Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

Pierre Yves Rougeyron : Entretien d'octobre 2017 Partie I

Des migrants se noient à cause de l’ONG humanitariste allemande Sea Watch

A cause des talibans de l’accueil, des « migrants » se sont noyés lundi en Méditerranée !

Avertis par la Marine italienne, les gardes-côtes libyennes sont venues au secours d’un zodiac en difficulté à quelques 30 milles des côtes. En 20 minutes la vedette libyenne arrive sur les lieux où la situation est délicate. Le bateau pneumatique de fabrication chinoise est surchargé par une centaine de clandestins et risque de sombrer. Avec de nombreuses précautions, les libyens s’en approchent en demandant aux migrants de rester calmes afin de ne pas faire chavirer leur embarcation.

Peu après arrive le navire de l’ONG Sea Watch qui refuse de collaborer avec les gardes-côtes libyennes qui ont le commandement des opérations étant arrivées en premier. Au contraire, les humanitaristes se placent à 10 mètres du zodiac ce qui va provoquer le désastre. Ils ralentissent les opérations de sauvetage des Libyens et poussent les migrants à les rejoindre. En effet les migrants, c’est certain, veulent aller en Italie et non rentrer en Libye. Par dizaines, ils se sont jetés à la mer dans l’espoir d’atteindre l’embarcation de Sea WatchSix d’entre eux dont un nouveau-né mourront noyés…

Les libyens ramèneront en arrière 106 migrants et 5 cadavres, Sea Watch 59 clandestins en Italie et le corps de l’enfant…

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/des-migrants-se-noient-a-ca...

Lettre ouverte de députés européens du FN concernant la situation des chrétiens de Turquie

Lettre ouverte de Marie-Christine Arnautu, Nicolas Bay, Edouard Ferrand et Bruno Gollnisch adressée hier au Délégué permanent de Turquie auprès de l'UE concernant la situation des chrétiens de Turquie.

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.50.45Capture d’écran 2017-11-10 à 17.51.23
Capture d’écran 2017-11-10 à 17.52.11
Capture d’écran 2017-11-10 à 17.53.04

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

L’Hebdo Politique #8 avec Philippe Murer : Ecologie et Patriotisme, l’union contre nature ?

La chaîne d’information RT France lancée en décembre, les médias du système s’inquiètent

RT_France.jpg

RT sera lancée en France en décembre et les médias du système rivalisent déjà d’injures et de sous-entendus pour tenter d’en contrecarrer les effets qui ajouteraient encore plus de crise dans la situation déjà pas reluisante de la presse française. Avertir les Fraudes, intimider les clients et se lier entre concurrents pour chasser le nouveau venu, ce qui fonctionne dans une guerre des boulangers à Rouillac peut aussi marcher dans les grands médias.

Elle « sent le souffre » pour La Tribune, est un « organe d’influence » pour Macron – alors simple candidat à la présidence – un moyen de « manipuler l’opinion » pour Les Inrocks qui y ont consacré un dossier titré « Poutine vous mate » – « critiquée pour sa couverture pro-russe de l’information » pour Ouest-France ou « outil d’influence russe » pour Le Monde, une chose est sûre, RT en France ne laisse personne indiffèrent. On aura vu la presse française bien plus prudente avec les grandes oreilles de la NSA ou la CIA dont un ancien agent achète à tour de bras des médias dans les Balkans, région toujours stratégique où la Russie conserve de forts appuis dans le peuple et où les médias sont néanmoins très suivis dans la société.

Financée à 100% par l’État russe, « RT est soupçonnée, au même titre que l’agence de presse en ligne Sputnik, d’être un instrument de propagande et une source d’informations mensongères (« fake news ») au service de la politique de Vladimir Poutine », insinue La Tribune. Des accusations qui ont un vieux fond puant qui laisse songeur : le même qui fleure bon l’accusation d’intelligence avec l’étranger, la cinquième colonne, le Maccarthysme.

