Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • "Les Français nous ont élus pour..." : le "parler faux" d'Harlem Désir, alors que l'insincérité des scrutins est à tous les niveaux, du "cantonal" au "présidentiel"...

    erwann binet,mariage gay,vingt-trois,bfm tv        On savait qu'il avait été condamné (comme son premier ministre d'ailleurs, bien que, pour ce dernier, ce soit beaucoup plus ancien, mais quand même...); on vient de découvrir une nouvelle facette d'Harlem/Jean-Philippe : celle de quelqu'un qui a peur, et qui n'hésite pas à dresser les Français les uns contre les autres, excluant de la vie publique ceux qui "votent Front national". 

    Nous ne sommes ni "de droite", ni "du centre", ni "de gauche", puisque nous ne sommes pas "dans" le Système, pas "du" Système, et que nous pronons la Royauté - qui, elle, peut fédérer - est qui est précisément l'alternative au Sytème. 

    Il ne nous appartient donc pas, comme le fait Harlem/Jean-Philippe, le condamné, de décider de quel parti doit faire quoi, avec qui, s'allier ou non avec qui, etc... 

    Cependant, on ne peut laisser passer sans réagir les propos haineux - et peureux - tenus par le premier secrétaire du PS, au lendemain du grand succès de la dernière manif pour tous.

           En substance, Harlem, courroucé de voir que la rue se levait contre ses "nuées", a dit deux choses : d'abord qu'il était hors de question pour "la droite" de s'allier avec l'extrême droite; ensuite, "les Français nous ont élus pour...".

           Commençons par rappeler qu'en son temps le précédent Comte de Paris (Henri VI) avait créé un certain émoi (doux euphémisme !...) dans les milieux conservateurs, en déclarant qu'on ne pouvait exclure de l'effort national 25% des Français sous prétexte qu'ils votaient communiste. Les injures et quolibets fusèrent de maints endroits, alors que le Comte de Paris avait, évidemment, pleinement raison...

            Le même raisonnement vaut aujourd'hui - inversé, en quelque sorte - pour le Front national : on ne voit pas pourquoi il faudrait exclure de l'effort national entre 20 et 40% des Français, sous prétexte qu'ils votent Marine Le Pen. 

            Mais, en fait, c'est là qu'on comprend le mélange de courroux et de peur du condamné Harlem/Jean-Philippe : car il sait très bien ce qui se passerait si droite et extrême-droite s'alliaient : la gauche, qui gagne toutes les élections, à tous les échelons, les perdrait toutes, tout simplement, et à tous les échelons, de la commune et du canton à la Présidence...

           Parlons-en, en effet, de cette "majorité à François Hollande" que revendique le condamné/condamnateur...

           Alexis Brézet (dans Le Figaro magazine du 22 juin) l'avait déjà noté : "52% des sièges, c'est beaucoup; mais quand se lève la tempête, 16,5 des inscrits (29% des suffrages exprimés pour le PS au premier tour) c'est fort peu..."

             Encore Alexis Brézet ne parlait-t-il pas des 9 à 10% de non-inscrits sur les listes électorales, c'est-à-dire, tout de même entre 4 millions et 4 millions et demi de Français...

            On peut tortiller et torturer les chiffres tant et comme on voudra : hier, comme le disait la marquise de Sévigné, c'était le papier qui souffrait tout, aujourd'hui, évolution technologique oblige, c'est le micro ! Il n'empêche, la réalité est bel et bien là : ceux qu'Harlem nous présente comme "majoritaires" ("les Français nous ont élus..."), ne le sont tout simplement pas, majoritaires...

            Certes, ils ont gagné toutes les élections, d'une façon parfaitement légale, mais ces victoires souffrent d'un défaut de représentativité : si l'on ajoute les Français non inscrits, les abstentionnistes, les votes blancs et nuls, on est bien loin d'arriver, avec les résultats du PS, à une majorité vraie de l'opinion...

            Encore et surtout faut-il ajouter, à ce défaut de représentativité, celui de l'insincérité des scrutins : les choses ne se passent pas, en France, comme dans tous les autres pays dits "démocratiques" du monde; une police  de la pensée autoproclamée, toute puissante sur les ondes, y fait règner un terrorisme intellectuel et un "politiquement correct" qui aboutit, dans les faits, à changer les résultats : si, comme aux États-Unis, en Allemagne ou ailleurs, toutes les composantes "des droites" s'opposaient à toutes les composantes "des gauches", il est clair que, comme nous l'avons dit, non seulement les socialistes ne gagneraient pas toutes les élections, mais qu'ils les perdraient, sinon toutes, du moins presque toutes.

