions trimestrielles », avait déclaré Emmanuel Macron, à Tourcoing, en novembre dernier. « Tous les trois mois il y aura ces réunions de chantier pour être pragmatique et je veux que nous nous concentrions sur une dizaine de quartiers de ville particulièrement en difficulté pour là avoir des engagements d’ici deux ans. »

Mais cet humoriste Yassine Belattar recruté par Emmanuel Macron est-il vraiment un exemple à suivre pour les « quartiers populaires » ? Cet individu avait été interpellé, le 20 février, aux Mureaux, dans les Yvelines, tout près de la médiathèque où le président de la République était en déplacement avec la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Il avait alors été placé en garde à vue pendant quelques heures pour avoir insulté un policier.

Relents islamistes et anti-Blancs

Yassine Belattar avait affirmé « il n’y a pas de modération dans une religion : on est musulman ou on ne l’est pas ».

Parmi ses déclarations, il y a aussi celle-ci très révélatrice de son mépris à l’égard des Blancs : « ces hommes blancs de plus de 60 ans sont peut-être la clé du problème ».

Selon le magazine Marianne, peu suspect d’être une presse réactionnaire, Yassine Belattar véhicule « le déni de l’islamisme comme le discours sur “les Blancs” et les autres ». Suite à ces propos de Marianne en décembre dernier, Yassine Belattar avait envoyé ce SMS à son « frère » (sic) Macron : « Visiblement, c’est une nouvelle guerre que lance ce journal, je suis au fond du trou. » à quoi le président de la République avait répondu : « T’obsède pas. Continue. Les critiques suivent le talent. »

Habitué à multiplier les insultes sur Twitter, ce Yassine Belattar avait d’autre part animé un gala de soutien du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), organisation considérée comme islamiste.

http://www.medias-presse.info/yassine-belattar-un-nouveau...

Interview du président du Front Radical

Le parti médiatique existe, je l’ai rencontré. L’audiovisuel est peuplé de clones journalistiques

parti_mediatique.jpg

Quand on parle de parti médiatique, on se réfère à l’audiovisuel qui manipule en prétendant l’informer, 80 % de la population. Ce parti existe.
Les rédactions des radios et télévisions sont constituées de journalistes ayant la même sensibilité à plus de 80 % et les autres se taisent. Ils sortent d’écoles syndicalisées au niveau très disparate mais à l’endoctrinement uniforme. Il suffit d être dans le moule pour devenir journaliste. La compétence et la culture sont des critères moins décisifs.

La carte de presse ne prouve plus rien depuis longtemps dans la plupart des cas.

Ce n’est plus un certificat de compétence professionnelle. On peut ne rien savoir sur rien, devenir journaliste et être propulsé spécialiste selon les besoins du paracétamol ou du Kosovo.
Ces journalistes clonés qui, dans les chaînes d’infos en continu, se multiplient à une vitesse aussi effrénée que la profession se féminise, pensent tous la même chose. Leur modèle c’est en gros Libération, Le Monde, un zeste d’Obs et une pointe de Canard Enchaîné. De temps en temps un éditorialiste de droite est là pour donner le change.
Ces journalistes pensent avoir la noble tâche non pas d’informer mais de former et ce n’est pas la même chose. Ils se sentent investis de la mission de protéger la démocratie. Tous résistants contre la bête immonde dont le ventre est encore fécond.

Il y a un parti médiatique sinon pourquoi aurait-on, dans toutes les chaines audiovisuelles, les mêmes sujets dans la même hiérarchie et au même moment avec les mêmes points de vues.
La diversité de l’information audiovisuelle est un mensonge. La multiplication des médias disant la même chose est le contraire de la diversité des opinions, qui seule prouve la liberté de la presse. La liberté d’opinion est faites pour toutes les opinions surtout celles qui contestent le système dominant.
Car quelle différence entre des médias d’un régime autoritaire disant tous la même chose et les médias d’une soi-disant démocratie disant tous la même chose ? Aucune !

Quelle est donc la ligne politique du parti médiatique.

Elle est antiraciste, féministe, contre toutes les discriminations et exclusions. C’est la soutane des gentils curés cathodiques contre les forces du mal.
Les forces du mal, ce sont ceux qui se référent aux valeurs qui ont fait les civilisations différenciées et qui n’ont pas honte notamment d’être blancs, mâles et hétérosexuels .Le mâle blanc hétérosexuel, le voilà l’ennemi du parti médiatique.