Xenia Fedorova, qui dirige la chaîne après avoir géré l’agence de presse Ruptly – elle aussi dépendante des médias officiels russes – à Berlin répond aux accusations : « Nous sommes une chaîne russe financée par l’État, mais dans un groupe où les équipes sont internationales et composées de peu de Russes. Notre modèle économique et notre concept ne sont pas tellement différents celui de chaines d’information internationales comme BBC News ou France 24. Notre objectif est de couvrir les actualités locales, régionales et internationales qui touchent la France et le monde francophone, tout en mettant l’accent sur les aspects trop souvent négligés par nos confrères. »

RT, basée à Boulogne va recruter 150 personnes dont 50 journalistes et se centrer, comme les autres médias français, sur Paris. Pas de grands noms à priori, si on exclut des rumeurs sur Zemmour et Elkabbach. Elle veut capitaliser sur l’audience du site d’information, lancé depuis un an, qui a doublé depuis son lancement et qui est maintenant très lu, notamment par les personnes sympathisantes des partis de droite (UMP, FN, DLF, UDI etc…) et beaucoup de jeunes. La chaîne diffusera 24h/24 dont 10 heures de direct par jour et un journal chaque heure. Le budget sera de 20 millions d’euros et la chaîne devrait aussi être disponible sur les satellites Astra 19.2 et Eutelsat 5W. 

RT existe déjà en anglais depuis 2005, en arabe depuis 2007, en espagnol depuis 2009 tandis que l’agence Ruptly a été lancée en 2013. Elle revendique 70 millions de téléspectateurs dans 38 pays. Le développement de RT s’est accompagné d’une forte hostilité des médias établis et même de certains gouvernements (Lettonie, Allemagne, Royaume-Uni), de pressions envers les journalistes, les directions, la diffusion de fausses informations dans la presse du système etc. dans un cadre qui relève d’une véritable « guerre froide de l’information ».

Au sein de l’équipe française, Jérôme Bonnet, cofondateur du journal satyrique Zelium, sera le rédacteur en chef adjoint en charge du digital, Nadia de Mourzitch, ancienne directrice adjointe des magazines de TF1, gérera les programmes avec Jean-Maurice Potier, ex-présentateur de JT sur LCI, Vincent Fazekas, consultant, est nommé directeur du marketing. Le comité d’éthique est composé de l’économiste Jacques Sapir et de l’ancien député Thierry Mariani, deux personnalités connues pour leur engagement pro-russe. Hélène Carrère d’Encausse s’est cependant désistée.

La chaîne a obtenu un conventionnement du CSA, bien obligé – rien dans ses règles ne lui permettait de le refuser : « nous ne sommes pas dans la logique d’un appel à candidatures pour l’octroi d’une fréquence hertzienne mais dans le seul champ de la liberté de communication », répondait Olivier Schrameck, son président, au Monde.
RT fait la critique radicale des médias du système

Loin de baisser les yeux, RT en France aggrave la jaunisse des médias établis en se livrant à une critique radicale de ceux-là. Dans les Inrocks, Xenia Fedorova répond aux accusations : « “Notre but est de donner aux audiences françaises des infos rapides, crédibles, et qui n’apportent pas un seul point de vue, qui présentent aussi l’autre partie de l’histoire (…) Offrir une perspective différente en somme, et en disant cela je ne parle pas de ce que les médias nomment “le point de vue russe” : c’est totalement faux.” »

Elle dénonce sur son site le parti pris des médias du système envers RT : « depuis quelques mois, je suis le témoin privilégié d’un phénomène que je n’aurais jamais cru possible dans le pays de Voltaire […] la campagne de dénigrement permanent dont est victime RT France dont le lancement n’a même pas encore eu lieu ! ». Pour elle, « ces accusations pourraient aisément être réfutées en à peine quelques minutes de recherche, ce que tout journaliste digne de ce nom devrait faire avant publication. Pourtant, dès lors qu’il est question de RT, il semble que ces élémentaires vérifications soient rarement, voire jamais effectuées, comme si les médias mainstream n’entendaient pas laisser les faits faire obstacle à leurs scénarios alarmistes pré-écrits ».