            On rétorquera peut-être que les Français n'ont que ce qu'ils méritent, puisqu'ils laissent faire une telle incongruité, ce qui est juste.

            On rétorquera peut-être aussi - et ce sera juste, également - que les jeux internes du Pays légal ne nous concernent pas, puisque, c'est bien connu, et nous l'avons dit en commençant, nous ne plaçons pas nos espoirs dans des changements de majorités, mais dans un changement de Système, comme nous le rappelions récemment avec l'excellent texte de Léon Daudet, racontant ses quatre ans et demi de député : http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2012/07/17... .

             Et que, toujours pour reprendre Léon Daudet, nous ne croyons pas à "l'amélioration électorale de la peste républicaine".....

            Il n'en demeure pas moins que nous ne sommes pas des extra terrestres; nous ne vivons pas sur Sirius, et nous ne nous désintéressons pas des réalités, au milieu desquelles, bien loin de les ignorer, nous voulons inscrire notre action aujourd'hui; ici et maintenant.

            Et la première des choses que nous pouvons faire - lorsqu'on entend un chef de parti, condamné, dire n'importe quoi - est de mettre en évidence les deux tares dont souffre l'actuelle représentation nationale : son défaut de représentativité et son insincérité.

    ps : et, puisqu'on parle d'Harlem Désir... Question pour un champion.pps

    http://lafautearousseau.hautetfort.com

  • 1er juin à Bordeaux : manifestation d’hommage à Ste Jeanne d’Arc

    C’est la manifestation nationaliste annuelle à Bordeaux.

    test+jan+2013.jpg

  • Violence LGBT à Lille contre les veilleurs

    Communiqué des veilleurs de Lille :

    "Le mouvement « des veilleurs » est né d’une initiative de jeunes manifestants parisiens de la Manif pour tous. Son déploiement est exponentiel dans toutes les villes de France (plus d’une centaine depuis mars dernier). Il reçoit le soutien du collectif La Manif Pour Tous. Hier, le mouvement des veilleurs lillois avait décidé de se retrouver pour une 13ème veillée pacifique et dans le calme pour défendre le droit des enfants à avoir un père et une mère. Alors qu’ils débutaient leur veillée, assis, une bougie à la main, un groupe d’une cinquantaine d’individus sont venus les agresser."

    Témoignage :

    "« Je m’appelle Benoit, j’ai 30 ans et suis père de deux enfants. (…) Mardi soir pour la 13ème nuit des veilleurs, l’organisateur des veilleurs m’a demandé si je voulais bien animer, ce que j’ai bien sûr accepté (…) Après l’arrivée des quelques retardataires, nous décidons de démarrer la veillée, nous sommes une vingtaine. A ce moment, les contestataires se ruent sur nous en hurlant, certains partant dans une danse en chantant du Michel Sardou. Un contestataire arrive en courant, s’empare des drapeaux au sol, renverse les bougies et s’enfuit. Nous chantons l’Espérance en rallumant les bougies. Plusieurs pétards éclatent, très proches de nous (1 mètre) mais heureusement sans toucher personne. Nous avons peur. La police est prévenue. Dès que nous commençons à parler, les contestataires reprennent leurs chants, leurs slogans, leurs insultes, afin de couvrir notre voix. Dès que nous faisons silence, ils tournent autour de nous, menaçants, l’un d’eux vient me susurrer à l’oreille que « j’avais une bonne gueule de catho », un autre commence à éteindre nos bougies, puis décide de nous les prendre « parce que je n’en ai plus chez moi ». (…) Admirablement, les veilleurs font face, en silence, ne répliquent pas. Pour certains, c’est très difficile et je le vois sur leur visage. Les insultes continuent, les slogans fusent, un groupe de contestataires tient une banderole que je n’arrive pas à lire et tourne autour de nous, en chantant et en dansant. Le drapeau des veilleurs nous est relancé, déchiré et sali. (…) Vers 21h45, la police arrive, d’abord 4 ou 5 policiers, puis un second fourgon rejoint le premier(…). 30 minutes durant, nous subissons moqueries, hurlements, bruits de casseroles et de tambours, insultes, sans réagir. Le tintamarre continue. Le groupe de musique joue pendant des périodes de plusieurs minutes, de la musique uniquement de percussions. Dès que la musique s’arrête, nous reprenons le chant de l’Espérance. Et leur réaction est immédiate : moqueries, cris, insultes, pour couvrir notre chant (…)