Les médias sont pour le cannabis contre le vin rouge, pour tout ce qui est mondialiste et contre l’héritage des traditions.
Pour le mariage homo contre les familles à la catholique, pour toutes les races qui n’existent pas sauf la blanche qui est raciste, pour l’avortement mais plus en Europe qu’ailleurs, pour les droits de la femme et des minorités surtout musulmanes, pour les migrants et les immigrés contre ceux qui ont fait les nations.

Le parti médiatique est un gauchisme sociétal audiovisuel.

Son point faible est de vouloir assumer tout le monde. Il se retrouve dans la position du caméléon qui meurt à force de vouloir prendre toutes les couleurs de la couverture écossaise.
Le parti médiatique ne cesse heureusement de se discréditer. C’est pourquoi il traque les faks news et à partir de cas particuliers pour interdire un traitement de l’information, déviant par rapport à des dogmes politiques et sociétaux.
Le parti médiatique, c’est croire informer en disant que Poutine est méchant sans rien connaitre ni comprendre l’âme russe. Et c’est cela pour tous les sujets. Il y a pire que la Fake news, il y a la désinformation dominante, fille de l’inculture et du militantisme.

Les lanceurs d’alerte et autres journalistes citoyens ou blogueurs de l’impossible sont la preuve de la bonne conscience politique d’ une profession qui a perdu le sens de sa vocation d’informer à charge et à décharge laissant aux éditorialistes le rôle de dire ce qu’ils pensent et à eux seuls.

Chaque journaliste se croit aujourd’hui éditorialiste de ses propres préférences politiques. La carte de presse ne lui donne pas le droit de tenter d’imposer ses préférences. Il affirme ne pas être dans un Parti, mais il est partisan.

Plus personne n’est dupe. Le dégagisme ne l’épargne plus. L’affolement d’une caste journalistique vis à vis de certaines attaques politiques est très dangereux pour ce qui reste dans les médias audiovisuels du droit de ne pas être d’accord avec l’idéologie dominante.

Car si les medias ne sont pas un parti structuré, ils sont une idéologie.

Jean Ansar

Texte repris du site Metamag

https://fr.novopress.info/209956/le-parti-mediatique-exis...

Un doux chez les durs, la droite au pied du mur

serment_horace.jpgPorte-parole du gouvernement  et  secrétaire d’Etat aux Relations au Parlement,  Christophe Castaner, réagissant à la venue de Steve Bannon au congrès du FN à Lille,  avait déclaré que ce dernier était  « le  roi des fake news » - critique qui dans sa bouche ne manque pas de sel!-  et « le roi des  suprémacistes blancs »… En l’espèce un bobard asséné par la candidate malheureuse Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle américaine et repris par l’ensemble des médias progressistes. En fait de suprémacisme, Emmanuel Macron n’a pas semblé gêné outre mesure par celui du gouvernement  de l’extrême droite identitaire hindou dont il  était l’invité ces derniers jours. Le Monde le rapporte très factuellement,  « le voyage officiel d’Emmanuel Macron en Inde s’est terminé lundi 12 mars à Bénarès, transformée pour l’occasion en vitrine du nationalisme hindou. Au troisième et dernier jour de sa visite, Emmanuel Macron y a été accueilli par le premier ministre indien Narendra Modi, et par Yogi Adityanath, le dirigeant de l’Uttar Pradesh, l’Etat où se situe Bénarès. Ce chef d’une milice hindoue, emprisonné en 2007 pour avoir organisé des émeutes, est poursuivi pour tentative de meurtre, intimidation criminelle et incitation à la haine. » Le chef de l’Etat, affichant les sourires chaleureux de circonstance, s’est plié de bonne grâce à l’instrumentalisation de sa visite à des fins de propagande politique par M. Modi.  L’actuel  Premier ministre est  membre du  BJP (Bharatiya Janata Party),  formation politique très puissante en Inde, qui se revendique de l‘Hindutva, idéologie du suprémacisme culturel et  ethno-religieux hindou, volontiers qualifié d’islamophobe par les mahométans du sous-continent indien. Narendra Modi fut membre d’une organisation paramilitaire de masse, la  Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS),  « Organisation volontaire nationale » qui a toujours  des liens organiques avec  le BJP  et qui est connue pour sa défense intransigeante de la foi hindoue face aux menées des  islamistes,  mais aussi pour ne pas répugner parfois  à la violence  contre l’extrême gauche ou  les minorités religieuses.