Elle dénonce le parti-pris des médias du système pour Macron, qui lui a refusé d’accréditer Sputnik et RT au motif que ces médias seraient des « agents d’influence » qui diffuseraient des contre-vérités à son égard… ou qui lui seraient opposés. Curieuse vision de la démocratie. « Durant cette année d’élection présidentielle, cette presse grand public, qui accuse RT de partialité, n’a pour l’essentiel produit qu’une gigantesque et concertée campagne de promotion pour le candidat de son choix, répétant à l’envi les éléments de langage forgés par ses équipes ».

Conclusion logique : « les médias mainstream ont avant tout tourné le dos à leurs responsabilités, cessé de faire leur travail. Ironie du sort : ces médias qui alertaient partout sur la nécessité impérieuse de lutter contre les fake news en sont devenus les principaux propagateurs ». Avec le lancement de RT en décembre, nombre de gens dans les rédactions du système vont pouvoir se faire des cheveux blancs. Le monopole de l’information, déjà ébréché par les médias de réinformation sur internet, est en train de s’effondrer. Comme en 1989, le Mur tombe. Mais plus à Berlin, à Paris.

Texte repris du site de l’Ojim

https://fr.novopress.info/208305/la-chaine-dinformation-r...

Samedi 2 décembre, Paris : conférence organisée par les Amis franciliens de Synthèse nationale avec Adrien Abauzit

Diapositive1.jpg

LA-FRANCE-DIVISE-PAR-ELLE-MEME_ADRIEN-ABAUZIT.jpg

Le nouveau livre d'Adrien Abauzit

Pour l'acheter cliquez ici

Écoutez l'émission sur Radio Libertés cliquez là

La bataille du Chemin des Dames ep1 : L'offensive Nivelle

16:52 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Manifestation contre une prière musulmane dans la rue : la presse dénonce... les élus

Entre Le Parisien et Le Lab c'est un festival :

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.35.45

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.36.38Capture d’écran 2017-11-10 à 17.41.50A Clichy aujourd'hui, des élus ont manifesté et chanté la Marseillaise devant la prière de rue organisée par des musulmans. 3 conseillers régionaux d'Ile de France du FN se sont associés à cette manifestation menée notamment par Valérie Pécresse (LR) et Rémy Muzeau Maire de Clichy La Garenne.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

RÉPONSE À THOMAS VALMENIER : MARION MARÉCHAL-LE PEN REVIENDRA TÔT OU TARD !

e2a5ca5bb91b79910da83aa7167612fa1d198274.jpg

Le titre de l’article de Thomas Valmenier « Marion Maréchal n’est pas Jeanne d’Arc, et après ? » m’a attirée et le début a confirmé ma bonne opinion. Eh oui, Marion Maréchal-Le Pen n’a pas entendu les voix de l’archange saint Michel et des saintes l’appelant à sauver la France, elle n’avait aucune mission divine et en était parfaitement consciente.

En revanche, je ne suis pas d’accord sur la suite : Thomas Valmenier répète ce que le microcosme politico-médiatique, afin de faire du comportement de Marion un élément de la crise du Front national, veut faire croire.

Or, ce n’est pas le cas : Marion Maréchal n’a nullement pensé qu’elle avait assez donné en cinq ans et, en conséquence, décidé d’abandonner définitivement la vie politique. Et, d’ailleurs, son retour à la vie privée pour un certain temps n’a rien à voir avec la crise du Front national.

Il y a déjà plus de deux ans qu’elle a annoncé ce qu’elle comptait faire, et qu’elle a très exactement fait : participer à la campagne présidentielle de sa tante Marine et lancer la candidature de celui qu’elle espérait voir lui succéder comme député, puis retourner, pour un certain temps, à la vie privée pour des raisons qu’elle exposait très clairement :
– la première étant qu’elle s’estimait insuffisamment formée intellectuellement pour le rôle politique qui pouvait être le sien : il lui fallait du temps pour reprendre des études sans négliger les devoirs que lui auraient imposés un mandat politique ;
– la deuxième était effectivement le besoin de consacrer plus de temps à sa petite fille qu’elle avait eu le sentiment de négliger ;
– la troisième étant le besoin de connaître la vie de ceux qui ne sont pas entrés en politique dès leur jeunesse pour ne plus en sortir, et donc de travailler dans le secteur privé ;
– la quatrième, enfin, étant la nécessité de montrer, par l’exemple, que l’on pouvait ne pas faire de la vie politique la totalité de son existence, et que l’on n’était pas propriétaire, à vie, de mandats et fonctions politiques. 