    Nous négocions avec la police pour rester jusque 22h15. A l’heure dite, je conclus en remerciant tout le monde. Nous choisissons de partir tous ensemble, escortés par la police. De cette soirée, je retiens plusieurs choses : D’abord, nous avons eu l’occasion, pour la première fois à Lille, de prouver que notre calme, notre paix et notre détermination sont à toute épreuve, même parmi un environnement particulièrement hostile. Par ailleurs, malgré leurs cris de victoire quand nous avons quitté la place, il me semble que nous avons remporté la bataille. A leur provocation, leurs insultes, leur agressivité, ils n’ont eu pour retour que le calme et le silence, seules armes des veilleurs »

    Autre témoignage :

    "Une horde d'individus cagoulés nous ont attaqué (...). Ils ont déchiré nos banderoles et le bruit des pétards ont résonné dans toute la ville. Ils nous ont jetés des préservatifs, et nous ont arrosés de lubrifiant Durex".

    Michel Janva  http://www.lesalonbeige.blogs.com/

  • Un totalitarisme inquiet

    La démocratie française de 2013 est née d'une révolution qui a inscrit dans le marbre deux principes : libérer l'homme quoi qu'il en coûte, se méfier des Français. Aujourd'hui, le système français est une démocratie spéciale, où le peuple doit sans cesse faire ses preuves vis-à-vis d'un pouvoir soupçonneux.
    Le système français repose sur un unique principe : faire advenir l'homme nouveau. C'est le fondement de la révolution, et c'est l'acte fondateur de l’État français totalitaire, car cet avènement n'a rien d'un processus naturel mais au contraire est une violence immédiate, concertée, organisée contre les citoyens, forcément suspects d'être attachés à l'ordre ancien et à leur ancienne nature.
    Deux-cents ans plus tard, et plusieurs guerres civiles passées (sanglantes ou non), le pouvoir n'a pas désarmé : l'homme nouveau est toujours à accoucher et, comme les Français ont la nuque raide, le système français consiste à les tenir à bout de gaffe, à s'en défier, à les opprimer plus ou moins subtilement.
    D'abord en retirant au peuple toute capacité d'intervention directe : nous sommes l'un des pays « démocrates » où la démocratie directe est le moins utilisée et même où le pouvoir a développé des arguments contre elle, présentée comme facteur d'instabilité et dangereuse pour la démocratie - la démocratie directe étant considérée comme le fourrier de tous les populismes et donc de tous les fascismes. Les récents avatars de la saisine du CESE par La Manif Pour Tous sont révélateurs. De même, un comparatif européen sur les usages en matière de scrutin proportionnel est édifiant : il existe partout sauf en France, et la promesse de l'y établir, faite par les partis d'opposition, disparaît à chaque prise de pourvoir.
    Une machine à accoucher la nouvelle humanité
    Le suffrage censitaire (qui éloignait les pauvres, dont on préférait mater durement les révoltes plutôt que d'entendre leurs revendications) n’a pas disparu, mais il a muté : l'honnêteté d'un simple citoyen est plus contraignante que celle d'une grosse société anonyme : Karl Lagerfeld renégocie ses impôts, là où le simple contribuable paye des amendes ; une grande entreprise peut facilement renégocier sa dette bancaire, là où un simple particulier se fait assassiner de frais divers, saisir, etc.
    Car le peuple ne sait pas ce qui est bon, seul l'État le sait ; un État qui n'est pas censé gouverner pour le bien commun, mais qui n'est qu'une machine à accoucher la nouvelle humanité. Dans ces conditions, la démocratie non contrôlée n'est qu'un handicap, et la République prend un sens bien précis, strictement révolutionnaire : être républicain, c'est participer pleinement à cette rénovation forcée des Français. L'apparente aberration de concepts comme le « pacte républicain », le « mariage républicain », le « front républicain », etc., est en fait parfaitement cohérente : ce qui est visé, c'est la non-appartenance au système. Si le Front national n'entend pas dissoudre toutes les communautés, à commencer par la Nation, il n'est pas républicain dans l'âme... Être républicain, c'est vouloir être « plus français » : le vrai républicain est celui qui adhère totalement au système.
    Citoyenneté à géométrie variable
    Dans sa méfiance du peuple et sa volonté de le surveiller, le système français développe des corps intermédiaires « représentatifs » qui aboutissent en fait à conférer à toute la vie politique un exceptionnel caractère de rareté élective : une fois que ses représentants sont élus, le peuple n'a plus aucun contrôle sur leur action, et toute action menée par un représentant a plus de valeur que celle d'un simple citoyen, comme en témoignent les règles de représentation syndicale dans les entreprises. En fait, le système français se vit comme un ensemble de cercles concentriques, où le vrai peuple n'est constitué que de l’État et ses représentants directs.
    À chaque cercle correspond un certain type de citoyenneté plus ou moins libérale : dans le cercle intérieur des parfaits, qui ont presque achevé leur mutation en humanité nouvelle - députés et hauts-fonctionnaires -, les gens ne sont pas assujettis à l'impôt sur le revenu, par exemple (exonération des députés) ; dans le cercle plus large des fidèles serviteurs de l’État, les règles fiscales sont assouplies : retraite calculée sur les six derniers mois de la carrière, ou possibilité de capitaliser à taux préférentiel dans un instrument comme la Prefon, interdit aux salariés du privé, moins intégrés à l’État et donc suspects. Etc.
    L’État se reproduit ainsi en sélectionnant ses représentants et en leur attribuant immédiatement une prime en échange de la garantie qu'ils travailleront eux-mêmes à reproduire l’État, plus qu'ils n'essaieront de représenter ou de servir le peuple - forcément suspect.
    Le système français ne protège pas le faible ou le petit
    Cette prime n'est pas forcément financière : il est intéressant de voir que des droits simples sont diversement appliqués et appréciés selon le degré d'intégration du corps intermédiaire dans l’État. La liberté d'expression syndicale, par exemple, est plus forte que celle d'un simple citoyen, et permet donc un éventail d'action plus large : insultes, vols, destructions, violences physiques sont considérés comme normaux, pourvu qu'un syndicaliste en soit l'auteur. Sans revenir sur la loi d'amnistie récemment proposée par le Sénat et défendue par le garde des Sceaux, les tribunaux en jugent ainsi régulièrement, si tant est qu'ils soient saisis par les entrepreneurs, citoyens au rabais ayant intégré la contrainte, et abdiqué.
    Le système français ne protège pas le faible ou le petit, il maintient en état de faiblesse et de petitesse celui qui n'est, à jamais, qu'un catéchumène de la religion d’État républicaine. La fiscalité est ainsi naturellement et nécessairement confiscatoire, car laisser se constituer un patrimoine, c'est donner les moyens de l'indépendance.
    Hubert Champrun monde & vie 21 mai 2013

  • Notre avant-guerre ?

    ISLAMISTES-EN-SYRIE-BIS.jpgUn climat d’avant guerre. Pour faire oublier une crise multiforme qui cogne sec et redonner le moral aux Français (?), le ministre du droit des femmes  (sic), Najat Vallaud-Belkacem,  était présente hier à Montpellier pour assister au premier mariage entre deux hommes en France depuis  que la loi Taubira a été votée. Pendant que certains dansent au bord du précipice, la très tolérante (affaissée) sociale-démocratie suédoise découvre à Stockholm les limites de l’angélisme multiculturaliste avec les violentes émeutes immigrées de ces derniers jours. « La faute au chômage »  affirment « nos » médias… Un soldat Français, après un homologue britannique  à Londres , a été victime en début de semaine, heureusement, lui,  sans y laisser la vie, d’un jeune musulman arrêté hier qui a voulu lui trancher la gorge et qui se serait également, le mot est à la mode, « auto-radicalisé »… Pas de quoi surprendre outre mesure nos compatriotes qui subissent quotidiennement agressions et insultes anti-françaises de la part des bandes de jeunes. C’est donc de « la faute de personne », et certainement pas le résultat de quarante années de politique laxiste et d’alternance « gauche droite » à la tête de l’Etat. Pour parfaire le tableau, et de cela Bruno Gollnisch se félicite puisqu’il fut le premier à attirer l’attention sur le rôle de ce personnage, le juge Pierre Estoup a été mis en examen hier pour « escroquerie en bande organisée » dans le cadre l’affaire Lagarde-Tapie. Il souhaite que les investigations de la justice soient poussées à bout.  Mais les contribuables Français reverront-ils la couleur de leur argent ?

    Si trois excitées du groupuscule extrémiste Femen- deux Françaises et une Allemande- se sont dépoitraillées pour la première fois hier au Maghreb à Tunis (Tunisie) pour réclamer la libération d’une militante tunisienne et dénoncer la condition de la femme musulmane – provocation particulièrement imbécile et contre-productive en terre d’islam – les regards sur  le monde arabe sont surtout tournés vers  la Syrie.

    Pour renforcer sur le terrain les opposants au régime de Bachar el-Assad, et avant l’éventuelle tenue le 1er août de la conférence dite Genève 2, -à laquelle la Russie souhaite notamment  associer l’Iran-  visant à  aboutir à un règlement de ce conflit, l’Union européenne, avec le feu vert  de Washington,  a voté la  levée  de l’embargo sur les livraisons d’armes aux rebelles. Celles-ci pourraient être effectives  d’ici deux mois

    Avec quels risques ?  Contrairement notamment aux mensonges assénés par un spécialiste du genre comme Laurent FabiusFabrice Balanche, directeur de recherche et d’études à la Maison de l’Orient,   affirme sur le site JOL  que les voeux de l’UE de livrer des armes  traçables « et exclusivement à destination des groupes respectueux des valeurs de démocratie et de laïcité » étaient  dérisoires.

    « Dans la pratique, ces conditions sont impossibles à respecter. D’une part les groupes  modérés  au sens européen du terme n’existent pratiquement pas et les armes vont forcément arriver entre les mains des groupes les plus puissants, c’est-à-dire les djihadistes. Un exemple récent, les armes livrées par les américains fin 2012, en provenance de la Croatie et à des groupes modérés  ont été retrouvées entre les mains du Front Al Nosra. »

    Pour quelle efficacité? Sur le site de TF1, Didier Billon directeur adjoint de l’Iris,  note que « depuis plusieurs semaines, l’armée de Bachar el-Assad est à l’offensive et reprend du terrain. Les insurgés sont quant à eux sur la défensive, en partie car ils manquent effectivement d’armes -il ne faut néanmoins pas omettre de signaler qu’ils en reçoivent grâce au Qatar et à la Turquie. Mais ils sont surtout totalement divisés, aussi bien sur le plan politique que militaire avec une Armée syrienne libre (ASL) qui n’a d’armée que le nom et dont les homme se livrent aussi à des exactions. Résultat : dans la situation actuelle, livrer des armes ne changerait pas grand-chose. »

     Cette décision de levée d’embargo  a-t-elle été prise naïvement  au nom des « droits de l’homme »? Cela semble bien  improbable  également pour  Paulo Pinheiro,  le président de la Commission d’enquête de l’Onu sur la Syrie (formée également de Karen AbuZayd,  Carla del Ponte et  Vitit Muntarbhorn),  mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’Onu.

    Une dépêche de l’agence Ria Novosti publiée aujourd’hui rapporte que  lors d’une conférence de presse à Paris (non couverte « curieusement  » par les médias français?),   M. Pinheiro  a affirmé qu’en Syrie  »Les combattants démocratiques historiques, qui véritablement croyaient dans la mosaïque syrienne, l’Etat laïc, l’Etat pour tous, sont aujourd’hui minoritaires (…). La majorité des rebelles est très loin de penser à la démocratie. Ils ont d’autres inspirations ».

    « Selon M.Pinheiro, la commission qu’il préside dispose de preuves de crimes affreux commis en Syrie par les deux parties en conflit. Il a également dénoncé la combinaison de sectarisme, de radicalisation et d’escalade des violations des droits de l’homme » en Syrie. »

    La volonté de l’UE de livrer des armes aux milices anti Assad, a été  dénoncée avec force par le Front National via un communiqué de Marine Le Pen,  mais aussi mercredi par  le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.   La levée de l’embargo  - illégitime par principe , le droit international n’autorisant pas de livraisons d’armes autres qu’à un État – rend la situation encore plus difficile, et met de sérieux obstacles à la tenue d’une conférence internationale sur la Syrie« , a déclaré le chef de la diplomatie de Vladimir Poutine.

     Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a  annoncé clairement hier que Moscou  ne permettra pas  un déséquilibre dans le rapport des forces entre son allié et  les rebelles soutenus par les pays de l’Otan,  le Qatar et  l’Arabie Saoudite.  Lors  d’une visite en Finlande, M. Choïgou a affirmé que « toute décision est à double tranchant. Si une des parties lève les restrictions, alors l’autre partie peut considérer qu’elle n’est plus tenue d’observer les obligations prises auparavant »… 

    Acteur central, majeur dans la région, Israël, par la voix de son Premier ministre Benyamin Netanyahu, a averti que Tsahal frapperait  de nouveau la Syrie si les fournitures d’armes au Hezbollah  se poursuivaient…tout en assurant que l’objectif poursuivi n’était pas le renversement du régime laïc en place à Damas.

    Le magazine Times  a  cité un  diplomate israélien qui  a souligné le risque pour l’Etat hébreu de  l’installation d’un régime islamiste à sa porte.  Mais selon  des  fuites  publiées (orchestrées?)  par le New York Times , Tel-Aviv  aurait averti   qu’il renverserait le régime à Damas si jamais « il osait répondre aux raids israéliens contre des caches ou des convois d’armes sur son territoire ». 

     Alors, quelle sortie  de crise en Syrie ? Le risque d’une internationalisation  accrue du conflit est il toujours majeur ? « Toute guerre civile introduit l’étranger dans les affaires d’un pays ». « Quand une guerre civile a en outre un principe religieux, elle prend un caractère international ». Cette remarque de Jacques Bainville dans sa remarquable Histoire de France,  est transposable à la situation actuelle dans ce pays.

    Pour Fabrice Balanche, cité plus haut, « La conférence de Genève 2 ne donnera aucun résultat concret. Le régime de Bachar el-Assad commence à reprendre du terrain tandis que les oppositions civiles et militaires sont de plus en plus divisées malgré les milliards de dollars d’aides en provenance des pays du Golfe et le soutien diplomatique occidental. »

    « Dans ces conditions le régime et ses alliés – la Russie et l’Iran – n’accepteront pas un compromis en leur défaveur. Les Occidentaux ne veulent pas s’engager directement dans le conflit, mais ils refusent de s’incliner trop facilement devant Moscou. Par conséquent, ils devraient continuer à soutenir l’option militaire encore quelque temps, d’autant que Qatar et Arabie Saoudite font de la chute du régime syrien un point d’honneur. »

     « Nous sommes en Syrie dans une lutte à mort. Le régime de Bachar el-Assad se bat pour sa survie et il n’acceptera pas d’abandonner le pouvoir indique-t-il encore. Il a la capacité de gagner et peut compter sur le soutien ferme de la Russie et de l’Iran. Dans ces conditions il existe peu de place pour la négociation. L’erreur des Occidentaux est d’avoir cru que le régime tomberait facilement comme celui de Ben Ali et de Moubarak. »

    « Pour les pays du Golfe, la majorité sunnite devait forcément l’emporter sur la minorité alaouite au pouvoir. C’était sans compter sur le nationalisme syrien qui transcende les communautés et la solidité d’un système de pouvoir qui, s’il est dominé par les alaouites, n’intègre pas moins beaucoup de sunnites. A partir de cette erreur d’appréciation, les anti-Bachar se sont enfermés dans un raisonnement manichéen : il doit partir parce qu’il est méchant. »

    Bref, constate Bruno Gollnisch, cette guerre en Syrie rend une  nouvelle fois visible le jeu tortueux de Washington, de Bruxelles ,  de l’Otan, bras armé du nouvel ordre mondial. Les dizaines de milliers de morts civils du conflit syrien sont aussi, comme les centaines de  milliers de morts irakiens depuis 2003, les millions depuis 1990,   de la responsabilité directe des chancelleries sous domination Etats-uniennes.

    Nos grandes consciences n’hésitent pas à maquiller leurs projets les plus infâmes sous couvert des  grands et immortels  principes. En s’appuyant en Syrie pour l’occasion  sur des régimes bailleurs de fonds du terrorisme wahhabite et du prosélytisme islamiste le plus obscurantiste, que l’on voit désormais à l’oeuvre également sur notre sol français et européen. Via l’immigration de peuplement soutenue par les mêmes…

    http://www.gollnisch.com

  • Le capitalisme et le communisme : deux systèmes économiques de même nature

    Comment comprendre économiquement que la révolution bolchevique fut financée par des banquiers américains ?

    Le capitalisme américain se base sur l’existence d’une banque centrale qui n’appartient qu’à une minorité de banquiers commerciaux. Cette dernière leur procurant de l’argent facile en particulier depuis la fin des accords de Brettons Woods.

    Cette création artificielle de monnaie, qui plus est par la méthode des réserves fractionnaires, engendre une croissance inflationniste qui a un effet de redistribution automatique des richesses. Les premiers détenteurs de la nouvelle monnaie engendrent une inflation pour les seconds.

    À terme, l’accumulation de capital se fait par une seule et même entité. Cette tendance au monopole conduit à une centralisation complète des moyens de production et donc à une perte totale de possibilité d’entrepreneuriat. Le salariat devient indispensable pour survivre dans une seule et même organisation transnationale. Cette dernière peut gérer les salaires de la manière qu’elle souhaite car il n’y a plus de concurrence.

    En Union soviétique, en planifiant complètement l’économie et en interdisant la propriété privée, la centralisation du pouvoir sur l’effort et les fruits du travail des individus se fait directement. L’essence philosophique est la même. L’usure au sens large (création artificielle de monnaie des banques commerciales et de la banque centrale) a pu feindre de se faire voir au grand jour en mettant en place un alter-ego d’une grande puissance grâce au génie marxiste.

    Anthony Sutton nous expose ces différents investissements des Rockefeller et des Morgan, qui s’inscrivent dans une stratégie de long terme. Ainsi, le capitalisme américain est loin d’être un libéralisme. Le rêve américain est mensonger de par son appareil financier et son ex-collègue russe le rejoignait sur l’essentiel.

    La monnaie est une marchandise comme une autre, elle peut être légitimement créée à tout moment par n’importe quel citoyen. Des expériences de plus en plus nombreuses ont d’ailleurs lieu dans des régions de France à culture plus traditionnelle, comme au pays basque avec l’Eusko ou le Sol violette à Toulouse.

    L’inconvénient réside dans le fait que ces monnaies sont fiduciaires et n’ont pas de valeur intrinsèque ; il serait plus judicieux de fabriquer une monnaie en métal jaune ou argent. Mais ces expériences sont toujours bénéfiques et manifestent une volonté de changement ainsi qu’un renouveau d’actions politiques sans attendre le consentement des hautes sphères.

    Cet adversaire factice qu’a été la subversion bolchévique a pu détourner une attention qui ne voit malheureusement plus maintenant d’autre alternative au capitalisme américain, source du nouvel ordre et gouvernement mondial.

    Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

  • Intoxication dès l'école primaire

    Communiqué du PCD :

     

    Sans-titre"Le Parti Chrétien-Démocrate s’élève contre la tentative des lobbys homosexuels et du gouvernement de s’attaquer à nos enfants pour faire passer leurs idéologies. 

     

    Avez-vous lu le dernier fascicule que le FSU met à la disposition de ses enseignants pour éduquer vos enfants à la tolérance ? Si non, vous le trouverez à ce lien. Nous ne pouvons nous laisser faire ! Non contents de manipuler la loi, ils veulent désormais faire de nos enfants les « petits-soldats » du gender sous couvert de lutte contre l’homophobie. Cette pratique est digne des idéologies les plus sombres de notre histoire !"

     

    Une fois de plus nous vous appelons à ne pas vous laissez faire ! Ensemble, résistons !"

    Philippe Carhon  http://www.lesalonbeige.blogs.com/

  • Méridien Zéro #146 : "Sommes-nous au bord du précipice?"

    Ce vendredi, Méridien Zéro reçoit Pierre Jovanovic qui revient d'un tour d'Europe qui lui a permis de prendre la mesure des souffrances et du degré d'exaspération des peuples du vieux continent.

    A la barre, Gérard Vaudan accompagné d'Eugène Krampon.

    A la technique, lord Tesla.

    pierre jovanovic, civilisation, fin d'un système, finance internationale

    DIFFUSION DE L'EMISSION LE VENDREDI 31 MAI

    http://cerclenonconforme.hautetfort.com/