Alors, à l’évidence, au cours de cette visite d’Etat,   nécessités commerciales et  impératifs géopolitiques  l’ont emporté sur toute autre considération pour Emmanuel Macron, ce  qui , nous l’espérons, ne choquera pas outre mesure la sensibilité de  M. Castaner. Nous n’allons d’ailleurs pas  reprocher au président de la république de réintroduire, après les  désastreux épisodes Sarkozy-Juppé puis Hollande-Fabius,  un peu de realpolitik dans la conduite de nos relations internationales. Quand bien  même serait il  heureux qu’il  s’en  inspire  plus avant dans le dossier syrien et dans notre dialogue avec  Moscou…

Un principe de réalité que prônait aussi Louis Aliot, invité lundi de Radio Classique, qui fut questionné sur la probabilité de la mise en place d’alliances entre  l’opposition nationale et  LR.   « Les électeurs républicains, a-t-il déclaré, ont voté au deuxième tour pour nos candidats et ce, depuis déjà beaucoup d’élections. A la base c’est en train de se faire. Les états-majors, je n’y crois pas car ils sont enfermés dans des logiques d’appareils qui, pour l’instant, les empêchent de discuter avec qui que ce soit. »  D’autant  , a-t-il ajouté,  qu’«on ne sait pas ce que pense Laurent Wauquiez», et que  «son parti vote  au parlement européen toute la politique de Jean-Claude Juncker », le président de la Commission européenne.

Une alliance d’appareils à laquelle ne croit plus pas non plus la conseillère politique de Laurent Wauquiez,et député au Parlement européen Nadine Morano.  Présente sur l’antenne de RMC  hier,  elle s’est surtout  employée à  dire tout le mal quelle pensait du Front National tout en avouant  des «constats communs »  entre le FN et LR . « Plutôt que de faire un accord avec un parti en déconfiture, je préfère faire un accord avec les Français et l’ensemble des électeurs, on veut qu’ils reviennent vers nous! » « Quand vous faites une alliance vous devez avoir un maximum de points communs et une ligne politique convergente.» Or a-t-elle ajouté, «l’ADN de base du FN c’est l’antigaullisme, je suis gaulliste: je ne peux pas faire alliance avec un parti antigaulliste! »

Marie-Christine Arnautu réagissant à cette  entretien de l’élue LR a noté:   « S’amuser à jouer la dure à longueur de temps pour au final rentrer dans le même moule que tout le monde, quel courage !»Certes, la faiblesse des éléments de langage, des arguments  avancés par Mme Morano  peuvent  s’expliquer. Indigence qui  est la marque de la fébrilité de  M. Wauquiez contesté  dans sa stratégie droitière par des poids lourds républicains, à la tête d’un parti  sans unité, fortement tiraillé entre sa base conservatrice et identitaire ( au sens large du terme) et de nombreux cadres ouvertement progressistes et à l’antifrontisme rabique.  Quelle cohabitation possible au sein de LR entre deux tendances aussi opposées? Et ce,  alors même que les sympathisants de  base du président de LR  constituent à l’évidence le noyau dur des électeurs de droite qui, dans les sondages,  se prononcentpour des accords, notamment locaux, avec les nationaux…

« Ami » de Nadine Morano,   l’ex ministre de  Nicolas Sarkozy et ancien député RPR, UMP et LR ,  Thierry Mariani,  a fait preuve de plus de fermeté et de cohérence. Dans  l’entretien qu’il a accordé au JDD samedi, M. Mariani, qui  a souvent tenu un discours  similaire à celui du FN sur de nombreux sujets, tout en prenant bien soin de s’en démarquer,  a tenu des propos plus en adéquation avec la logique électorale et les attentes du peuple de droite:  « Tout a changé depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Nous avons affaire à un renversement d’alliance. Le centre, qui nous a empêchés pendant des années de réaliser ce qu’on devait faire, est parti chez Macron. Et le FN d’aujourd’hui n’est plus celui de Jean-Marie Le Pen. » Quand bien même, ajouterons nous,  toute une partie du RPR dont Thierry Mariani  fut l’élu, prônait déjà  l’alliance avec le FN de Jean-Marie Le Pen, avant de se gauchiser sous l’influence catastrophique pour notre pays  des Chirac, Juppé et consorts.