Mais, ayant expliqué cela, Marion Maréchal ne dissimulait pas qu’il était plus que probable qu’elle reviendrait tôt ou tard à la vie politique, mieux armée par ce qu’elle aurait fait pendant ce congé sabbatique prolongé qu’elle ne l’aurait été en restant dans la vie politique sans interruption.

Il est possible et même probable qu’elle a vécu difficilement l’époque où Florian Philippot, bien que considérablement moins populaire qu’elle au FN, l’accablait de son mépris et tentait de lui savonner toutes les planches possibles, assuré qu’il se croyait du soutien indéfectible de Mme Le Pen, même si sa politique conduisait à l’échec, comme on pouvait s’en douter des mois avant le fameux « débat », en voyant les sondages réduire régulièrement le pourcentage de voix prévu pour Mme Le Pen au premier tour de la présidentielle (à l’automne 2016, on lui attribuait jusqu’à 34-35 % des voix, mais ce pourcentage n’a cessé de baisser jusqu’aux 21 % du vote réel).

Mais si ces désagréments ont pu ajouter au soulagement qu’elle a pu ressentir après son départ, ils n’en ont pas été la cause ni l’occasion.

Et, quoi qu’en pense Thomas Valmenier, il me semble probable qu’elle s’en tiendra à son projet initial et qu’ayant suffisamment complété sa formation et ses expériences, sa fille étant d’ailleurs scolarisée et ayant moins besoin de sa présence, elle mettra à nouveau ses extraordinaires capacités au service du Front national.

Bien que n’appartenant pas à ce parti (et n’en étant même pas « sympathisante »), c’est ce que je souhaite. Il serait trop dommage que notre pays ne puisse pas bénéficier, dans l’avenir, des dons exceptionnels de Marion Maréchal et de son extraordinaire capacité de travail.

http://www.bvoltaire.fr/reponse-a-thomas-valmenier-marion...

Jean-David Cattin : « Seule une politique identitaire peut assurer notre pérennité »

Politique-Identitaire-Cattin.jpg

« Seule une politique identitaire peut assurer la sécurité, la prospérité mais aussi la pérennité de la civilisation et des nations européennes », affirme Jean-David Cattin, directeur national des Identitaires et membre de la campagne « Defend Europe ». Le 18 novembre prochain, il participera au 3e Forum de la Dissidence. Avant cet événement dédié à la refondation de la droite, il répond aux questions de la fondation Polémia.

Polémia : Qu’est-ce que la droite pour vous ?

Jean-David-Cattin-Politique-identitaire-300x300.jpgJean-David Cattin : Les identitaires se réclament volontiers de droite identitaire. Aujourd’hui beaucoup sont ceux à en faire de même et cela ne peut être que réjouissant. Cette appellation ne doit cependant pas être qu’un produit d’appel électoral. Il faut qu’elle engage et aboutisse sur des mesures, comme la mise en place d’une politique de remigration. Les électeurs français se sont détournés de Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2012 car ils ont bien compris que l’identité pour lui n’était qu’un argument marketing et en aucun cas une préoccupation sincère.

Il y a aujourd’hui une forte envie de droite mais pas de n’importe quelle droite. Une droite qui ne cède pas au terrorisme intellectuel de la gauche, à la culpabilisation ; une droite d’action et de conviction. Et cela moins pour des raisons intellectuelles que des raisons existentielles.

Les Français soucieux de préserver leur mode de vie, leur identité et qui refusent la dépossession de leur terre savent bien que ce n’est pas à gauche qu’ils trouveront celui qui va les défendre. De Macron à Mélenchon, en passant par Hamon et les partis qu’ils représentent, l’identité est vue comme un archaïsme et un obstacle qu’il s’agit de dépasser voire de détruire.

Partout dans le monde, l’identité et la question civilisationnelle structurent la vie politique. Il est temps que la droite française s’en rende compte et soit à la hauteur de l’histoire.

La France et l’Europe semblent engluées dans une crise identitaire sans fin. Comment en sortir ?