« Sans alliés, nous allons rester dans l’opposition pour longtemps. Il est temps de renverser la table. Le Front National a évolué. Regardons si un accord ou un rapprochement sont possibles. Parce que si on veut des alliés, ils seront forcément de ce côté-là si on veut appliquer un programme de droite» précise encore M Mariani.  Une prise de conscience qui intervient au moment ou le président du Parti chrétien démocrate (PCD, affilié à LR) , Jean-Frédéric Poisson, jusqu’alors  défavorable à toute alliance avec le FN, évolue lui aussi sensiblement. Sur France Info hier, il s’est dit prêt à «essayer de faire émerger un projet», «une véritable alternative à la vision de la France d’Emmanuel Macron», «qui soit suffisamment large et clair pour rassembler, pour tous ceux qui pensent que la France a encore un rôle à jouer dans l’Europe, que la culture française a du sens (…). Tout cela peut constituer un projet politique, c’est ma conviction, susceptible de rassembler largement.» «Tous ceux qui s’y retrouvent sont les bienvenus et si cela doit aller des Républicains aux gens qui sont au Front national, ça sera très bien.»

Bruno Gollnisch le rappelle, le FN a longtemps tendu la main,  en vain,   à tous les adversaires autoproclamés des libéraux-libertaires, des immigrationnistes, des euromondialistes béats. La droite démonétisée par des années de trahisons, de reniements, de lâchetés, est aujourd’hui, plus que jamais , devant ses responsabilités. Est-elle capable, aura-t-elle le courage  de faire  son  aggiornamento, de se dégager de l’emprise idéologique de la gauche, du vieux piège mitterrandien? C’est au pied du mur, ici et maintenant,  qu’elle sera jugée.

https://gollnisch.com/2018/03/14/un-doux-chez-les-durs-la...

Jean-Marie Le Pen - Mémoires Fils de la Nation

L’éolien n’est qu’une « pompe à fric » pour escrocs avec des bénéfices scandaleux que nous payons dans le surcoût de nos factures EDF.

illustration-eoliennes_3663810.jpg

Marc Rousset

Macron veut vendre à l’Inde 12 réacteurs, dont une centrale nucléaire de 6 réacteurs du type EPR à Jaitapur, en Inde. Début 2018, 449 réacteurs sont en fonctionnement dans le monde, et 56 en construction.

Les énergies renouvelables, en France, ne survivent que parce que subventionnées d’une façon éhontée par l’usager. Le prix de vente de l’électricité issue de l’éolien terrestre est trois fois plus élevé que celui du nucléaire ; le solaire photovoltaïque peut être jusqu’à quinze fois plus cher. Quant à l’éolien en mer, il est six fois plus cher que le nucléaire.

L’éolien n’est qu’une « pompe à fric » pour escrocs avec des bénéfices scandaleux que nous payons dans le surcoût de nos factures EDF. L’État garantit, en effet, un revenu de base de huit centimes par kWh. L’éolien n’est en aucune façon un investissement écologique pour le développement du pays. Combattre les éoliennes qui polluent, avec leurs matériaux et les politiciens locaux corrompus, c’est aussi préserver la beauté et l’environnement de la France.

Les éoliennes, ainsi que les panneaux photovoltaïques, sont importés dans notre pays, ce qui accroît le déficit catastrophique de notre balance commerciale. Ce sont, de plus, des sources d’énergie intermittentes (absence de vent ou de soleil) dont la production d’électricité n’est pas stockable. Elles nécessitent donc la production d’une énergie de secours équivalente pour permettre au réseau de répondre à tout moment à la consommation, d’où (en Allemagne) les centrales de lignite polluantes dont ne parle jamais Nicolas Hulot et la nécessité de construire 4.000 kilomètres de lignes de haute tension entre l’énergie éolienne de la mer du Nord et le sud de la Bavière. Les réseaux haute tension français sont déjà construits depuis longtemps.

Si l’EPR est une folie, pourquoi les Chinois en construisent-ils ? Pourquoi les Anglais et les Indiens sont-ils très intéressés ? Flamanville, c’est une seule fois dix milliards d’euros pour produire, pendant quatre-vingts ans, avec une disponibilité de 80 %, soit un coût d’un centime par kilowattheure. Le problème des déchets est définitivement réglé à Bure.

Les énergies renouvelables, c’est, au contraire, un surcoût de dix milliards d’euros payés tous les ans par les contribuables français à partir de 2020. Là est le scandale ! En Allemagne, le surcoût est déjà de vingt-quatre milliards d’euros chaque année, et il ne cesse d’augmenter ! Mme Merkel ne s’est pas seulement « plantée » pour l’immigration, mais aussi pour son tournant énergétique (« Energiewende ») démagogique. À Fukushima, le nucléaire n’a causé aucun mort, contrairement au tsunami.
 
Fermer Fessenheim entraînerait une perte d’exploitation de sept milliards d’euros pour EDF. La centrale pourrait être prolongée sans problème pour une durée de soixante ans, comme sa sœur jumelle de Bear Valley, aux États-Unis. Fermer Fessenheim, c’est supprimer 2.200 emplois non délocalisables, priver les Français d’une électricité rentable et bon marché, obliger l’Alsace à importer d’Allemagne 12 térawattheures par an.

L’électronucléaire en France, c’est l’équivalent de vingt milliards d’euros d’importation de pétrole, dix fois moins de rejets de gaz à effet de serre qu’en Allemagne, une industrie pourvoyeuse d’emplois, exportatrice et de haute technologie, un prix compétitif d’énergie.

Les éruptions du soleil et les éruptions volcaniques, pas le CO2(gaz carbonique), sont responsables des variations climatiques. L’avenir énergétique du XXIe siècle, pour la France, c’est en fait le nucléaire avec des réacteurs à neutrons rapides utilisant l’uranium 238 présent à 99,3 % dans l’uranium naturel, contrairement à l’uranium 235 présentement utilisé (0,7 %).

Pour les énergies renouvelables, comme pour le réchauffement climatique, le libre-échangisme mondialiste et l’immigration, les bobards, ça suffit ! Peuple de France, réveille-toi !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Les soutiens de Marion Maréchal-Le Pen écartés au FN

6a00d83451619c69e201bb09fb2b38970d-800wi.jpgAlors que Marine Le Pen envisage de nouer des alliances externes, il semblequ'en interne elle ait écarté les soutiens de la branche "marioniste". Un cadre explique :

"Traditionnellement, on laisse un strapontin à chaque sensibilité. Là, ce sont surtout les 'marinistes' qui sont représentés".

Cet interlocuteur en veut pour preuve la non-intégration de deux étoiles montantes du parti, "suspectées d'être proches de Marion Maréchal-Le Pen", au Conseil national: Antoine Mellies et François de Voyer. Le premier est conseiller régional FN et fondateur du collectif Audace, dont la présidence a récemment échu au second. Autre absence: celle de Thibaut Monnier, secrétaire départemental de l'Isère et une autre figure d'Audace. Cette structure de "jeunes actifs patriotes" a pour ambition de séduire les entrepreneurs et échange notamment avec Jean-Frédéric Poisson. Mauvais signe pour un parti qui veut nouer des alliances.

Non élus au Conseil national, Antoine Mellies et François de Voyer n'ont pas été repêchés par la Marine Le Pen. Thibaut Monnier est le président de l’Issep, l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques qui est en train de se mettre en place à Lyon avec l’appui de Marion...

Interprétation lapidaire d'un cadre:

"les 'marionistes' ont été exécutés ce week-end".

Un élu du sud confirme :

"Mais s'il y a des perdants et des gagnants à l'issue du congrès, les proches de 'Marion' font partie de la première catégorie". "Comme il n'y a plus personne pour les protéger, les 'marionistes' se sentent clairement menacés".

Marine Le Pen refuse de voir se développer une contestation qui la fragiliserait. Il semble qu'elle ne cherche à s'entourer que de flatteurs. 

Nicolas Bay est également dans le collimateur de l'état-major:

"D'aucuns voient en lui le cheval de Troie des identitaires dans un contexte où Marine Le Pen veut réduire leur influence". "Bay est la cible numéro un de l'entourage de Marine Le Pen".

Addendum 14/03 - Dans un tweet, François de Voyer indique qu'il a lui-même demandé de ne pas intégrer le Bureau national, par manque de temps :

J’ai moi même demandé à @MLP_officiel de ne pas figurer au Bureau National parce que je ne pouvais plus soutenir ma charge de travail en tant qu’entrepreneur et pdt du collectif @Audace_France !!! https://twitter.com/romain_herreros/status/973618710278787072 

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Zemmour : “L’Europe oblige Marine Le Pen à revenir aux fondamentaux du FN de papa”

 

Le Front national s’appellera le “Rassemblement national” (le nom doit être soumis à un vote par courrier des militants). Mais quelle est la signification politique de ce changement de nom ?

https://www.patriote.info/videos/politique-videos/zemmour...

Donald Trump nomme un pro-vie comme Secrétaire d'Etat

6a00d83451619c69e201b8d2e23271970c-200wi.jpgLe président Trump a annoncé ce matin que Rex Tillerson a été limogé de son poste de Secrétaire d'Etat des Etats-Unis et sera remplacé par Mike Pompeo. Membre du Parti républicain, il a été élu à la Chambre des représentants des États-Unis de 2011 à 2017 pour le Kansas et était directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) depuis 2017. Sa nomination doit encore être approuvée par le Sénat.

Protestant presbytérien, il enseigne à l’école du dimanche de sa paroisse du Kansas et il est membre du conseil diaconal de son église. Les associations pro-vie se réjouissent de sa nomination. Il déclarait récemment

"Je suis et serai toujours pro-vie et je défendrai la vie de la conception à la mort naturelle. Je continuerai à m'opposer à tout financement des contribuables pour l'avortement."

Il a coparrainé la loi qui prévoyait l'interdiction du financement fédéral à tout groupe pratiquant des avortements. Pompeo a coparrainé un projet de loi qui aurait inclus l'enfant à naître dans les protections du 14e amendement. Il a voté pour interdire l'information sur l'avortement dans les centres de santé scolaires. Il a voté pour interdire le financement fédéral pour Planned Parenthood et voté pour défrayer le Fonds des Nations Unies pour la population.

Sur la question de la famille, Pompeo a toujours soutenu le mariage et s'est opposé au programme LGBT. Il a soutenu la loi sur la défense du mariage et a été attaqué par l'establishment LGBT.

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/03/donald-tr...

 

12:12 Écrit par pat dans actualité, international | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

INGÉRENCES AMÉRICAINES DANS LES ÉLECTIONS DES AUTRES PAYS : C’EST POUR TON BIEN, MON ENFANT…

cia-1550x660.jpg

L’ancien patron de la CIA, James Woolsey, est récemment parti d’un éclat de rire à la télévision lorsque la journaliste Laura Ingraham lui a demandé si les États-Unis « s’ingéraient dans les élections des autres pays ».

« C’est pour le bien, la bonne cause, la démocratie » a-t-il dit… Puis Laura Ingraham (qui a séjourné en URSS) de lui demander si on ne se trompait pas d’ennemi : « Quand j’entends « Russie, Russie, Russie », moi je crie « Chine, Chine, Chine! » . Elle est donc un agent russe…

Les États-Unis et l’URSS/Russie sont intervenus 117 fois dans des élections étrangères entre 1946 et 2000,
(source : When the Great Power Gets a Vote: The Effects of Great Power Electoral Interventions on Election Results – International Studies Quarterly – par Dov H. Levin, Juin 2016).
Dans cette période 81 ingérences électorales furent américaines (coups d’Etat exclus).
Voici quelques exemples tirés des 81 ingérences américaines répertoriées (source KQED News) :

– Le livre bleu argentin de 1946, ou l’ancêtre du dossier Steele sur Trump : publication peu avant l’élection d’un document de 130 pages accusant Juan Perón, le candidat populiste en tête, de préparer l’instauration du 4e Reich en Amérique du Sud. Mais Perón gagne massivement.
Le tungstène japonais : transfert « discret » par la CIA du précieux métal saisi dans les caches de l’armée impériale, vente du stock au Pentagone pour 10 millions de $, et utilisation des fonds « discrets » pour initier un financement à long terme des conservateurs japonais (au pouvoir pendant 20 ans).
Le référendum vietnamien : organisation en 1955 pour décider qui de l’ex empereur Bao Dai et de Ngo Dinh Diem sera du leader du Vietnam du sud. Investissement sur Diem. Sur 400 000 électeurs inscrits, Diem obtient … 600 000 voix. Diem continue d’être soutenu jusqu’à son renversement en 1963 après avoir rué dans les brancards.
Le cas Salvador Allende (Chili), ou le « précédent Trump ». Des efforts considérables furent déployés pour empêcher une élection d’Allende au début des années 60. La CIA investit 2,6 millions de $ (50% du coût de la campagne) sur son champion, Eduardo Frei qui est élu en 1964. En 1970 la CIA tente de répliquer l’opération, mais Allende gagne. Suit une tentative de coup d’Etat qui échoue. Allende ne tient cependant pas les fils d’un pouvoir qu’il ne peut consolider face aux ingérences constantes (ce qui ressemble beaucoup à la fragilité actuelle de Trump face au coup d’État larvé du « Deep State »). Allende est assassiné en 1973. Suivent 17 années de Pinochet.
Les élections yougoslaves de 2000, ou le « précédent Poutine » : les américains choisissent avant l’élection Vojislav Kostunica contre Slobodan Milosevic (le Poutine de l’époque). Le Congrès consacre 40 millions de $ (de l’époque), ce que le Washington Post décrit comme « un effort extraordinaire pour déposer un chef d’État étranger ». Avec succès: Kostunica gagne, les révélations sur les crimes de guerre se multiplient, Milosevic est traduit devant la Cour de la Haye où il meurt… avant d’avoir été aujourd’hui exonéré.

Poutine a survécu à l’élection de 2012 et celle de 2018. Mais le film continue…
Car la Russie est devenue l’objet des attentions de la CIA. Les américains avaient aidé Eltsine, puis furent fort dépourvus par la relance du pays par Poutine. Conclusion : il faut le changer. L’effort perdure depuis 2012. Prochaine étape : le sabotage de la coupe du monde…

http://www.bvoltaire.fr/ingerences-americaines-elections-...

QUAND MADMOIZELLE PROMEUT L'AVORTEMENT AVEC UN "TUTO MODE POUR AVORTER"

La présidence autrichienne de l’UE veut fermer les frontières, par Olivier Bault

autriche-frontieres-9070-Chard.jpg

DXMbZWaWsAARjGf.jpgL’Autriche prendra la présidence du Conseil de l’UE en juillet après les six mois de présidence bulgare. Le chancelier Sebastian Kurz, qui préside la coalition ÖVP-FPÖ, a annoncé vendredi en conférence de presse les priorités de la présidence autrichienne. Parmi ces priorités, il y aura la lutte contre l’immigration illégale. Kurz souhaite que l’on cesse de parler de relocalisation des demandeurs d’asile à l’intérieur de l’UE et que l’on empêche l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants ! Pour cela, Kurz a indiqué qu’il ne suffisait pas de protéger les frontières mais qu’il fallait renvoyer les immigrants illégaux en Afrique après leur sauvetage en mer, et non pas chercher à les relocaliser vers des pays qui n’en veulent pas.

Une option pourrait être d’étendre le mandat de l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex, mais cela dépendra des négociations entre pays européens, y compris lors du sommet sur l’immigration et la sécurité prévu pour le 20 septembre.

Parmi les autres priorités de la présidence autrichienne, il y a aussi l’adhésion à l’UE des pays des Balkans occidentaux, et notamment de la Serbie et du Monténégro.

Ces priorités de la présidence autrichienne de l’UE confirment le rapprochement de l’Autriche avec le Groupe de Visegrád (V4). Un rapprochement amorcé sous le gouvernement précédent avec la fermeture, début 2016, de la route des Balkans aux immigrants clandestins par un effort coordonné de l’Autriche et du V4. Mais depuis la formation d’un gouvernement de coalition des droites sous la houlette de Sebastian Kurz, ce rapprochement s’est accentué, et quand le jeune chancelier autrichien a reçu le Hongrois Viktor Orbán fin janvier, les deux hommes étaient sur la même ligne en ce qui concerne la gestion de l’immigration. L’élargissement de l’UE vers les Balkans occidentaux est aussi un sujet important pour les capitales du V4.

Il faut donc s’attendre à des tensions entre la présidence autrichienne du Conseil de l’UE et la Commission européenne favorable à la politique des frontières ouvertes. Le commissaire grec aux affaires intérieures Dimitris Avramópoulos est intervenu lundi devant le Conseil de l’UE pour mettre en garde le futur gouvernement italien contre un changement de politique en matière d’immigration. « Nous comptons beaucoup sur la contribution italienne et sur le soutien de l’Italie à notre stratégie commune en matière d’immigration », a-t-il indiqué, avant de vanter la politique migratoire du gouvernement Gentiloni, alors que la route de la Méditerranée centrale, passant par l’Italie, semble justement retrouver une certaine popularité chez les candidats à l’émigration illégale vers l’Europe (5 247 arrivées en janvier-février, contre 2 653 en Grèce et 2 306 en Espagne).

Le 6 mars 2017, le même Avramópoulos déclarait à Genève que « les Vingt-Sept auront besoin à l’avenir de six millions d’immigrés ». En décembre 2017, il se fendait d’un article sur le site Politico pour expliquer que les immigrants arrivés illégalement en Europe étaient là pour rester et que nous devions nous y adapter.

La présidence autrichienne de l’UE nous promet donc une intensification du conflit dans l’UE entre les partisans du grand remplacement et les patriotes. Dans un entretien à la télévision hongroise mis en ligne sur le profil Facebook du Visegrád Post, le président du Parlement hongrois a expliqué à ce propos : « Nous avons en face de nous des idiots. »

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 14 mars 2018

https://fr.novopress.info/

10:03 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les Brigandes présentent leur nouveau CD

les-brigandes-cd-6-errant-et-fugitif-1024x851.jpg

Achetez le nouveau CD des Brigandes cliquez ici

08:46 Écrit par pat dans culture et histoire, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Vendredi 23 mars : soirée Livr'arbitres

28832607_2030607823633421_1211080287_n.jpg

 
 

08:37 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Zoom - Bernard Monnot : vers un nouveau krach financier

LE NOMADISME CITÉ PAR MARINE LE PEN COMPARÉ AU RACISME

marine-le-pen-front-national-france-1250x660.jpg

J’ai écouté, ce lundi matin, « L’Heure des pros », consacrée au nouveau nom du Front national. Autour de Pascal Praud, six invités dont Jean Messiha, membre du Bureau national du Front national, qui a dû faire face aux arguments éminemment orientés de ces hommes qui se considèrent hors parti, donc sans opinion politique, mais dont nous savons tous qu’ils sont liés de près à la gauche ou au macronisme. Maurice Szafran, Clément Viktorovitch, Jacques Séguéla, Béligh Nabli et – hors jeu – Élisabeth Lévy.

Le « spécialiste en rhétorique », Clément Viktorovitch, pensant renvoyer dans ses filets l’invité FN du plateau, a sorti une phrase du long discours de Marine Le Pen lors du congrès du Front national, dimanche à Lille, dans laquelle elle a évoqué le problème principal d’Emmanuel Macron. Celui d’errer, de butiner tout en étant un immigrationniste irréductible. Selon Marine Le Pen, Macron, c’est le prototype d’un nomadisme forcené : « Le nomadisme remet en cause l’idée même de devoir, de fidélité, de respect de la parole donnée… Le nomadisme, c’est l’inverse de nos valeurs de civilisation. »

Alors là, le jeune Clément Viktorovitch, habitué du plateau de Pascal Praud, prend la France à témoin. Il monte sur son grand cheval blanc pour prouver combien Marine Le Pen reste toujours l’éternelle raciste ! « J’ai choisi cet extrait car il m’a glacé les sangs. » Pauvre chou ! Et de poursuivre, le regard inquisiteur sous ses lunettes de minet barbu – et çà vaut la peine de le citer in extenso : « On a là, stricto sensu, l’expression d’un cliché raciste qui est attaché aux populations errantes, les Roms aujourd’hui, les Juifs hier. Pour moi ce n’est pas du tout un hasard. On voit Marine Le Pen reprendre à son compte un implicite nauséabond et qui est cohérent avec tous les clichés que charrie le pire de la fachosphère autour d’Emmanuel Macron, un nomade mondialiste associé aux puissances de l’argent, et notamment celles de Rothschild, le grand banquier d’affaires sous influence de l’argent juif. »

Effrayante traduction d’une phrase qui ne voulait dire que ce qu’elle signifiait selon le dictionnaire Le Robert : « Tendance à l’instabilité d’habitat et aux déplacements par nécessité de se procurer des moyens de subsistance. »

Pascal Praud lui a, d’ailleurs, contesté cette interprétation : « Je n’ai pas entendu ce que vous nous dites. » 

Mais, lui répond Clément Viktorovitch, « c’est le principe même de l’implicisme ». Et vlan, fermez le ban !

Je note à son intention personnelle que ce mot « implicisme » n’existe pas dans notre belle langue française. Une invention, sans doute, du novlangue de cette jeune génération de gens sortis de brillantes études politiques.

Si Marine Le Pen lui a glacé les sangs, j’avoue que sa prestation à l’émission très recommandable de Pascal Praud sur C8 m’a passablement agacé. Il a dû fouiller loin dans ses documents pour trouver du racisme dans ce nomadisme. Et je ne sais pas ce qui lui a pris d’aller chercher de l’antisémitisme en citant Macron et Rothschild dans une démonstration qui le ridiculisait. Jean Messiha, né en Égypte, n’a pas pu s’empêcher de lui répondre qu’il était fort sympathique de nous faire ainsi partager ses obsessions !

Je note que, depuis dimanche 16 h 15, fin du long discours de Marine Le Pen, c’est une avalanche de désinformation sur l’ensemble de nos chaînes, désinformation due aux interprétations effectivement les plus obsessionnelles de nos « chers confrères en écriture ».

http://www.bvoltaire.fr/nomadisme-cite-marine-pen-compare...

L'alliance à droite sur un projet commun se fera selon JF. Poisson

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html