Il n’y a plus de politique, la classe politique s’est contentée ces dernières années de gérer la mondialisation et les flux migratoires et parfois de les accélérer. Il n’y a pas de vision à long terme, on se laisse bercer par l’illusion de la fin de l’histoire. Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, nous a montré qu’avec un peu de volonté politique, il était possible de changer les choses. Presque seul contre l’avis des pays européens les plus puissants, il a mis en place une barrière pour stopper les flux de clandestins et a refusé les quotas de “migrants” que la Commission européenne voulait lui imposer.

Il s’agit aujourd’hui de convaincre que seule une politique identitaire peut assurer la sécurité, la prospérité mais aussi la pérennité de la civilisation et des nations européennes. Il faut refuser le fatalisme et finalement commencer à refaire de la politique.

En quelques mots, quelle sera la teneur de votre intervention à ce 3e Forum de la Dissidence ?

À travers l’évocation de la mission Defend Europe, j’aimerais faire prendre conscience qu’il est possible de faire quelque chose, que l’action politique peut influencer le réel. Beaucoup a été fait ces dernières années dans le combat des idées, il est temps aujourd’hui de traduire cela par l’engagement politique. Dans le combat électoral, comme dans l’engagement militant, le désespoir et le défaitisme ne sont pas de mise. Au contraire il existe aujourd’hui un boulevard pour ceux prêts à défendre leur peuple et leur civilisation.

 

Sébastien Chenu (FN) reconnait l'héritage culturel de l'Eglise en France

 
 

VIDEO⚡️@SebChenu : «[Les personnes ayant demandé le retrait de la  de ] sont obstinées par le recul du  et de la . Je suis  sans aller à la messe mais reconnais l'héritage culturel de l' dans mon pays.» 

Michel Janva

I-Média#175 : Jeuxvidéo.com méga troll ou catharsis ?

Du « Bon Peuple » à la notion de crétins manipulés

migrants_italie_libye.png

Bernard Plouvier

Dans la vie quotidienne, s’il est un peu abusif de prétendre que « le client est roi », il est évident que celui qui paie dirige, que ce soit sa famille ou son entreprise, la conception et la réalisation de travaux ou l’exécution de commandes.

Il en va tout autrement dans la vie publique, en dépit des Lois fondamentales de presque tous les États de la planète, ces Constitutions si changeantes sauf sur un point toujours placé en exergue : la Nation est le seul souverain légitime de l’État. L’application de ce fort beau et bon principe a de quoi faire hurler de rire… jaune, bien sûr.

Si l’on se réfère à l’exemple français contemporain, l’on est édifié. Selon les données du ministère des Finances, les recettes de l’État, pour l’année 2014, ont été apportées à 56% par les taxes à la consommation, à 25% par les impôts perçus auprès des particuliers, à 13% par les impôts sur les sociétés, à 6% par les bénéfices d’exploitation des régies et Domaines.

Étant donné que, par les taxes à la consommation, les impôts sur les revenus et les successions, le bon peuple règle une énorme part de la dépense collective (81%, en 2014, dans l’exemple choisi), il serait logique de prendre son avis, par voie référendaire, pour tous les choix de société grevant les finances publiques : immigration, dépenses de santé pour les idiots et les déments, aide aux peuples attardés, entretien des ex-colonies qui continuent à être des boulets économiques pour la métropole sous l’appellation de départements d’Outre-mer, engagement de nouveaux fonctionnaires, dépenses à prétentions culturelles. Le bon peuple devrait également se prononcer sur les priorités budgétaires.

On ne méconnaît pas le rapport de l’impôt sur les sociétés, mais leurs dirigeants sont, eux, très largement écoutés des politiciens et des hauts-fonctionnaires, contrairement au « bon peuple » consulté en pratique tous les 4 ou 5 ans et sur des programmes plus mensongers que la déclaration d’amour d’un Don Juan de banlieue.

Pour reprendre l’exemple français, en 2014, les dépenses ont été réparties à hauteur de 25% en allocations diverses (aux associations et aux particuliers), de 12% pour le service de la Dette, de 21% pour la Défense et la sécurité publique, de 20% pour l’enseignement et la recherche, de 22% pour les autres ministères. Les dépenses ont très largement excédé les recettes, d’où un accroissement de la Dette. Les politiciens démagogues sont d’abominables gestionnaires, irresponsables légalement autant que moralement.  

Un État qui emprunte pour créer des infrastructures utiles (autoroutes, ports et aéroports, télécommunications, production d’énergie au meilleur rapport quantité fournie/coût), pour mieux protéger la population et mieux instruire la jeunesse, pour mieux soigner est bienfaisant. Un État qui emprunte pour nourrir le parasitisme social (immigrés sans travail légal, associations) ou accroître le cheptel des fonctionnaires pour mieux caser les clients politiques et syndicaux est, par essence, un État démagogique et corrompu, appelé à disparaître.

Chacun sait que les sommes prêtées par les banques centrales ou supranationales ne sont que de l’argent fictif, alors que le remboursement de la Dette (principal et intérêts) n’est nullement fictif : chaque contribuable voit ainsi détourné, au profit des requins de la finance cosmopolite, une part de plus en plus considérable de l’argent qu’on lui soutire, alors même qu’un peu partout, les États réduisent les infrastructures en milieu rural ou dans les petites villes.  

Il existe au moins deux monstrueux exemples assez scandaleux de détournements de fonds publics : l’entretien d’immigrés, officiels et clandestins, inutilement importés en une période de chômage massif des autochtones et le Charity business.

Il y a peu, la République d’Allemagne a reconnu qu’en 2016, son million de réfugiés accueilli en 2015, lui avait coûté 9 milliards d’euros. On peut saluer l’effort d’honnête information envers les contribuables allemands, en espérant que les princes qui nous gouvernent agiront de même en France.

Depuis le début de l’ère mondialiste, divers prédateurs ont inventé une nouvelle forme de racket légal : le Charity business. De 1980 à 2003, 900 000 associations légalement reconnues par l’État français ont tiré 308 milliards de Francs de la charité publique (ce qui ne regarde que les généreux donateurs), mais aussi engrangé 166 milliards F. de subventions publiques (soit un total équivalant à 72,25 milliards d’euros, dont 25 tirés de l’argent public). Nul ne connaît le montant exact des sommes dépensées en coût de fonctionnement ni celui des détournements à des fins d’enrichissement personnel.

N’y aurait-il pas des dépenses plus urgentes que de nourrir le parasitisme exotique ou cossu, ne serait-ce qu’en matière de formation de la jeunesse, la préparant à un métier utile à la collectivité ?

Ce n’est pas à une classe politicienne corrompue et dont l’inefficacité est largement démontrée qu’il revient de prendre les grandes orientations de politique générale, donc la répartition des fonds publics. C’est aux contribuables, dont le groupe forme le seul légitime souverain-maître de l’État.  

Cela fait des millénaires que l’humanité se déchire sur la forme idéale de gouvernement ou à propos d’une économie politique qui dépend de tant de facteurs qu’elle en restera toujours mystérieuse au profane comme aux spécialistes, qui n’ont jamais su prévenir la moindre crise et encore moins la résoudre (on ne les résout que par des innovations techniques).

On ferait beaucoup mieux de prendre l’avis de la part active de la Nation pour les grandes options politiques, économiques et sociales. Des « spécialistes » seront peut-être placés en situation de non-activité, mais au moins le « bon peuple » aura l’impression de ne plus payer en vain ses impôts et taxes. C’est l’une des applications pratiques du mot Démocratie et de la notion de populisme.    

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/11/1...

Impôts et totalitarisme

6a00d83451619c69e201b8d2bc9937970c-250wi.jpgD'Anne Merlin-Chazelas :

"S’il est une faute morale qui semble impardonnable au microcosme politico-médiatique c’est bien, pour un contribuable effectivement imposé (C’est-à-dire, en France et par les temps qui courent, une personne qualifiée de « riche » sans l’être suffisamment pour aller établir ses pénates dans un pays moins spoliateur, ou une entreprise qualifiée de « grande » ou de « multinationale »), de souhaiter payer moins d’impôts. Et le plus grand crime possible c’est d’y parvenir en n’employant que des moyens légaux.

Afin de pouvoir poursuivre et condamner ces criminels aujourd’hui intouchables, il convient, évidemment, de modifier les législations pour que ces moyens légaux deviennent illégaux, notamment en transformant les pays qui pratiquent une politique fiscale plus modérée (c’est-à-dire presque tous) en « paradis fiscaux » sanctionnés dès lors qu’ils accueillent de tels criminels.

Aucun des scribouillards et des bredouillants qui peuplent les médias en diffusant cette doxa ne songe que, s’il n’y avait pas d’enfers fiscaux, il n’y aurait pas de paradis fiscaux.

Aucun non plus ne s’interroge sur la nature et la légitimité de l’impôt : à leurs yeux, tout impôt, dès lors qu’il est décidé par le pouvoir en place, est légitime.

Ce n’est pourtant pas ce que pensent la plupart des philosophes et des économistes.

En effet, pour qu’un impôt soit légitime, il faut

  • Que les contribuables aient réellement besoin des services qui sont financés par l’impôt et que, en ayant conscience, ils y consentent.
  • Que l’impôt soit réparti équitablement, au prorata de l’utilisation qui est faite des services rendus.

Or c’est loin d’être le cas dans la majorité des pays et ce ne l’est certainement pas en France.

Jamais les contribuables ne sont consultés pour s’assurer de leur consentement à l’impôt qui leur est prélevé, pas même par l’intermédiaire de leurs représentants élus : d’une part ceux-ci se voient dans l’obligation de reconduire sans modification les « services votés » précédemment et qui concernent notamment les salaires des fonctionnaires et les frais de fonctionnement de l’État, soit grosso modo 80% du total ; en second lieu, ils ont tout intérêt à créer des dépenses nouvelles (et donc des impôts nouveaux pour les financer) au profit de telle ou telle partie de l’électorat qui assurera leur réélection.

Jamais non plus, depuis longtemps, il n’a été recherché quels étaient les services dont les habitants ont un réel besoin et qu’en conséquence ils consentiront à financer par l’impôt.

Pourtant, il existe – depuis des siècles – un consensus sur un point : ce dont les habitants (citoyens et étrangers domiciliés dans le pays) ont besoin, qu’ils souhaitent avant tout et que seul l’État peut leur assurer : c’est d’une part la sécurité intérieure (par prévention et punition des comportements délinquants et criminels) et extérieure (par l’existence de moyens de défense suffisants contre tout autre État ou organisation qui voudrait s’en emparer), et d’autre part la justice, assurant par un contrôle a posteriori que les forts n’abusent pas des faibles.

Les contribuables qui se déroberaient au paiement de l’impôt destiné à financer les moyens de défense contre l’insécurité intérieure et extérieure et ceux de la justice, ainsi que le fonctionnement des rouages essentiels de l’État, seraient évidemment coupables.

En revanche, les contribuables sont en droit de ne pas accepter que l’État use de l’impôt comme d’un moyen d’imposer l’idéologie régnant au sein de la majorité politique ou l’idée que se fait le pouvoir en place du bien des habitants, qu’il s’agisse de « réduire les inégalités », de favoriser la « diversité » ethnique, linguistique ou religieuse, d’améliorer la santé publique, d’éduquer les enfants, etc. … Ils peuvent consentir à ce que l’État organise et finance, au moyen de leurs impôts, telle ou telle partie d’un programme annoncé par le pouvoir exécutif en place, mais l’État ne peut légitimement l’imposer du seul fait qu’il en a le pouvoir.

D’autre part, la répartition de l’impôt doit être équitable et correspondre, peu ou prou, aux services rendus par l’État. Rien, si ce n’est la volonté d’imposer la volonté du pouvoir en place de « réduire les inégalités », ne peut justifier qu’il soit progressif, même si l’équité exige que les plus pauvres (Mais rien ne justifie non plus que ceux-ci représentent plus de la moitié des habitants, faisant reposer l’impôt sur une minorité de contribuables. Les plus pauvres, ce sont évidemment ceux qui, trop âgés ou trop jeunes, personnes seules ayant la charge de petits enfants, malades, infirmes, etc. ne peuvent subvenir à leurs besoins par leur travail et aussi ceux qui en tirent des ressources insuffisantes, et non les bénéficiaires d’une assistance aveugle) soient exemptés de verser leur quote-part et que celle-ci, par le fait même, soit répartie sur les plus aisés. Inutile de rappeler que cette règle n’est plus respectée depuis un bon siècle par les gouvernements successifs.

Le « politiquement correct » de la classe politico-médiatique conduit, de fait, à un totalitarisme où ceux qui ont réussi à obtenir le pouvoir imposent leur idéologie à une population à qui ils contestent même le droit de protester."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

LE RETOUR DES DJIHADISTES EST UNE HÉRÉSIE QUI POURRAIT NOUS COÛTER CHER

isis-flag.jpg

Sur les 178 hommes revenus, 120 d’entre eux ont été écroués, et sur les 66 femmes, 14 d’entre elles.

Imaginons un instant que Salah Abdeslam soit jugé en Arabie saoudite ou en Afghanistan. Admettrions-nous cette aberration sans broncher ? Sans doute pas. Aussi, cette question de plus en plus prégnante du retour des djihadistes sur le sol national n’a pas lieu d’être : ils doivent être jugés dans les pays où ils ont commis leurs atrocités, à savoir la Syrie et l’Irak ; peu importe le sort qui leur sera réservé.

« Interrogé à ce sujet par France 2 mercredi 8 novembre, puis par des journalistes lors d’une conférence de presse ce jeudi 9 novembre à Dubaï (Émirats arabes unis) sur [leur] sort » (Valeurs actuelles), Emmanuel Macron a eu une réponse pour le moins laconique : « Il y en a qui peuvent revenir sans qu’ils soient rapatriés, il y en a qui peuvent être rapatriés, et il y en a qui seront jugés avec leurs familles, dans certaines circonstances, dans les pays où ils sont, en particulier l’Irak. »

Quant aux femmes – nombre d’entre elles ayant volontairement rejoint les rangs de Daech – et leur progéniture, chaque situation sera examinée « au cas par cas en fonction de la situation », a encore déclaré le Président français, ajoutant que « tout ce qui a été commis fera l’objet d’un jugement », nettement plus clément chez nous, où la peine de mort est abolie.

L’autre avantage, pour les djihadistes combattants qui ont – et auront, d’ici là – réussi à rentrer en France, c’est que notre pays n’extrade pas ses ressortissants. D’où, certainement, le vœu de ces fanatiques – entraînés à se battre et à haïr notre mode de vie occidental – d’être jugés par des tribunaux français car, au bout du chemin, ce sera la perpétuité toute relative, dans le pire des cas, et l’assurance d’être traités avec humanité dans les prisons françaises.

Mais ça, c’est en théorie puisque, « selon les chiffres du gouvernement datant de fin octobre, tous les djihadistes revenus en France n’auraient pas été mis en prison » (op. cit.). Pire : sur les 178 hommes revenus, 120 d’entre eux ont été écroués, et sur les 66 femmes, 14 d’entre elles. Et là, on ne parle pas de ceux qui pourraient être rapatriés ou qui seraient passés en dessous des radars des services concernés.

Ces « citoyens » ne vont certainement pas abandonner leurs convictions par magie et l’on peut craindre qu’ils exporteront le djihad ici-même, sans compter les disciples qu’ils rallieront à leur cause.

Dans ce cas précis, ne pourrait-on pas nous asseoir sur notre bienveillance niaise, remettre ces assassins de masse aux autorités irakiennes et syriennes et les abandonner à leur sort ?

En ce qui concerne les enfants (une fois n’est pas coutume), j’abonde dans le sens d’Emmanuel Macron : « Ils font l’objet, d’ores et déjà pour ceux qui sont revenus et ceux qui reviendront, d’une procédure toute particulière et d’un suivi très particulier, en particulier sur le plan médical et psychiatrique. » À condition que leur garde soit définitivement retirée à des parents aussi mortifères.

http://www.bvoltaire.fr/retour-djihadistes-heresie-pourra...

Horemheb [2000 ans d'histoire]

08:06 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |