Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie et finance - Page 7

  • Bruxelles : nouveaux affrontements entre gilets jaunes et policiers

    Belgique – Ce samedi 8 décembre, un bon millier de Gilets Jaunes a décidé de manifester dans le centre de Bruxelles. Le rendez-vous fixé près du Parlement Européen a été quasiment inaccessible. Mais c’est à nouveau, comme il y a 8 jours, vers la rue de la Loi, lieux des pouvoirs fédéraux belges, que tout le monde afflue. Avec de nouveaux affrontements à la clé. Et de nombreuses arrestations.

    Voir les videos

     

  • 10,45 milliards d’euros dépensés en 2018 pour les aides aux pays étrangers

    carte_monde_argent-768x449.jpg

    10,45 milliards d’euros auront été dépensés cette année pour l’aide publique au développement, selon le projet de loi de finances pour 2018. 

    C’est 2 milliards de plus qu’en 2015 !

    Aide bilatérale ou multilatérale, coopération technique, annulations de dette, dons, prêts, tout y passe. Une partie des aides transite par Bruxelles. En 2018, 75% des fonds de l’État sont versés à des pays d’Afrique subsaharienne.

    La France est le 4e contributeur au Fonds Africain de Développement.

    Un acteur pivot, l’Agence Française de Développement, qui a un budget à part et fonctionne comme une banque, opère dans 110 pays.

    Les collectivités locales, quant à elles, interviennent à hauteur de 83 millions d’euros, via la « coopération décentralisée ».

    http://www.contribuables.org/2018/11/10.45-milliards-euros-depenses-en-2018-aides-aux-pays-etrangers/

  • Un samedi à Paris : le témoignage d'un spectateur engagé. Partie 4 : le temps des pillards, ces saboteurs de la protestation.

    La nuit avait étendu ses ombres sur la ville sans l’obscurcir vraiment : l’éclairage public était, par endroits, le dernier mobilier urbain épargné par l’émeute, et les lueurs des explosions rajoutaient à cette ambiance étrange, dans laquelle toute mesure semblait perdue. A l’angle des Champs Elysées et de l’avenue de Friedland, quelques manifestants arrachaient la plaque de la représentation diplomatique du Qatar et jetaient par dessus la grille des canettes lestées. Les discussions allaient bon train quand les forces de l’ordre, toutes proches, bloquaient l’accès aux avenues voisines donnant sur l’Etoile, bouclier contre bouclier. Alors qu’ils étaient à quelques mètres des manifestants, ils étaient impassibles et, d’ailleurs, personne ne les provoquait alors que, de l’autre côté de la place, les affrontements faisaient rage… C’était tout-à-fait étrange : quelques dizaines de mètres seulement séparaient deux situations complètement différentes, dans le même contexte pourtant, comme une sorte de délimitation invisible entre deux mondes, celui de la violence et celui de l’apaisement. Ainsi, des manifestants « combattants », masqués ou visage découvert, se reposaient à côté, presque à toucher, des forces de l’ordre immobiles dont ils lapidaient les collègues qui s’aventuraient de l’autre côté de l’Etoile !

    En me promenant dans une rue voisine, non loin d’un barrage policier, je remarque un petit groupe de jeunes en survêtement, dont certains paraissent avoir treize ans (ce qui s’est trouvé confirmé par des bribes de conversation saisies) : visiblement, ce n’est pas la manifestation sociale qui les motive, et certains découvrent, les yeux écarquillés, une ville « belle et offerte », selon l’expression de mon interlocuteur du moment, aussi étonné (et agacé) que moi de la présence inopportune de ces jeunes qui roulent des mécaniques et parlent fort et « mal ». En revenant sur mes pas, vers l’avenue de Friedland, je constate que ces groupes juvéniles sont de plus en plus nombreux, et que la physionomie de l’émeute est en train de changer rapidement. Mélange de vrais gilets jaunes qui commencent à partir en clamant haut et fort « A samedi prochain ! », d’activistes qui cherchent encore à faire rougeoyer la nuit et de bandes beaucoup moins politiques et beaucoup plus opportunistes, l’émeute change de fond, mais aussi de forme, la dernière catégorie prenant progressivement le dessus sur les deux autres qui sont pourtant toujours là, mais se retrouvent bientôt entre le marteau des pillards et l’enclume des forces de l’ordre.

    Les barricades flambent encore, et les gilets jaunes battent en retraite, puis disparaissent bientôt dans les rues adjacentes, longeant tranquillement les grilles policières qui protègent les ministères et l’ancien palais de Mme de Pompadour tout en discutant parfois avec ceux qui les gardent : « Pourquoi ne nous rejoignez-vous pas ? » ; « Pourquoi tirez-vous sur le peuple ? », cette dernière citation, exagérée dans sa  formulation, revenant régulièrement sous des formes diverses… Parmi les manifestants, nombreux sont ceux qui croient s’inscrire dans un grand processus révolutionnaire qui emporterait le Pouvoir en quelques émeutes, sans que l’on sache, ni eux-mêmes d’ailleurs, qui devrait remplacer le souverain déchu et son gouvernement. Sommes-nous dans un « Mai 68 » d’automne qui parle de « révolution » à défaut de la penser ?

    Mais toute insurrection, car il s’agit bien d’une insurrection, entraîne son lot (voire son flot) de pillages, et les pillards étaient bien là, décidés à « détrousser les bourgeois ». Quand les activistes de l’ultragauche détruisaient les vitrines des banques sous les vivats excédés (ce qui n’est pas si paradoxal qu’il y paraît de prime abord) d’une foule d’endettés pour qui la Banque ne vaut guère mieux que le Fisc, les pillards s’intéressaient plus à vider les bourses qu’à frapper la Bourse. Ainsi, sur cette avenue qui menait à l’église Saint-Augustin, les tristes mandrins habillés de noir et de survêtement sans forme s’en prirent-ils aux supérettes et aux débits de tabac, sous les regards effarés des riverains et des gilets jaunes qui s’éloignaient, conscients du discrédit que provoqueraient de telles dévastations sur la popularité de leur mouvement. Au loin, les casques des forces de l’ordre luisaient malgré la fumée des engins de chantier en train de finir de se consumer, mais ils ne se rapprochaient plus, comme si permission était donnée de piller ! Le bruit du verre qui éclate, les pas qui le piétinent, les cris de joie, de cette joie brutale et sauvage de ceux qui, d’un coup, se croient les plus forts et les plus riches au monde, du moins pour un bref moment d’euphorie… Et cet incessant manège des survêtements qui entrent et ressortent avec des cabas remplis de bouteilles ou de paquets de cigarettes… Quel gâchis, soupirais-je au moment du premier pillage qui sera suivi d’une bonne dizaine d’autres.

    Dans la rue, une vieille dame impotente, appuyée sur sa béquille, était tétanisée, son gros manteau fatigué et triste comme un reproche aux jeunes qui la frôlaient, hilares et indifférents. Abandonnée à plusieurs rues de là par un chauffeur de taxi inquiet pour son véhicule, ce qui était d’ailleurs fort compréhensible même si aucune voiture roulante n’a, à ma connaissance, été victime de destruction volontaire, son regard perdu implorait une aide qu’il aurait été malvenu de ne pas lui apporter. Je m’approche d’elle et lui propose de l’accompagner jusqu’à sa porte, située en plein milieu de la « zone de bataille » : elle accepte, les larmes aux yeux : « Ma rue, ma pauvre rue… Quelle misère ! ». Ma grande crainte est qu’il y ait lors de cette lente marche une charge policière ou un mouvement de panique des manifestants ou des badauds qui pourrait la faire choir. En fait, il ne se passera rien, et tant mieux. Mais le désarroi de cette vieille dame faisait peine à voir, je l’avoue, et m’a aussi rempli de tristesse, puis d’une rage froide : « Dans quel état la République a-t-elle mis le pays ! », ai-je pensé dans un réflexe royaliste qui négligeait sans doute toute réflexion construite, mais qui trouvait néanmoins tout son sens dans la situation présente.

    J’étais fatigué, tout d’un coup : cela faisait presque sept heures que je marchais, que j’observais, que je discutais, au milieu des fumées et de la rage, au cœur de l’émeute et de ses déchirures qui n’étaient pas dorures, et cette dernière scène m’avait, en fait, plus fatigué encore. Autour de moi, désormais, l’émeute avait laissé place au pur pillage, et les témoins assistaient impuissants au déchaînement de la horde : la cagoule noire avait remplacé le jaune encoléré ! J’essayais bien de m’interposer entre quelques uns de ces pillards et un couple dînant dans un restaurant pourtant discret, ce fût en vain et sous les insultes et les menaces de quatre encagoulés, je reculais, en fait comme tiré en arrière par d’autres manifestants qui me crièrent, effrayés et dépités, que les voleurs étaient armés. « Cela ne vaut pas la peine de se faire trouer la peau pour un sac à main », me disaient-ils tandis que les agresseurs disparaissaient rapidement dans une petite rue voisine et que la police, non loin de là, restait curieusement immobile devant ces scènes de pillage et de vol. On m’expliquera ensuite que les forces de l’ordre ne voulaient pas prendre le risque d’une bavure lors d’une interpellation qui aurait pu être musclée, « pour ne pas enflammer les banlieues »… Cela n’enlève rien à ma honte de ne pas avoir pu empêcher ce violent larcin !

    La place Saint-Augustin voisine offrait, elle aussi, un spectacle de désolation, et la chaussée défoncée par endroits gardait les stigmates d’affrontements antérieurs. Curieusement, si les vitrines des banques étaient brisées, les vitres d’une vieille et magnifique DS (ma voiture préférée !) blanche garée au milieu de la zone d’affrontements avaient été épargnées… Sur le trottoir, un groupe de journalistes, dont le micro était pourtant « anonymé », était assailli par des personnes dont il commençait à être difficile si elles étaient du camp des pillards ou de celui des contestataires. J’engageais une longue conversation avec un jeune intellectuel qui se posait (et me posait) mille questions sur les événements du jour et des semaines passées…

    Quelques grosses poignées de minutes après, en traversant la Seine au niveau des Tuileries, il me semblait que je franchissais une ligne de démarcation invisible : des événements de la journée, dans ce Quartier latin jadis théâtre de tant de luttes jusqu’au « joli mois de Mai » 1968, il n’y avait aucune trace ! Cafés et restaurants étaient remplis de jeunes et de moins jeunes festoyant gaiement, et les verres qui s’entrechoquaient tintaient agréablement à mes oreilles encore assourdies par les explosions de l’après-midi.

    Tout d’un coup, dans une vitrine d’antiquités de cette rue de l’Université que je longe désormais, une statue de pierre me sourit : Henri IV ! Le roi qui a réconcilié les Français entre eux et avec leur Etat… Un clin d’œil, peut-être, que certains appelleront coïncidence et que j’ose considérer, simplement, comme un rappel et, mieux encore, comme un appel au Roi !

    Jean-Philippe CHAUVIN

    http://nouvelle-chouannerie.com/

  • Les revendications des gilets jaunes croisées avec les programmes politiques

    assemblee-nationale-600x338.jpg

    L’Observatoire du journalisme ne publie pas d’articles qui ne soient pas en relation avec les médias. Mais la situation consécutive au mouvement des gilets jaunes est tellement exceptionnelle que ce site a décidé de publier une lettre d’un de ses lecteurs croisant les programmes officiels des candidats à l’élection présidentielle de 2017 avec les revendications des gilets.

    Gilets Jaunes : Vers une solution « à l’italienne » ?

    On reprochait aux Gilets Jaunes, depuis le début du mouvement, un manque de coordination, l’absence de centralisation et surtout – handicap médiatique majeur – l’absence de représentants désignés pour porter leur parole sur les plateaux TV. Ajoutons à cela l’incapacité de la caste politico-médiatique à saisir la substantifique moelle de ce que l’on nommera pudiquement « la grogne sociale », et on comprend mieux son désarroi face à ce qu’il faut désormais bien accepter d’appeler une révolte.

    Un programme Insoumis ?

    Jean-Luc Mélenchon, le soir du dimanche 2 décembre, affichait une confiance toute électorale en affirmant que les revendications des Gilets Jaunes, publiées notamment ici, samedi 1er décembre, correspondraient en tout point au programme porté par LFI.

    Jean-Luc Mélenchon n’a pas tout à fait tort. Il n’a néanmoins pas tout à fait raison non plus. En effet, à y regarder d’un peu plus près, et en croisant l’ensemble des programmes officiels des candidats à la dernière élection présidentielle, on voit se dessiner en clair-obscur une tendance fort intéressante et, qui plus est, déjà vue et déjà testée. Non pas certes celle des HLPSDNH, au grand dam des chroniqueurs mondains, mais bien l’improbable situation politique qui a vu le jour en Italie : l’alliance d’un parti d’extrême-droite respectable, la Ligue, et d’un parti d’extrême-gauche relativement modéré, le Mouvement 5 Étoiles. Explications.
    Croisement des programmes

    Si on fait l’exercice de croiser strictement les revendications et le contenu des programmes des candidats, c’est-à-dire sans entrer dans le jeu des interprétations et de l’exégèse, on constate que parmi les 42 propositions des Gilets Jaunes :

    – 7 figurent au programme de François Fillon
    – 9 figurent au programme d’Emmanuel Macron
    – 10 figurent au programme de Benoît Hamon
    – 8 figurent au programme de Nicolas Dupont-Aignant (dont 1 que Marine Le Pen ne proposait pas)
    – 10 figurent au programme de Philippe Poutou
    – 8 figurent au programme de Nathalie Arthaud
    – 6 figurent au programme de Jean Lassalle
    – 14 figurent au programme de Jacques Cheminade
    – 9 figurent au programme de François Asselineau. À côté de cela, 20 de ces revendications figurent au programme de Marine Le Pen (21 si on intègre le programme de Nicolas Dupont-Aignant, ce qui n’est pas illogique au vu de leur rapprochement en cours de campagne), et 22 au programme de Jean-Luc Mélenchon.

    29 revendications des gilets jaunes préemptées

    Ce qui est encore plus intéressant, c’est que ces deux programmes, mis en superposition, représentent 29 revendications des Gilets Jaunes.

    Ce qui devient ensuite extrêmement intéressant, c’est que les 13 revendications qui ne figurent pas dans ces deux programmes, une seule (le « zéro SDF ») figure dans le programme d’un autre candidat (Jean Lassalle)… Les autres ne sont inscrites dans aucun programme.

    En dehors du fait qu’une seule revendication, qui n’apparaît que dans le programme de LFI (l’accueil digne des migrants) pourrait laisser à penser à une forme de « noyautage » du mouvement par des militants LFI, le constat est pourtant lumineux. L’avenir politique de ce mouvement, soutenu par plus de 80% des Français, dont « on » considère qu’il est une impasse par manque de structuration pourrait bien trouver une sortie par le haut.

    Cette sortie nécessiterait que deux formations, le RN et LFI, que tout semble opposer sur les plateaux TV, mais qui en réalité portent des revendications très proches, à la fois l’une de l’autre et de celles des Français « d’en bas », conviennent d’un rapprochement sous une bannière commune.

    Alliance populiste ?

    Mélenchon est un populiste. Il le sait et s’assume parfaitement dans ce rôle de tribun de la plèbe urbaine auquel ses Humanités classiques le destinaient évidemment.

    Marine Le Pen, malgré tout ce que l’on peut lui reprocher, est issu d’un parti qui, depuis plus de 40 ans, porte les revendications de la France populaire et rurale, comme l’ont encore démontré les dernières élections.

    Le populisme des villes et le populisme des champs peuvent-ils se rencontrer et s’allier sur un programme commun, déjà écrit, pour faire émerger un populisme Français ? La réponse devra être apportée avant les élections européennes, et peut-être même avant, en cas de dissolution de l’Assemblée Nationale (réclamée par les deux partis…).

    Une alliance pré-électorale pourrait, de ce point de vue, et sans fusion des listes, constituer un moyen de contourner les obstacles posés par un mode de scrutin considéré (par les deux partis) comme confiscatoire.

    Texte daté du 6 décembre 2018 et repris du site de l’OJIM

    https://fr.novopress.info/

  • Emmanuel Macron est bien mort politiquement

    Capture-12.png

    « Il faut sauver le soldat Macron » : tel est le titre de l’édito de L’Obs. Et la nouvelle ligne de défense d’un pouvoir aux abois. Une ligne que vous pouvez suivre jusque sous la plume de Philippe Bilger qui, reconnaissant que le Président ne pourra plus rassembler sur sa politique, devrait en appeler au peuple, façon de Gaulle 68, avec défilé sur les Champs pour sauver la République. Nous n’y sommes pas encore…

    Mais comparaison n’est pas raison. 2018 n’est pas 68. La situation est bien plus grave, les amortisseurs bien moins nombreux. Et, surtout, Macron n’est pas de Gaulle. Par ailleurs, si de Gaulle avait réussi le rétablissement que l’on sait, tout le monde était convaincu – et lui le premier – qu’une page était tournée, qu’il était mort politiquement. Le « non » d’avril 1969 confirma cette mort. Si tel fut le destin de ce géant historique, la lucidité commande de reconnaître que ce nain politique qu’est Emmanuel Macron est bien mort politiquement.

    La mort politique d’Emmanuel Macron en décembre 2018 est un fait aussi évident que le débat raté de Marine Le Pen il y a dix-huit mois. Sa mort, ou sa destitution – car, qu’il finisse ou pas son mandat, la destitution est déjà actée, non seulement dans la partie de l’opinion qui lui est actuellement hostile – et c’est tout de même près de 80 % – mais aussi dans le dernier carré des 20 % de Français qui le soutiennent et qui ont intégré que l’aventure à laquelle ils avaient cru est bel et bien finie.

    Trois aspects majeurs doivent en être soulignés en guise de bilan – ou de solde de tous comptes avant licenciement.

    Première mort, peut-être la plus spectaculaire car à résonance mondiale : la mort d’Emmanuel Macron sur la scène internationale. Il faisait la leçon à la Terre entière : à Trump sur le climat, à Poutine sur le respect des manifestations de rue, à Salvini sur les migrants et le budget, à Orbán sur les valeurs et l’Europe. Le mouvement des gilets jaunes a pulvérisé cette prétention, et justement sur tous ces sujets.

    Deuxième mort : le renversement de la « stature » présidentielle qu’avait voulu se donner Emmanuel Macron. Le peuple, la rue, la province l’ont pris au mot et sont venus se rappeler au souvenir de l’homme du Louvre qui agitait un peu trop légèrement des symboles monarchiques.

    Troisième mort qui, elle, dépasse sa personne : celle de l’idéologie qui inspire sa politique, et qui est celle des Présidents précédents : le libéralisme culturel et économique, mâtiné de culpabilisation écologique. Les gilets jaunes en ont mis au jour les mensonges. Et cette destitution dialectique n’a pas fini de se propager dans le corps social français. La réussite d’Emmanuel Macron – ou son « coup » politique de 2017 – consista à présenter la continuation d’une politique classique sous le déguisement d’un changement radical. C’était de la poudre de perlimpinpin. Les gilets jaunes constituent le brusque retour du réel.

    Enfin, l’aspect le plus surprenant de cette mort est sa dimension suicidaire : Emmanuel Macron avait réellement de nombreux atouts dans son jeu. Mais en l’espace d’une saison estivale où l’arrogance l’a disputé à l’inconscience, il les a tous dilapidés, et d’abord par ses outrances indécentes de langage et d’image : fête de la Musique, affaire Benalla, Saint-Martin et, enfin, la « lèpre populiste ». La question que se posent de nombreux commentateurs très indulgents est « Comment en est-on arrivé là ? » Mais ils n’osent formuler la véritable question : « Comment en est-illui, arrivé là ? »

    L’originalité d’Emmanuel Macron était d’apparaître comme un produit politique très structuré, très défini, très préparé. Cela impressionna. La révolution des gilets jaunes le laissent nu et brisé. Le logiciel a explosé. Et l’on voit mal le produit se réinventer. D’ailleurs, il a prévenu qu’il ne « détricoterait » rien de ce qui s’est fait depuis dix-huit mois… C’est encore le logiciel qui ânonne.

    Désormais s’ouvre une nouvelle page politique. Emmanuel Macron sera peut-être toujours là. Mais sa statue au plâtre encore frais est en mille morceaux.

    Frédéric Sirgant

    http://www.bvoltaire.fr/emmanuel-macron-est-bien-mort-politiquement/

  • En catimini, la Macronie réduit les taxes… des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires

    Voici encore une mesure décidée sous l’impulsion d’Emmanuel Macron qui va fortement intéresser les Gilets Jaunes à quelques heures de l’intervention télévisée du président de la république en vue de calmer la colère populaire.

    Le journal Le Parisien signalait ce 9 décembre le vote en catimini au Sénat de la suppression de plusieurs impôts prélevés sur les gros médias audiovisuels.

    Le vote a eu lieu le 27 novembre, entre deux grandes mobilisations des Gilets Jaunes.

    Trois taxes payées par les stations de radio et les chaînes de télévision ont donc été supprimées.

    . Chaque spot publicitaire diffusé à la télé dans la tranche facturée entre 1.520 euros et 9.150 euros était frappé d’une taxe de 20,60 euros. Taxe supprimée.

    . Les radios qui réalisaient 10 M€ de chiffre d’affaires publicitaire par trimestre (Europe 1, NRJ, RTL) payaient une taxe de 54.435 euros. Taxe supprimée.

    . Les chaînés de télévision qui réalisaient 100 millions de recettes publicitaires tous les trois mois(c’est le cas de TF1 et de M6) payaient une taxe de  894.500 euros. Taxe supprimée.

    Ces taxes sur les grands médias audiovisuels rapportaient 50 millions d’euros à l’Etat.

    Comment la Macronie justifie-t-elle ce cadeau fait à des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires ?

    « On est dans une logique de simplification et de rationalisation des petites taxes qui pèsent sur les télés. C’est le fruit d’une discussion avec Bercy et le ministère de la Culture, dans les projets de simplification de la vie des entreprises ».

    Les commerçants, les artisans, les petites entreprises, en attendent maintenant tout autant !

    https://www.medias-presse.info/en-catimini-la-macronie-reduit-les-taxes-des-grands-medias-audiovisuels-appartenant-a-quelques-milliardaires/102203/

  • Gilets jaunes : l’illusion de l’argent à redistribuer

    evasion-fiscale.jpg

    Les médias, pour une fois, s’intéressent aux « petites gens » et évoquent la détresse de nombre de travailleurs et de retraités qui n’arrivent plus à boucler leurs fins de mois. On ne peut qu’être émus par leurs difficultés et il serait indispensable de leur venir en aide, selon trois axes : atténuer, voire supprimer, la taxe carbone, diminuer la CSG des retraités et augmenter le SMIC (en baissant les charges). Mais comment dégager les crédits nécessaires à une telle politique en dehors d’un éventuel rétablissement de l’ISF ? Certes, on voit fleurir des slogans du type « prendre l’argent où il est ». On évoque les 100 milliards de fraude fiscale et les 95 milliards de niches fiscales, on propose de taxer les banques, mais tout cela n’est qu’un jeu d’illusions.

    Les 100 milliards de fraude ? Quelqu’un a jeté ce montant au doigt levé sans la moindre justification et, depuis, on le répète. On ignore, en fait, où se trouve cet argent et quels circuits il emprunte. Si on le savait, l’État pourrait intervenir. Et on confond souvent fraude fiscale et optimisation fiscale. La seconde est légale : des « ultra-riches » et des entreprises vont déclarer leurs revenus dans le pays où ils sont le moins taxés. Il est difficile de lutter contre ce manque de « patriotisme fiscal », à moins de renoncer à l’Europe. Or, l’Union européenne, bien que chargée de beaucoup de maux, a quand même des côtés positifs, ne serait-ce que pour exporter nos produits agricoles. L’Europe est un tout et on ne choisit pas ce qui nous arrange. S’il était si simple de récupérer ces sommes détournées de la solidarité nationale, cela aurait été fait depuis longtemps ! Notons, néanmoins, que les pouvoirs publics ont réagi et que la lutte contre la fraude permet de faire rentrer dans les caisses de l’État 2,5 milliards par an, ce qui n’est pas rien. Mais prétendre qu’on peut s’emparer de 100 milliards en déshérence est utopique.

    La deuxième illusion concerne les 95 milliards de niches fiscales. Les supprimer reviendrait à impacter tous les Français, même les plus modestes, et fort peu les « ultra-riches ». Ces niches sont, pour 22 milliards, dues à la décote conjugale : on ne taxe pas les revenus des couples séparément. La supprimer reviendrait à augmenter (fortement) les impôts de 80 % des contribuables. Autre niche importante, les emplois à domicile : abroger le crédit d’impôt aurait des effets catastrophiques (vague de licenciements, explosion du travail au noir induisant une baisse des recettes de la Sécurité sociale). Les personnes âgées ne pourraient plus être maintenues à domicile. Bref, une catastrophe sans nom. Le troisième volet important est constitué par les aides au logement (de Robien, Pinel…). Les éliminer découragerait les investisseurs. Or, la France connaît une pénurie de logements. L’accentuer serait donc stupide. D’autres niches fiscales pourraient être éventuellement rabotées, mais le montant économisé serait faible.

    Taxer les banques, obsession de la gauche, est absurde. Les établissements français seraient fragilisés et lorsque le prochain krach se produira (en 2019 ou 2020), un grand nombre risquent de faire faillite si on a trop chargé la barque de leurs impôts. Quel serait notre intérêt si nous devions, par la suite, les renflouer ?

    En fait, comme les fonds à trouver dépassent 10 milliards d’euros, seule une baisse drastique des dépenses publiques permettrait de dégager des marges suffisantes. C’est évidemment un travail de titan d’estimer si une dépense est utile ou pas. Mais n’est-ce pas le rôle d’un bon gouvernement d’effectuer ce genre de travail ?

    Christian de Moliner

    http://www.bvoltaire.fr/gilets-jaunes-lillusion-de-largent-a-redistribuer/

  • De la grande misère des communes françaises

    771830825.png

    Par Michel Franceschetti 

    La France rurale est étouffée par le prétendu aménagement du territoire. Au lieu de capitaliser sur le tissu social des communes, l’État s’acharne à le détruire. Peut-être parce que les communes sont un espace de liberté ? 

    « Service de cardiologie de Sisteron, service d’urgence nocturne d’Embrun, maternité de Guingamp, service des soins de suite et de réadaptation de l’hôpital de Marcigny, service de pédiatrie hospitalière de Sedan, Ehpad du Theil-de-Bretagne, service de psychiatrie de Laragne-Montéglin, maternité de Châteaudun, etc. : voici la liste non-exhaustive des actes de décès signés par les Agences Régionales de Santé ce seul dernier mois ! ». Ce bilan dressé par l’éditorialiste de 36 000 communes, le mensuel de l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF), dans son numéro de juin 2018, montre la disparition galopante des services de santé dans les petites et moyennes villes.

    Services en moins, charges en plus

    En réalité, tous les services publics (écoles, gares, centres des impôts, hôpitaux, bureaux de postes…) sont touchés par cette fuite. La colère, en septembre dernier, du congrès des maires ruraux (communes de moins de 3 500 habitants), qui menace de ne pas organiser les élections européennes, se comprend aisément. Pour ne pas affronter les critiques, le président Macron, contrairement à la promesse faite l’an dernier, n’est pas venu au congrès de l’AMF (association des maires de France) qui s’est tenu en novembre.

    Ces suppressions rendent plus difficile la vie des habitants des petites agglomérations qui doivent multiplier les déplacements pour être soignés ou pour que leurs enfants puissent suivre leur scolarité. Les maires ne peuvent pas aider leurs concitoyens car leurs moyens financiers sont constamment réduits par l’État, notamment sous le quinquennat Hollande où des baisses de dotation drastiques ont fait perdre jusqu’à 13% du budget municipal. L’imbroglio autour de la suppression de la taxe d’habitation fait craindre le pire.

    Résultat : la DGF (dotation globale de fonctionnement) attribuée aux communes rurales s’élève à 156 euros par habitant contre une moyenne nationale de 174.

    Pourtant, la population concernée n’est pas négligeable : 21,4 millions d’habitants (un Français sur trois) résident dans une commune rurale.

    Regroupement avant disparition ?

    L’étranglement financier est accentué par le regroupement des communes au sein des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale). Vanté pour être un moyen de réaliser des économies, le regroupement de communes entraîne souvent des frais de fonctionnement supplémentaires pour cette structure qui agrandit la distance entre citoyen et services publics.

    Ainsi, la taxe sur les ordures ménagères a souvent fortement augmenté.

    Le pouvoir au sein des EPCI est pratiquement toujours entre les mains du maire de la ville la plus peuplée alors qu’ils étaient censés, à l’origine, représenter toutes les communes. La loi du nombre ne favorise pas une répartition harmonieuse.

    De toute façon, comme l’a dit en août dernier, au micro d’Europe 1, le député LREM de Paris Sylvain Maillard : « Garder ces maires de petites communes, de plus en plus isolées et sur qui pèsent de lourdes charges, n’est plus vraiment cohérent avec notre époque ». De nombreux élus sont complètement démunis devant les demandes de leurs administrés, ce qui explique que plus de mille édiles ont démissionné de leurs fonctions depuis les élections municipales de 2014. Près de la moitié n’a pas l’intention de se représenter au prochain scrutin, comme René Raimondi qui abandonne la mairie de Fos en écrivant le 29 novembre à ses électeurs: « Les collectivités territoriales peuvent aujourd’hui être perçues comme de simples variables d’ajustement des politiques nationales, voire des boucs émissaires. Les élus locaux, les maires en premier lieu, sont de moins en moins armés pour assurer le quotidien et rassurer leurs concitoyens ».

    Pourtant, les maires sont les élus les plus appréciés des Français. Ils sont proches des gens et ils connaissent la réalité du terrain. Xavier Lacombe, maire de Peri, près d’Ajaccio, l’illustre par une image militaire : « Maire, c’est un rôle de voltigeur de tête, le premier dans une colonne qui prend la balle mais qui avertit et protège tout le monde et peut sauver la brigade ou la compagnie. » (La Corse, 30 novembre).

    « Une révolution territoriale sans Révolution »

    On assiste à une véritable « révolution territoriale sans Révolution », selon l’expression du professeur Gérard-François Dumont au colloque « Désertification et réanimation des territoires » organisé par la Fondation Res Publica le 27 février 2018. Les quatre lois (1) votées entre 2014 et 2017 (loi Maptam, loi sur la délimitation des régions, loi NOTRe, loi sur le statut de Paris) ont bouleversé l’architecture administrative française.

    Il existe désormais vingt-deux métropoles formées par la transformation des EPCI regroupant plus de 400.000 habitants. Certaines sont de taille démesurée.

    La métropole Aix-Marseille recouvrant l’ensemble des Bouches-du-Rhône, sauf le pays d’Arles dont les élus s’opposent à cette annexion, sa concordance avec le département devient de plus en plus évidente. Le Grand Paris, avec Paris et sa petite couronne, ressemble beaucoup à la région Ile-de-France.

    Le département est désormais dirigé par un conseil départemental dont les membres sont élus en binômes, afin de garantir la parité hommes-femmes. Le canton n’est plus qu’une simple circonscription électorale et personne ne se sent représenté par ces duos artificiels.

    Après la suppression de neuf régions, les régions actuelles sont complètement en dehors de toute réalité historique ou géographique. En Occitanie, le seuil de Naurouze séparera toujours les anciens Languedoc et Midi-Pyrénées.

    Ce véritable charcutage s’est accompagné de multiples réattributions de responsabilités qui sont passées inaperçues aux yeux des Français. Du coup, le simple citoyen ne sait plus à qui se plaindre pour signaler un trou dans la chaussée de sa rue. L’administration paraît bien plus lointaine qu’autrefois. Elle est physiquement éloignée dans les régions qui ont fusionné et où joindre la capitale régionale nécessite un temps de trajet bien plus long qu’auparavant.

    Quant aux économies, elles ne sont pas au rendez-vous. Le transport scolaire ayant été transféré du département à la région, les parents des Hautes-Alpes devront désormais verser 110€ pour le car de leurs enfants contre 15€ l’année précédente.

    La recherche aberrante de l’excellence

    Ces aberrations n’ont aucune importance pour la révolution territoriale qui a été voulue dans le but de répondre à la compétitivité internationale et à la mondialisation.

    Le discours dominant depuis la fin des Trente Glorieuses énonce qu’il faut fournir aux « investisseurs » mondialisés l’organisation territoriale que l’on pense correspondre à leurs attentes, et que ce cadre doit être le plus large et le plus dense possible. L’économiste Olivier Bouba-Olga appelle cette pensée « la mythologie CAME (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) ». L’État doit concentrer ses efforts sur quelques pôles d’excellence, renforçant les inégalités socio-spatiales. Toutes les politiques publiques sont sous-tendues par cette croyance depuis quarante ans, quel que soit le parti au pouvoir. Or, Bouba-Olga montre, notamment dans Dynamiques territoriales : éloge de la diversité, que des initiatives innovantes peuvent exister dans de petits territoires, quand ceux-ci sont bien équipés, mais elles ne sont pas assez connues. D’autre part, les fameux « investisseurs » ne sont pas toujours au rendez-vous des pôles d’excellence érigés pour eux.

    Les nouvelles citadelles

    Il serait faux de qualifier cette évolution de recentralisation. Tout à son rêve CAME, l’État abandonne carrément les zones non rentables pour la mondialisation : territoires ruraux, petites et moyennes villes.

    Comme l’écrit le sénateur Pierre-Yves Collombat, fondateur de l’association des maires ruraux, dans le bulletin d’octobre de cette association, « Les territoires sans avenir doivent être abandonnés à leur destin, aux soins palliatifs de plus en plus maigres, tant qu’ils ne seront pas politiquement négligeables ».

    Tout est mis dans les métropoles qui sont, comme le dit Christophe Guilluy dans Le Figaro du 18 novembre, « de nouvelles citadelles médiévales, avec une bourgeoisie qui se claquemure derrière ses remparts ». Cette population a un mode de vie différent du reste des Français : « Dans ces espaces clos, les habitants ont simplement besoin de liaisons pour sortir – avions, TGV – et la voiture est, pour eux, obsolète. » Les métropoles n’ont même pas de grands liens économiques avec le reste de la population : « Aujourd’hui, Paris est beaucoup plus éloigné de l’hinterland français que de Londres, Barcelone ou Amsterdam ». Les périphéries ne servent à rien pour construire le nouveau paradis mondialisé.

    Les ploucs qui, selon Benjamin Griveaux, « fument des clopes et roulent en diesel » habitent loin de leurs lieux de travail et des administrations ? Ils n’ont qu’à utiliser internet et le téléphone portable. Mais les zones blanches, où les ondes ne passent pas, sont encore nombreuses, surtout en zones montagneuses. Et le contact direct est nécessaire pour expliquer des cas difficiles à un fonctionnaire ou à un médecin.

    Sauver le maillage communal

    La France a l’originalité d’avoir un maillage très étroit avec ses 36 000 communes héritées de la paroisse médiévale. Il y a là un atout important dont les technocrates ne se rendent pas compte. Les décisions parisiennes s’appliquent uniformément alors que notre pays est très divers. Si les municipalités étaient écoutées, des adaptations seraient possibles. Le meilleur exemple est l’obligation de limiter la vitesse à 80 km/h sur toutes les routes secondaires alors que des modulations étaient possibles selon la géographie locale.

    Le regroupement systématique et autoritaire des communes est tout aussi absurde que la création de régions artificielles. Le découpage territorial est à refaire entièrement mais en gardant l’unité communale de base.

    Le système électoral est à revoir car il n’est pas neutre. En PACA, la liste de Marion Maréchal-Le Pen avait obtenu plus de 42% des voix en 2015 mais ses élus au conseil régional n’ont été que 34% du total. Ces élections se font au scrutin de liste à la proportionnelle avec deux tours, ce qui empêche la représentation de nombreux courants d’idées politiques. Pour récompenser les socialistes de s’être désistés pour lui, Christian Estrosi, le président LR de la PACA, remplacé ensuite par Renaud Muselier, avait bien inventé une assemblée représentative consultative mais elle ne fonctionna jamais.

    Le scrutin de liste est dangereux car il institue des élus hors-sol et entièrement soumis aux partis, et non pas des représentants du terrain.

    Alors que la législation ne voit que les individus, elle devrait considérer l’espace et ses particularités aussi bien pour les élections que pour la fiscalité et les aides financières.

    La France a besoin de diversité législative.

    Les élus et les citoyens ont besoin de pouvoirs nouveaux et concrets ancrés d’abord sur la commune. Comme l’a écrit Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique : « C’est dans la commune que réside la force des peuples libres ».

    Tant que le Français des campagnes ne sera pas aussi bien considéré que le Français des villes, il faut s’attendre à ce que le mécontentement s’exprime de plus en plus fort dans les urnes, dans les réseaux sociaux et dans la rue.  

    LOI n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (dite loi Maptam).
    LOI n° 2015-29 du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.
    LOI n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe).
    LOI n° 2017-257 du 28 février 2017 relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain. 

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/12/06/de-la-grande-misere-des-communes-francaises-6111007.html

  • Un samedi à Paris : le témoignage d'un spectateur engagé. Partie 3 : La place de l'Etoile, ce champ de bataille...

    Je publie ci-dessous la troisième partie de mon témoignage sur les événements de samedi : après la charge des motos et l'éclatement du fort groupe de manifestants dans toutes les rues voisines, il est temps de remonter vers l’Étoile...

    Après une longue errance avec des petits groupes de gilets jaunes désorientés et agacés, harcelés par des forces de l'ordre visiblement aussi décontenancées que nous, avec des « en civil » casqués qui pointent leur sorte de tromblon noir vers les manifestants alors même que ceux-ci lèvent les mains vers le ciel en signe d'apaisement, je décide de remonter seul vers la place de l’Étoile d'où l'on entend la rumeur qui enfle régulièrement pour s'apaiser ensuite quelques minutes, comme pour mieux reprendre son souffle. L'avenue que j'ai déjà empruntée est encore plus dévastée que l'heure d'avant mais plus personne ne semble se soucier des voitures calcinées ou en cours de combustion : tout n'est plus qu'un immense grondement, comme une tempête sans pluie, et l'émeute semble maître du terrain, les forces de l'ordre ayant visiblement abandonné cette avenue, sauf au commencement des rues adjacentes. Là, les cars de police se tiennent les uns contre les autres, formant un barrage infranchissable et les policiers tiennent en joue des ennemis que je ne vois pas, sans doute derrière moi. Tout autour de moi, ça fume des cigarettes, ça discute, ça rigole, ça se moque, ça se repose aussi, et nombre de manifestants sont assis sur le pas des portes, un masque de papier autour du cou pour la plupart. Ici, beaucoup de jeunes, aux apparences très diverses, entre loden et blouson de cuir, tenue de ville ou de sport, parlant riche ou rural, voire banlieue. Des gens très différents qui, d'ordinaire, ne se croisent ni ne se parlent... Magie de l'émeute !

    Voici la place de l’Étoile, enfin ! Il n'y a rien qui empêche de l'atteindre, et elle semble même devenue le point de convergence de tous les groupes que j'ai croisés depuis le début de l'après-midi : viennent-ils par curiosité ou par envie d'en découdre ? Sans doute un peu des deux à la fois, car je sens une forte excitation parmi les gens qui m'entourent. J'écarquille les yeux, tant le spectacle est étonnant et a, même, un aspect dantesque : sur la place et particulièrement sur la chaussée, d'ordinaire couverte de voitures, c'est une véritable marée de gilets jaunes. Le midi, j'avais entendu à la radio qu'il y avait ici « 3.000 » casseurs : mais, à regarder tout autour de moi, j'ai du mal à imaginer que ce chiffre puisse être crédible ! Je suis au cœur de la tourmente, et pourtant, je ne sens aucune peur parmi les gens présents, que de la colère mêlée à l'odeur âcre des lacrymogènes, et une colère qui, là encore, n'a qu'un nom : Macron. Comme si, en quelques jours, celui-ci avait concentré sur son patronyme et sa personne tout le ressentiment accumulé depuis quarante ans, ces « quarante ans » que j'entends évoquer depuis mon arrivée par la plupart de mes interlocuteurs, même ceux qui sont loin d'atteindre cet âge. « Cela fait quarante ans que ça dure, il faut que ça cesse », revient régulièrement dans les propos des émeutiers comme des retraités au style soixante-huitard, des ruraux comme des citadins bretons (des voisins de là-bas !), de la jeune femme au keffieh palestinien comme de l'assistante maternelle. En somme, depuis Giscard d'Estaing... ou la première élection du parlement européen au suffrage universel ! En fait, ce « quarante ans » vaut condamnation d'un système qui dépasse ceux qui l'ont porté successivement aux plus hautes fonctions de l’État, et cela signifie un rejet des partis de gouvernement, de droite comme de gauche : terrible constat d'échec d'une présidence entamée il y a à peine 18 mois, débutée au Louvre et qui semble s'achever ce soir à l'Arc de Triomphe, dans les fumées et les cris... 

    Durant de longues minutes, je n'ose m'approcher de l'Arc que j'aperçois entouré d'un halo gris et qui, étrangement, me semble plus grand que dans mes souvenirs pourtant récents. Les combats sont visiblement très violents si j'en crois le nombre d'explosions qui retentissent, parfois trois ou quatre par minute. Sur la place, des vagues se succèdent, dans les deux sens, dans un aller-retour permanent et enivrant : des centaines, peut-être plus, de personnes courent, s'arrêtent d'un coup, et lancent vers des ombres lointaines moult projectiles avant que de refluer sous l'effet des grenades et, parfois, d'un canon à eau qui n'a pas assez de pression pour être efficace... Le sol est luisant, détrempé, et couvert de restes des munitions policières, des sortes d'étuis en plastique dur et gris, avec une extrémité rouge, mais aussi de bouchons noirs provenant sans doute des mêmes matériels. Quelques uns des manifestants, les derniers arrivés, se penchent pour les observer mais sans les ramasser, peut-être pour éviter des ennuis en cas d'interpellation.

    Je me retourne : les Champs Élysées sont là, tranquilles, illuminés des guirlandes rouges des décorations de Noël accrochés aux arbres de la plus belle avenue du monde. Je me rends compte alors que la nuit vient de tomber : je n'ai pas vu le temps passer ! L'impression est totalement surréaliste : les cars blancs de la police semblent rosés par les lumières de Noël, serrés les uns contre les autres comme une « tortue » de légions romaines. De ce côté-là, quasiment plus de bruit, à part quelques phrases chuchotées. Des badauds flânent le long des grilles policières ; un journaliste étranger, micro en main, s'adresse à une caméra en prenant un air de profonde désolation, et s'inquiète même lorsque je m'approche de lui... Je crois entendre le mot de « révolution » dans sa bouche, dans un sabir anglo-saxon apparemment destiné à un public arabe, si j'en crois l'inscription sur le manche de son enregistreur. En tout cas, il paraît totalement effaré par ce qu'il a vu, voit et verra s'il reste encore un peu !

    Enfin, je me décide à traverser la place pour constater de visu les dégâts qu'annoncent complaisamment les sites d'informations que je consulte sur mon téléphone portatif. Je ne prends pas la peine de courir car les forces de l'ordre paraissent fort éloignées de l'Arc, bloquant la plupart des accès à l’Étoile sans pour autant chercher à la reconquérir. Le spectacle sous l'Arc de Triomphe est absolument étonnant et donne une impression de bivouac improvisé et confus : des jeunes et des moins jeunes sont assis nonchalamment le long des murs tandis que, tout autour de la tombe du Soldat inconnu, une sorte de garde d'honneur des gilets jaunes veille au respect de l'endroit et du symbole, et que les gerbes et les couronnes de fleurs ont été redisposées auprès de la flamme qui, visiblement, vient d'être rallumée, comme tous les soirs. De temps en temps retentit une vibrante Marseillaise, mais qui ne motive guère quelques uns des occupants de l'endroit, très décontractés et plus enclins à préférer d'autres hymnes ou rythmes... Sur les murs, de multiples graffitis, de plus ou moins bon goût, et qui signalent une grande diversité d'opinions et de centres d'intérêt : ces dégradations, instinctivement, me choquent et, à bien y regarder, semblent ne pas avoir grand-chose à voir avec la protestation présente elle-même. Un grand « Fin de régime », sans signature politique, m'intrigue néanmoins : dois-je, ici, y reconnaître un de ses intersignes chers à Léon Daudet ?

    (à suivre)

    Jean-Philippe CHAUVIN

    http://nouvelle-chouannerie.com/

  • Eviter le crash, ici et maintenant

    Konk.jpg« Sans surprise » relate une dépêche de l’Afp, «le parquet de Paris a requis vendredi, la relaxe de l’ancienne présidente du Syndicat de la magistrature Françoise Martres, jugée depuis mardi pour injures publiques dans l’affaire du Mur des cons.» En mars 2014, le FN avait obtenu que Madame Martres, soit mise en examen pour l’infraction d’injure à l’égard du Front National. Sur ce fameux mur ornant le local de ce syndicat d’extrême gauche,   certaines personnalités apparaissaient affublées de la flamme du Front National et une affichette ainsi libellée: «amuse-toi à coller une petite flamme sur le front des cons fascistes.» Beaucoup plus ignoble encore, figurait sur ce Mur la photo du général Philippe Schmitt, le père de Anne-Lorraine, 23 ans, qui, en résistant à son agresseur qui voulait la violer, le criminel multirécidiviste d’origine turque Thierry Dève-Oglou, avait été poignardée à mort en novembre 2007 dans le RER D. Marine  l’indiquait  plus généralement   lors de son passage sur C8 « demain, ce sera la bombe à fragmentation de la délinquance et de la criminalité qui sautera au visage du Ministre de l’Intérieur et du Gouvernement ! Ils ferment les yeux sur une situation qui est un véritable cauchemar pour des millions de Français. » Une justice qui sait pourtant être impitoyable et zélée en cette période de fronde populaire. L’acte IV des manifestations des gilets jaunes qui se sont déroulées samedi dans toute la France s’est soldé selon le décompte officiel du ministère de l’Intérieur par 1.723  interpellations et 1.220 gardes à vue. Les centaines de manifestants qui ont été jugés en comparution immédiate sont principalement des hommes de moins de quarante ans sans antécédents judiciaires.  Les racailles-pilleurs de banlieues et casseurs d’extrême gauche, plus aguerris et malins car  rompus à l’exercice,  ou parce qu’ils n’étaient  pas, selon certains,  les cibles principales des forces de l’ordre (?),  ont été  très nombreux à  échapper aux foudres de la justice…

    Invité hier de BFM-TV, le député européen et co-président du groupe ENL,  Nicolas Bay,  notait d’ailleurs que « des moyens absolument considérables ont été déployés (samedi à Paris) : des blindés, plus de 1 000 interpellations (parfois préventives affirmait le ministre de la Justice Nicole Belloubet avant de se rétracter, NDLR)   avec des poursuites judiciaires derrières … C’est intéressant de voir que l’Etat aujourd’hui déploie en une matinée ou une journée ce qu’il n’a jamais été capable de déployer pour remettre de l’ordre dans les cités quand il y a des émeutes. » 

    Il est tout aussi intéressant de constater  que globalement les gros médias ont repris les éléments de langage du ministère de l’Intérieur pour affirmer  que cette  journée du 8 décembre  fut  moins  violente que la semaine dernière  ( 118 manifestants blessés, 17  du côté des forces de l’ordre, contre respectivement 201 et 284 le 1er décembre). Or, si cela est vrai pour ce qui concerne Paris, encore que des quartiers de la capitale jusqu’alors épargnés ont été ciblés par des pilleurs, les villes de province ont été particulièrement touchées par les descentes des bandes de racailles (Bordeaux, Marseille, Saint-Étienne, Toulouse…).  Une violence qui sert objectivement les intérêts  du pouvoir  en assimilant  le ras-le-bol  des gilets jaunes à des attaques contre les biens  et les personnes. Violences annoncées, prédites qui devaient aussi permettre d’assécher le nombre des manifestants. Or, malgré les bandes, les casseurs, les intimidations, les  appels pressants du gouvernement  et de ses relais à ne pas manifester sous peine d’être désigné comme un  factieux, un antirépublicain, Christophe Castaner a annoncé  que 136.000 personnes avaient participé à cette quatrième  journée de mobilisation populaire; un chiffre officiel  à l’évidence extrêmement  minoré par rapport  à la réalité.

    Lors de la campagne présidentielle, nous étions un certain nombre à dire aux Français  avec Marine  ce que M. Macron avait en tête,   nous allons maintenant savoir ce qu’il a dans le ventre:  les annonces qu’il  devrait  faire ce soir  lors de son allocution télévisée seront-elles  en mesure d’éteindre la révolte?  Il est plus que permis d’en douter.   Le chef de l’Etat n’est pas, n’est plus  comme il l’affirmait  il y a encore quelques mois   le maître des horloges, ni même  un chef d’Etat au sens plein et  entier  du terme, puisqu’il accepte que sa feuille de route  lui soit dictée par la Commission européenne. Et quand bien  même pourrait-il ou souhaiterait-il s’en affranchir  à la  marge, c’est tout  le courant politique, idéologique qui l’a porté au pouvoir et qui façonne sa vision du monde  qui est rejeté par nos compatriotes.

    Nous le constatons encore avec la signature aujourd’hui à Marrakech par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne,  du Pacte de l’Onu sur les migrations , avant sa ratification le 19 décembre par un vote au siège des Nations Unies à New York. Ce Pacte a déjà eu une  incidence directe sur la vie politique belge puisque  son adoption,  voulue par les trois  partis  progressistes  de la coalition gouvernementale,  vient d’entraîner la démission   des  ministres nationalistes flamands de la N-VA qui en  étaient membres depuis quatre ans et qui y sont eux, formellement opposés.

    En France il est courant de faire remonter à  1976, date de  l‘établissement du regroupement familial initié par le duo Giscard-Chirac,  le premier signe tangible  du mépris affiché par la caste dirigeante pour la   souveraineté du peuple en matière d’immigration,  laquelle  a été depuis systématiquement piétinée, méprisée. Ce Pacte de Marrakech est une nouvelle étape dans le processus d’atteinte à  l’identité des peuples de notre continent,  puisqu’il  entend faire du droit à migrer, undroit de l’homme qui s’impose à tous.  Comprendre en premier  lieu aux Européens qui auront un devoir d’accueil envers les  258 millions de personnes en mobilité et migrants dans le monde selon les statistiques  de l’Onu. Médias dominants et  macronistes font assaut de pédagogie pour  expliquer sur un ton lénifiant que ce pacte n’est pas contraignant, « respecte la souveraineté des États » comme l’affirme M. Lemoyne,   et,   en mentant avec un aplomb proprement stupéfiant,  qu’il   n’a pas   pas le caractère particulièrement dangereux qui lui est attribué par les complotistes, les populistes, les souverainistes, les nationaux. Et ces mêmes journalistes, à l’heure de la montée  en puissance de médias libres et alternatifs,   s’étonnent  après cela  de la chute vertigineuse de leur  cote de crédibilité, de popularité…

    Sur son compte twitter,  la talentueuse cinéaste Cheyenne Carron s’interrogeait:  «Et si l’ONU défendait plutôt un pacte qui défend la beauté des peuples dans leurs différences ? la beauté de l’enracinement ?la richesse des lignées qui défendent leur terres ? Macron devrait interroger le peuple s’il souhaite voter le pacte de Marrakech.» En attendant que le peuple ait de nouveau droit à la parole sur un  sujet  aussi déterminant pour son avenir et sa liberté,  de bonnes âmes  oeuvrent pour le rendre possible.   Le Monde  sous la plume de Jean-Pierre Stroobants a fait état de l’organisation d’une résistance à  l’échelle européenne, si ne c’est mondiale  à ce Pacte des migrations , avec la réunion samedi , à Bruxelles, de  Marine Le Pen Steve Bannon, ex conseiller de Donald Trump,  journaliste fondateur de The Movement,   du flamand  Tom Van Grieken, dirigeant du Vlaams Belang (VB)  ou encore du député Tchéque Radim Fiala, membre de la  Coalition Nationale (Usvit). 

    «Invité (…) par le VB, placés sous une grande bannière incitant à  protéger l’Europe  contre la submersion migratoire, Mme Le Pen et ses amis du Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés (MENL)  (…) ont longuement rendu hommage aux pays qui refusent de signer ce texte : les Etats-Unis de Donald Trump, la Hongrie de Viktor Orban, l’Italie de Matteo Salvini, etc.  « Dans les petits villages, dans les zones rurales de France et dans les rues de Paris, les “gilets jaunes”, les “déplorables” de France, sont exactement le même type de personnes que celles qui ont élu Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le même type de personnes qui ont voté pour le Brexit. Ils veulent avoir le contrôle de leur pays, ils croient en l’Etat-nation » a notamment déclaré M. Bannon.

    Il ne peut y avoir en effet de débouchés à la crise actuelle que par la prise en  compte des aspirations légitimes du peuple français  qui veut être entendu, défendu,  respecté, représenté… tout ce qu’il n’est plus dans notre actuelle démocratie confisquée, phénomène nous l’avons dit qui n’a certes pas commencé avec l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.  Dans sa chronique du 6 décembre  sur Europe 1, Jean-Michel Apathie affirmait  que la gauche n’était pas en phase  avec  les gilets jaunes  dont les revendications,   les moyens d’expression en font dit-il,  un mouvement  «solidement enraciné à droite»;  mais une droite précise Bruno Gollnisch   qui se définirait alors par des  convictions nationale, populaire et sociale elles aussi   solidement enracinées…

    « La gauche est inexistante, divisée » constate M. Apathie.  « Elle est entre 25 et 30% dans les intentions de vote, ce qui est historiquement très faible. La droite, qui domine, est composée de deux camps importants aujourd’hui. D’abord, il y a la droite républicaine, avec beaucoup d’élus locaux. Mais au sommet, il n’y a plus de chef, pas de programme. Celui de Laurent Wauquiez n’unifie pas les gens de droite. Et puis il y a le Rassemblement national, qui a tous les atouts d’un parti en marche – un chef, un programme, etc – et un atout formidable dans la France d’aujourd’hui : il n’a jamais été associé au pouvoir. Il ne peut donc être tenu responsable en rien de la crise qui existe. J’évoque souvent, parce que je pense que c’est une des sorties de crise possibles, des élections législatives anticipées. Si elles avaient lieu aujourd’hui, le Rassemblement national serait le premier parti. Et le parti qui domine les élections législatives peut raisonnablement penser qu’il peut accéder au pouvoir. Pour dire les choses très clairement, jamais Marine Le Pen n’a été aussi proche du pouvoir qu’elle ne l’est aujourd’hui (…). » Dans ce contexte est-il besoin de préciser que la  capacité de l’opposition nationale  à fédérer  les énergies sera déterminante? Il n’est plus l’heure, et depuis longtemps,  de regarder passer l‘histoire, qui comme chacun le sait, ne repasse pas les plats.  C’est ici et maintenant qu’elle est en train de prendre un  virage crucial;  ici et maintenant que les Français doivent  se mobiliser à nos côtés  pour éviter le crash.

    https://gollnisch.com/2018/12/10/eviter-le-crash-ici-et-maintenant/

  • Macron débloque 40 millions d’euros pour les salaires et retraites des… Tchadiens

    Ce lundi soir, Emmanuel Macron interviendra à la télévision pour tenter de démontrer qu’il a entendu et compris les Gilets Jaunes et proposer quelques mesures destinées à les faire rentrer dans leurs chaumières.

    Pourtant, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a déclaré sur LCI qu’il n’y aura pas d’augmentation du smic parmi les mesures annoncées par Emmanuel Macron. “On sait que ça détruit des emplois, ce n’est pas la bonne méthode”.

    En attendant ce soir, sachez déjà qu’Emmanuel Macron a trouvé un budget pour les retraites et les salaires. Mais pas ceux des Français. Emmanuel Macron a préféré commencer par payer les retraites et salaires des fonctionnaires… tchadiens !

    Ce n’est pas une mauvaise blague, ni une “fake news”. La France a bel et bien décidé d’octroyer au Tchad un budget de 40 millions d’euros pour payer les salaires et les retraites des fonctionnaires, a indiqué l’Agence française de développement (AFD).
    Officiellement, il s’agit d’un « prêt » d’« une durée de vingt ans » avec un taux d’intérêt préférentiel. Et vu la dette du pays, le « prêt » risque fort de se transformer en don.

    D’ailleurs, la France accorde aussi au Tchad un don – cette fois c’est clair – d’un montant de 10 millions d’euros pour le secteur de la santé.

    Et figurez vous qu’un même montant de 50 millions d’euros avait déjà été accordé au Tchad en 2017 avec les mêmes objectifs.

    Cette générosité sans fin faite avec l’argent des contribuables français s’inscrit dans les « promesses faites par la France à l’occasion de la table ronde de financement du Programme national de développement (PND) tenue à Paris en septembre 2017 ».

    https://www.medias-presse.info/macron-debloque-40-millions-deuros-pour-les-salaires-et-retraites-des-tchadiens/102195/?fbclid=IwAR0Oq0jSeCGmRSyrNHCyWM9b39AYRGTctZPpMPJ9QFgU7wxZpq5_6iQvaVc

  • ACTE IV : JE DONNE LA PAROLE À DES GILETS JAUNES

  • Nouvelle lutte des classes, nouvelle donne politique

    lutte-classes-michel-geoffroy-588x330.jpg

    Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ La lutte des classes n’a pas disparu avec la chute de l’URSS et du communisme en Europe. Elle réapparaît. Une nouvelle lutte des classes s’est en effet installée en Occident qui oppose les nouvelles élites qui veulent révolutionner la société à leur profit – c’est « la révolte des élites » qu’avait prophétisée Christopher Lasch[1]– aux peuples qui aspirent au contraire à la stabilité, au maintien de leurs traditions, de leur identité et de leur culture – soit tout le contraire de la valorisation du bougisme, du « changement »et de la « mobilité », vantés par les nouvelles élites.
    Cette nouvelle lutte des classes résulte donc de l’inversion du schéma révolutionnaire tel qu’on le concevait depuis la fin du 19ème siècle : la révolution des sociétés provient aujourd’hui des élites[2] et non plus des « masses ».

    La nouvelle lutte des classes se concrétise par une fracture économique, sociale , politique et culturelle croissante, notamment en France

    Cette nouvelle lutte des classes oppose, d’un côté, « la France périphérique » en voie de paupérisation, de marginalisation, et de remplacement dans son propre pays.

    Car les élites – qui se sont protégées et se sont coupées des peuples en créant de nouvelle frontières intérieures du fait de la privatisation et de la réduction constante de l’espace public – mettent les peuples en insécurité économique (du fait du chômage de masse conséquence du libre-échangisme mondialiste[3]), en insécurité sociale (du fait de la déconstruction de toute l’histoire sociale européenne au nom du néo-libéralisme) et en insécurité culturelle et identitaire (du fait du Grand Remplacement migratoire , de l’Islamisation et de la déconstruction « sociétale »[4] des moeurs).

    Au plan politique, cela se traduit par la marginalisation du peuple dans les démocraties occidentales, qui pour cette raison sont de moins en moins démocratiques  (abstention électorale élevée, absence de recours au référendum, vote pour des partis qui sont diabolisés et donc peu représentés au Parlement etc… ).

    Avec le rejet du populisme, les élites ont d’ailleurs théorisé leur volonté de marginalisation du peuple et cela explique pourquoi le régime politique devient toujours plus oligarchique[5].

    Cette insécurité est le produit fatal de l’idéologie des nouvelles élites : le libéralisme libertaire et cosmopolite (mondialiste).

    Une idéologie destructrice de toute société : « La société n’existe pas » disait Mme Thatcher. Le libéralisme libertaire ne connaît que des individus calculateurs et pourvus de droits-créances contre la société. Cette idéologie se concrétise dans le mythe de la « société ouverte [6]», utopie inventée par Karl Popper qui signifie en réalité l’implosion programmée de la société traditionnelle [7], mais au seul profit des nouvelles élites et notamment des grandes firmes mondialisées et de leurs dirigeants.

    Et, de l’autre, des élites économiques,  financières, culturelles, médiatiques et politiques qui vivent dans un monde protégé et qui ont tendance à s’enrichir toujours plus.

    Comme le déclarait le milliardaire Warren Buffet : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait mais c’est ma classe, la classe des riches qui la mène et nous sommes en train de la gagner »[8]

    Parce que ces élites pratiquent sur une grande échelle le « socialisme des riches » (Joseph Stiglitz) : privatiser les profits (notamment en application du « consensus de Washington » qui ouvre la voie à la privatisation des biens publics et à la dérégulation économique et financière dont profitent avant tout les plus riches) mais socialiser les charges et les pertes (comme on l’a vu lors de la crise financière de 2008). Et parce qu’elles ont développé leur « industrie de défense des revenus » au plus haut niveau depuis les 30 dernières années : principalement en échappant à la pression fiscale (grâce à la faible taxation des revenus du capital).

    Ce qui se traduit par une augmentation rapide des inégalités sociales en Occident, à rebours de ce qui s’est produit durant les Trente Glorieuses.

    En effet dans une économie mondialisée et dérégulée les anciens paradigmes de la « science économique » sont de moins en moins opérants :

    • L’effet de « ruissellement » fonctionne de moins en moins car la richesse ne se réinvestit plus nécessairement dans le pays d’origine (mais plutôt dans des pays plus riches ou dans des paradis ou des niches fiscales comme le financial art par exemple).
    • Le fordisme devient obsolète : on n’a plus besoin de bien payer ses salariés, car on peut les remplacer par des ouvriers et des consommateurs Chinois, Indiens et demain peut-être, par des robots ou des Africains.

     Ces nouvelles élites correspondent au phénomène décrit[9] sous l’expression « super classe mondiale ». C’est-à-dire l’apparition en Occident d’un pouvoir économique et financier, hors sol, qui monopolise la richesse, qui s’est affranchi de la souveraineté des Etats et qui prescrit des normes politiques et sociales en dehors de toute régulation démocratique. Et qui se croit « élu » pour imposer sa « gouvernance » au monde et aux peuples.

    A la différence de l’ancienne lutte des classes, les nouvelles élites n’ont plus peur des peuples depuis la chute du communisme

    C’est pourquoi elles ont perdu toute décence commune à son égard, comme en témoignent par exemple les propos d’Emmanuel Macron lorsqu’il évoque les Français pauvres (les gens de rien) ou de François Hollande se gaussant des « sans-dents ».

    D’autant que, avec l’immigration, les élites se sont fabriquées un peuple de rechange, qui constitue sa réserve électorale (notamment celle de la nouvelle gauche).

    De fait, aujourd’hui, les immigrants se trouvent donc objectivement du côté de l’oligarchie (même si, au plan des valeurs, ils n’ont que mépris pour la décadence et la mécréance occidentale) et ils bénéficient d’ailleurs de toutes ses sollicitudes (notamment « la politique de la ville » qui ne vise pas les territoires les plus pauvres mais uniquement les zones d’immigration). D’ailleurs, sans le vote des électeurs d’origine immigrée, les partis de gauche disparaîtraient[10] et beaucoup de notables de droite ne seraient pas réélus dans leurs communes.

    Les immigrants bénéficient en outre par construction de la mondialisation puisqu’ils peuvent échapper à leur condition misérable dans leur pays d’origine en bénéficiant de la protection sociale des pays riches qui, même sur le déclin, sera toujours plus élevée que chez eux.

    Il est d’ailleurs frappant de constater que la révolte des Gilets Jaunes de l’automne 2018 en France n’a concerné pour l’essentiel que des Français de souche : à l’évidence les prétendues « banlieues défavorisées » , celles de l’immigration, ne le sont pas tant que cela.

    Les nouvelles élites regroupent principalement les CSP les plus élevées et ceux qui travaillent dans des secteurs protégés de la concurrence des pays à bas salaire qui célèbrent « la mondialisation heureuse » : avant tout parce qu’ils bénéficient de la réduction des prix résultant du libre-échange mondialiste sans en supporter les conséquences néfastes en termes d’emploi ou de diminution de la couverture sociale.

    Ces privilégiés de la mondialisation diffusent un discours destiné à leur donner bonne conscience (par exemple « l’ouverture aux autres » et le « vivre ensemble ») alors qu’ils manifestent une indifférence glacée vis-à-vis de la situation dans laquelle se trouve la majorité de leurs compatriotes et en particulier vis-à-vis de la destruction de la classe moyenne.

    Dans la nouvelle lutte des classes, les nouvelles élites récusent la démocratie et dénient au peuple le droit de définir son destin. Ellesremplacent la démocratie par la post-démocratie qui n’est qu’une forme douce de dictature : notamment parce que la post-démocratie repose sur la domination des juges inamovibles et idéologisés sur les législateurs élus. Elle repose aussi sur l’Union Européenne qui permet de détruire la souveraineté des peuples. Et sur un contrôle croissant de la population : contrôle par la propagande des médias, censure du politiquement correct, contrôle par l’écologie punitive, contrôle technologique etc…

    De cette nouvelle lutte des classes, découlent plusieurs conséquences importantes pour l’avenir de la Droite

    La question sociale (la paupérisation, la fin de l’ascenseur social, la précarité du travail) est de retour en Occident

    Mais elle reste en déshérence puisque la Gauche l’a abandonnée et que la Droite reste largement prisonnière de la doxa libérale (ou de l’oxymore d’un libéralisme/national). Et, de toute façon, elle ne s’est jamais vraiment intéressée aux questions sociales, à la différence de la Gauche.

    Cela signifie que la révolte populaire contre les nouvelles élites se déroule pour le moment en dehors des partis institutionnels de gauche comme de droite, car ils n’apportent pas de réponse lisible à cette nouvelle demande sociale.

    Il s’agit donc d’un champ politique à conquérir pour la Droite. D’autant qu’avec l’immigration de peuplement et la mondialisation, la question sociale rejoint la question identitaire et de la souveraineté.

    La question institutionnelle est aussi de retour, parce les institutions publiques -et notamment les Etats- ne garantissent plus le Bien Commun, mais deviennent l’instrument de l’oppression des peuples autochtones en Europe.

    En particulier parce que les élites installent, pour conforter leur domination, la suprématie des minorités et des intérêts privés sur les majorités. Parce qu’elles installent partout la préférence en faveur des Autres (Big Other), aux dépens des Nôtres. Et parce que notre système politique est devenu profondément antidémocratique (des minorités d’électeurs élisent des minorités non représentatives de l’ensemble de la population[11], et qui de toute façon ne gouvernent pas vraiment, puisque les Etats ont perdu l’essentiel des instruments de la souveraineté au profit de la super classe mondiale, des lobbies et de l’Europe de Bruxelles).

    Rendre du pouvoir au pouvoir devient pour cette raison une question essentielle, pour restaurer la démocratie entendue comme « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

    La nouvelle lutte des classes modifie la nature du clivage gauche/droite, mais ne le supprime pas pour autant

    En particulier les partis de gauche ne se situent plus du côté du peuple, mais ont rejoint le camp libéral, libertaire et mondialiste contre les peuples. Et parce qu’ils privilégient désormais les Autres aux dépens des Nôtres.

    Le déclin tendanciel des partis de gauche – notamment socialistes ou sociaux-démocrates – résulte de cette translation (et réciproquement, cf la stratégie de Terra Nova : les minorités doivent remplacer l’électorat populaire qui se tourne vers les partis populistes).

    En récusant le mondialisme, la déconstruction des sociétés ou le grand remplacement migratoire, les peuples ont au contraire tendance à occuper un positionnement de droite et conservateur.

    L’idée d’une convergence des révoltes politiques entre la France périphérique et la France immigrée repose sur une illusion

    La France immigrée n’a aucun intérêt commun avec la France périphérique.

    En outre l’oligarchie se sert de l’immigration comme moyen de museler définitivement la France périphérique, notamment en la remplaçant démographiquement tout simplement et en instrumentant la « lutte contre le racisme et la xénophobie».  Une course de vitesse se déroule donc entre les flux migratoires (que les élites mondialistes veulent à tout prix maintenir) et la révolte des peuples autochtones.

    Pour cette raison un positionnement politique comme celui de La France Insoumise est voué à l’échec à moyen terme. Mais il en va de même pour une droite qui croirait pouvoir satisfaire ces deux électorats en même temps.

    Une convergence politique entre certaines élites et la France périphérique est pour le moment aussi une illusion 

    La solidarité des élites entre-elles sera toujours plus forte que son empathie pour le reste de la population. Pour cette raison, les partis populistes ou souverainistes ne réussissent globalement toujours pas à recruter au-delà des classes moyennes et populaires.

    Certaines élites ne rejoindront le peuple – comme cela s’est produit au début du 20ème siècle – que si elles ont de nouveau peur de la révolte populaire ou de quelque chose d’équivalent. D’une certaine façon, la révolte des Gilets Jaunes de l’automne 2018 en France en apporte la preuve.

    Mais si la France périphérique est pour le moment [12]plus nombreuse que les élites[13], elle reste inorganisée et manque de maturité idéologique, notamment parce qu’elle est de plus en plus déculturée[14].

    Il y a donc là aussi un champ d’action que la Droite devrait investir si elle avait conscience des enjeux

    Le populisme progresse partout car il est à la fois un cri de douleur (celui des peuples qui ne veulent pas mourir ni être remplacés) et un cri de ralliement contre les nouvelles élites (comme hier le socialisme pour le prolétariat).

    Mais il ne dépassera pas le stade protestataire – instrumentalisé par les élites comme repoussoir – s’il n’apporte pas aussi des réponses cohérentes à la question sociale et pas seulement à celle de la souveraineté, de l’immigration et de l’identité.

    Il faut donc qu’il apparaisse aussi comme porteur d’une alternative crédible et cohérente au libéralisme libertaire et cosmopolite. Y compris au plan spirituel et moral, afin de répondre au vide existentiel produit par un Système, qui est comme le communisme, d’essence matérialiste.

    Michel Geoffroy
    06/12/2018

    [1] La Révolte des élites et la trahison de la démocratie, ouvrage posthume de Christopher Lasch publié en 1995

    [2] Au sens sociologique  et non qualitatif du terme : avant tout les plus riches et les CSP les plus élevées

    [3] Selon l’économiste Ph.Herlin le pouvoir d’achat des Français a diminué depuis 1975 dans les domaines essentiels à la vie du transport, du logement et de la nourriture

    [4] Il s’agit en fait d’un oxymore car ces réformes ont justement pour objet l’individuation radicale et la destruction de tout ce qui fait société. Le terme sociétal est destiné à faire oublier qu’à droite comme à gauche on a abandonné le social : parce que la gauche a abandonné le peuple et parce que la droite réduit le social à l’humanitaire et à la philanthropie)

    [5]« Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison», affirmait d’ailleurs Daniel Cohn-Bendit après le vote pour le Brexit ; le Figaro du 5 juillet 2016

    [6] La Société ouverte et ses ennemis,  Karl Popper , 1945

    [7] Comme l’écrit George Soros dans la société ouverte « la structure organique de la société a été désintégrée au point où ses atomes, les individus, flottent sans entraves » ; Soros et la société ouverte, Pierre-Antoine Plaquevent ; le Retour aux sources ; 2018 ; page 115

    [8] New York times du 26 novembre 2006

    [9] Notamment le premier par Samuel Huntington dans son livre Qui sommes-nous, paru en 2004

    [10] Il s’agit d’un phénomène que l’on rencontre partout, même aux Etats-Unis où le parti démocrate devient le parti des minorités ethniques, alors que les WASP votent en majorité pour le parti républicain

    [11] En 2017 seule une minorité de Français a voté (Emmanuel Macron n’a été élu que par 43,6% des inscrits[11] et aux législatives de 2017, seuls 38,4% des Français ont voté) et la « majorité » parlementaire est en réalité minoritaire dans l’opinion et une part importante des votants n’est pas représentée du fait du régime électoral (ex avec 1,59 M de voix au second tour des législatives de 2017,le FN n’a que 8 élus, quand la France Insoumise a 17 élus avec 880 000 voix et le PC 10 élus avec …200 000 voix)

    [12] La croissance démographique de la France immigrée est très rapide

    [13] A noter cependant que les familles traditionnelles (catholiques en France) ont tendance à faire plus d’enfants que les bobos : leur poids spécifique tend donc à augmenter

    [14] L’Education Nationale ayant abandonné toute transmission des savoirs, conformément aux souhaits de l’oligarchie

    https://www.polemia.com/nouvelle-lutte-des-classes-nouvelle-donne-politique/

  • Livre : Pouvoir d’achat, le grand mensonge, de Philippe Herlin

    téléchargement.jpegEn ces jours de mobilisation des gilets jaunes, un ouvrage paru en septembre 2018 donne un éclairage intéressant sur ce mouvement populaire. Le livre de Philippe Herlin, Pouvoir d’achat le grand mensonge, dévoile une vérité cachée. L’indice des prix à la consommation calculé tous les ans par l’Institut national des statistiques et des études économiques est minoré. Cet indice est basé sur des produits dont la liste est secrète ; officiellement pour empêcher d’éventuelles manipulations des résultats par les pouvoirs publics. Ceux-ci pourraient bloquer les prix des produits faisant partie du calcul de l’indice.

    Toutefois, l’INSEE a décidé d’appliquer des règles arbitraires pour le calcul de l’indice des prix à la consommation :

    – Les impôts directs, les cotisations sociales et les intérêts des crédits ne sont pas des achats de consommation et ils ne sont donc pas pris en compte ;

    – Les achats de biens immobiliers (investissements) et les travaux d’entretien des propriétaires ne sont pas non plus pris en compte ;

    – L’INSEE intègre un « effet qualité » : il s’agit de prendre en compte l’amélioration des produits induit par le progrès. Ainsi, les biens qui intègrent des améliorations (ordinateurs, smartphones, autos, vêtements, produits alimentaires, etc.) font l’objet d’une minoration des prix affichés à la vente.

    Ces règles conduisent à des aberrations dans le calcul de l’indice des prix à la consommation, selon Philippe Herlin. Ainsi, les charges locatives pèsent pour 6 % dans l’indice des prix à la consommation alors que le poids réel est proche de 30 % pour les ménages. L’application de l’effet qualité aux ordinateurs pendant des années génère un prix actuel de cinquante euros pour les ordinateurs les moins chers proposés à la vente. Ces règles ont surtout pour conséquence de minorer le taux d’inflation. Elles permettent de masquer une éventuelle perte de pouvoir d’achat : celui-ci se calculant par la différence entre les variations de revenus et le taux d’inflation. Les revenus sont bien connus par les services de Bercy mais l’indice des prix à la consommation est un indicateur évaluant le panier moyen des Français.

    Philippe Herlin a évalué les variations du pouvoir d’achat sur cinquante ans. Il compare les prix par rapport au salaire d’un smicard. Par exemple, le réfrigérateur le moins cher représentait 1,7 SMIC en 1965 et 0,38 SMIC en 2015. La voiture bas de gamme représentait plus de 12 SMIC en 1965 et 10,6 SMIC en 2015. Sur le long terme, ce sont les gains de productivité qui permettent la baisse des prix. D’après les calculs de Philippe Herlin, le pouvoir d’achat s’accroît fortement entre 1965 et 1975, puis il stagne entre 1975 et 1990 (chocs pétroliers) ; il s’accroît modérément entre 1990 et 2000 (effet mondialisation) et il décroît entre 2000 et 2015 (hausse des prix du logement et des matières premières). Sur la même période, le pouvoir d’achat s’accroît tous les ans, selon l’INSEE, sauf en 1984, 2012 et 2013. On comprend mieux pourquoi de nombreux Français ont l’impression de perdre du pouvoir d’achat !

    http://www.bvoltaire.fr/livre-pouvoir-dachat-le-grand-mensonge-de-philippe-herlin/

     
     
  • La petite frayeur des mal pensants

    6a00d8341c715453ef022ad3c56b73200b-320wi.jpgTraçant ces lignes à la veille de l'Acte IV des mobilisations de gilets jaunes, on ne peut que prendre acte, ce 7 décembre, des étonnantes prévisions et des bonnes résolutions du ministre de l'Intérieur. Il n'obligera plus ses hommes à demeurer l'arme au pied, à recevoir des pavés et à devoir y trouver l'ADN des émeutiers interpellés. Il ne permettra plus les outrages, les déprédations, les incendies volontaires. Revirement total par conséquent du citoyen Castaner : il parle et paraît vouloir agir en qualité de responsable – celui qui répond – du maintien de l'ordre public, des biens et des personnes, et plus encore de nos chères, très chères, institutions républicaines.

    Depuis le 17 novembre, il s'était montré d'une incompétence rare, mettant en place un dispositif que l'on qualifiera gentiment, restons dans l'euphémisme, "d'humaniste" : en ce sens qu'il ne fallait surtout pas faire bobo aux gauchistes, surtout pas nommer les black blocs, surtout pas stigmatiser la provenance des voyous et pillards.

    "Cet heureux temps n'est plus, tout a changé de face"[1]La tempête gronde. Notre président préféré se tait, le meilleur moyen de ne pas dire des bêtises. Assez de paroles, des actes, n’est-ce pas. Retenez le Castaner ou il fait un malheur. Tous sur le pont. Et, reconnaissons qu’on n’y va plus avec le dos de la cuillère : 80 000 hommes et femmes mobilisés, même la police judiciaire m’a-t-on dit, des petits blindés. De quoi rassurer les braves gens, screugneugneu.

    Mais à notre époque, le pouvoir ne saurait mobiliser les gendarmes, motiver les CRS, montrer sa force, modeler ses biceps, motoriser ses cyclistes et muscler ses troupes, sans le secours des consciences médiatiques.

    On a donc appris[2] que Le Parisien, jadis libéré, hébergeait en date de ce 7 décembre un appel au calme signé de 175 intellectuels français de haute qualité. En tête de gondole figure un prince de l'intelligence et du bon goût français en la personne de Cyril Hanouna. Ben mon cochon, l'eusses-tu cru ?

    Ne méprisons quand même pas un tel vœu. Reconnaissons-le partagé par de nombreux citoyens, autrement plus intéressants que ce vilain bonhomme[3]. Écoutons-les favorablement et puisse l'exaucer le dieu du Tonnerre, le vrai, projetant par exemple, c'est tout à fait dans ses cordes, une trombe d’eau salutaire. Un tel acte de Dieu laverait ainsi nos villes de leurs souillures, protégeant les boutiques des Champs-Élysées où, dois-je l’avouer je n’achète jamais rien, et, plus encore, les vitrines des commerçants de nos quartiers et de ce qui reste des artisans de notre Vieux Paris.

    Il ne se produit jamais ce que les astrologues de Cour prévoient. Encore moins ce qu'ils promettent. Retenons cependant, dans le meilleur des scénarios, c'est-à-dire dans le cas d'une happy end pour bisounours hollywoodiens, qu'au moins nos technocrates et nos maîtres auront serré leurs petites fesses.

    Or, au livre des Proverbes, il est écrit que la crainte du Seigneur est le commencement de la Sagesse.[4]

    Ils ont vu le peuple, et ça fait peur, hein.

    Pourquoi ne lisent-ils pas Louis-Ferdinand Céline, je vous le demande. Ils sauraient ce qu'il faut vraiment penser de la démocratie. "Le peuple… écrivait-il, oui… à condition de ne pas voir sa gueule".

    Pensons aussi à ce slogan qu'on entendait il y a un demi-siècle, si joyeusement scandé par Alain Robert et ses camarades, au lendemain de la grande chienlit de 1968 : "aujourd'hui l'anarchie, demain l'ordre nouveau".

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] cf. Racine Phèdre Acte Ier scène 1 : "Cet heureux temps n'est plus. Tout a changé de face, /Depuis que sur ces bords les dieux ont envoyé/ la fille de Minos et de Pasiphaé."
    [2] cf. "Transformer la colère en débat : l’appel à la sagesse lancé aux Gilets jaunes" 
    [3] Surtout ne googlisez pas "cyril hanouna + pétition".
    [4] cf. Proverbes 1,7 et Psaume 111,10.

    https://www.insolent.fr/

  • Gilets Jaunes. Une nouvelle fois, la Droite regarde passer le train de l’histoire

    droite-gilets-jaunes-train-histoire-michel-geoffroy-588x330.jpg

    Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ Le mouvement des Gilets Jaunes a surpris la classe politique comme la classe syndicale et la classe médiatique. Mais, à droite, l’impuissance est d’autant plus grande que cette famille politique ne s’est jamais intéressée aux questions sociales. En 2017, la droite a perdu l’élection présidentielle imperdable et a donné le champ libre à Emmanuel Macron. En 2018, elle est au surplus en passe de perdre la révolte des Gilets Jaunes.

    Les Républicains n’ont rien à dire au peuple des Gilets Jaunes

    La droite de gouvernement ne s’intéresse qu’à « l’économie » ce qui signifie que pour l’essentiel elle s’est ralliée au « consensus de Washington » néo-libéral tel qu’on le pratique dans l’Union européenne.  Laquelle a justement engagé le processus de paupérisation des classes moyennes qui revêtent aujourd’hui le gilet jaune de la révolte.

    En s’alignant au surplus sur l’idéologie sociétale de la gauche libertaire et déconstructiviste, la droite de gouvernement s’est aliéné les classes populaires, attachées au maintien des traditions et de la décence commune.

    Devenue, enfin, surtout un rassemblement de notables, prudemment retranchés dans leurs petites Ligne Maginot locales, la droite de gouvernement a perdu tout contact avec le peuple de France.

    On comprend qu’elle tombe des nues devant un mouvement de révolte populaire apparu spontanément, qui dure, qui réclame tous azimuts et qui se radicalise !
    Les Républicains n’ont donc globalement rien à dire au peuple des Gilets Jaunes, sinon que : la violence ce n’est pas bien…

    La droite nationale : une ligne qui passe au-dessus des Gilets Jaunes

    La droite nationale, identitaire ou souverainiste n’est pas en meilleure posture, hélas. Alors même que le gouvernement a essayé de dépeindre les Gilets Jaunes sous les couleurs de l’ultra-droite, pour les diaboliser. Et qu’il était manifeste que la France de souche entrait en révolte.

    Car, en faisant du refus de l’immigration et de la contestation de l’Europe de Bruxelles son axe principal de mobilisation politique, son discours passe au-dessus, ou à côté, d’un mouvement de protestation avant tout économique, fiscal et social.

    Malgré quelques tentatives sporadiques, la protestation identitaire ne revêt pas le Gilet Jaune : en tout cas elle ne s’exprime pas comme telle.

    La France reste donc pour le moment, le seul pays européen où la question de l’immigration ne fait pas descendre la population dans la rue, si l’on excepte les protestations locales sporadiques et d’ailleurs déclinantes contre l’installation de centres de migrants. Sans doute faut-il y voir le poids écrasant du politiquement correct et de la répression « antiraciste » conduite au nom des législations liberticides que les gouvernements ne cessent de renforcer depuis 1972.

    La révolte des Gilets Jaunes, symbole de la nouvelle lutte des classes

    La droite est aussi désemparée par le mouvement des Gilets Jaunes car elle n’a pas pris conscience de la nouvelle lutte des classes qui s’est installée en Occident et qui commence à modifier la nature du clivage droite/gauche.

    Une lutte sociale qui oppose désormais les élites mondialistes et adeptes de la déconstruction sociétale, aux peuples autochtones qui ne veulent pas qu’on les remplace, ni que l’on détruise leur cadre de vie.

    Non seulement parce que la droite n’a pas vraiment réfléchi à l’évolution de la société. Mais aussi parce qu’elle a tenté – sans succès il est vrai – de concurrencer la gauche dans sa stratégie de séduction des minorités et notamment des électeurs issus de l’immigration. D’où sa réticence à se positionner clairement dans cette nouvelle lutte des classes et notamment à se ranger du côté du peuple autochtone .

    La droite nationale : soutien sans participation

    Certes, la droite nationale et principalement le Rassemblement national ont incontestablement une assise populaire.

    Mais cela n’implique pas pour autant qu’ils profiteront électoralement demain de la mobilisation des Gilets Jaunes. Ne serait-ce que parce que pour l’essentiel les Gilets Jaunes ne sont pas des déçus du macronisme : ils n’ont pas voté pour La République en Marche ! Et parce que la situation politique française est pour le moment bien confuse.

    Les leaders de la droite nationale déclarent soutenir le mouvement, mais il ne s’agit que d’un soutien sans participation.

    Ce sont donc pas eux, pour le moment, qui font l’histoire….

    LFI : comme un poisson dans l’eau… jaune

    En réalité les seuls à surfer sur le mouvement sont la gauche, qui tente péniblement et non sans ridicule de se relancer à l’image de François Hollande ou de Ségolène Royal.

    Et surtout ce sont les gauchistes de La France Insoumise qui se positionnent : car justement LFI se prétend « sociale » tout en faisant l’impasse sur la question de l’immigration. C’est certes contradictoire mais cela lui permet dans l’immédiat de se sentir comme un poisson dans l’eau… jaune.

    Cette gauche, à la différence de la droite, est en outre organisée et sait comment noyauter l’opinion et surtout les médias.

    Les ténors de la LFI sont d’ailleurs partout sur nos écrans pour commenter la révolte des Gilets Jaunes et tenter de se l’approprier. Curieusement ces mêmes Gilets Jaunes que l’on invite à la télévision prétendent toujours refuser toute « récupération politique » mais ne trouvent rien à redire, manifestement, au soutien de plus en plus bruyant, des partisans de Jean Luc Mélenchon.

    Un soutien qui favorise d’ailleurs indirectement aussi Emmanuel Macron, comme la violence des casseurs, pour effrayer et rallier une nouvelle fois les bourgeois des beaux quartiers à sa cause.

    On ne sait pas à ce jour si la tentative d’OPA de La France Insoumise, sur les Gilets Jaunes, réussira.

    Mais pour le moment, tout se passe comme si elle pouvait compter sur une droite, globalement aux abonnés absents.

    Michel Geoffroy 04/12/2018

    https://www.polemia.com/gilets-jaunes-droite-regarde-passer-train-histoire/

  • Fiscalité, popularité, ISF

    6a00d8341c715453ef022ad3c54f66200b-320wi.jpgChanger une carafe d'eau en carafe de vin, rien de plus facile. Il suffit de remplacer le contenu. Les réseaux gauchistes ont ainsi détourné les gilets jaunes de leur vocation initiale. Apolitiques, non violents et anti fisc, on les détourne vers la violence, la révolution et le fiscalisme.

    La faute en revient certes aux atermoiements du pouvoir.

    Mais pas seulement.

    On définit parfois la géométrie comme l'art de raisonner juste à partir de figures fausses. Tout au contraire l'abus des statistiques conduit à tirer des déductions erronées à partir de chiffrages approximatifs.

    On pardonnera quand même, je l'espère, à l’auteur de ces lignes, de sombrer dans un tel travers, semblant baser son analyse sur des sondages et des pourcentages.

    Évoquons d'abord la popularité du fisc. Les sondages montrent qu'en France 54 % de nos concitoyens apprécient sa justice. Sans doute pensent-ils d'abord à l'impôt progressif sur le revenu. On désignait autrefois cette fiscalité sous le sigle élégant d'IRPP.

    Ce pourcentage enviable d'opinions favorables ne doit pas nous surprendre. On peut le rapprocher en effet des 53 % de ménages qui échappent à ce prélèvement. La différence 54-53 = 1 % égale sans doute le nombre de ces excellents citoyens payant avec plaisir. Ou le taux d'erreur.

    Mon petit livre de 2012 proposant une libération fiscale[1] commençait par ce constat : "tout le monde en France paye trop". Trop d'impôts, de taxes, de contributions, de cotisations obligatoires, etc. 300 formes de fromages, 300 formes de taxations.

    Au même moment l'OCDE et Eurostat établissaient que ce pays bat désormais tous les records mondiaux, dépassant maintenant le Danemark. Dans l’Hexagone, les prélèvements obligatoires ont atteint 47 % du PIB. À ce montant officiel déjà énorme, il faudrait ajouter les déficits financés par la dette.

    Mais la majorité reste intoxiquée. On la paralyse par la crainte vague d'un effondrement de l'État.

    Ceci explique sans doute la vague démentielle de ceux qui trouvent des mérites à l'ISF, symbole de ce qu'on appelle encore le modèle français.

    Contre l'éventuel rétablissement de cet impôt franco-français absurde les arguments ne manquent pourtant pas.

    Efficace vulgarisateur, un Nicolas Bouzou déplore d'abord que "la politique fiscale du gouvernement n'a pas été réfléchie." Selon lui, "rétablir l’ISF, c’est-à-dire surtaxer le capital, reviendrait à faire sortir la France de l’Histoire.[2]"

    Deux sots notoires, l'une agressive, l'autre prétentieux, la Schiappa et son collègue Griveaux se sont permis de s'écarter, sur ce point, de la ligne du gouvernement. Or, ils y siègent toujours et n'en ont pas été chassés. Ils envisagent, comme un certain nombre d'esprits mous le retour à cette taxation sordide. L'évocation même d'une telle expérimentation dissuadera l'investissement.

    Depuis sa création sous le sigle IGF par Fabius en 1982, sa redéfinition par Rocard en 1988 sous le sigle ISF on a pu mesurer les effets de ce type de surtaxation. Elle a donc disparu chez ceux de nos voisins qui la pratiquaient. Partout et toujours le résultat s'est révélé négatif pour l'économie. Pourquoi insister ?

    Une autre réalité condamne l'hypothèse du rétablissement. L'expérience ne se mesure pas seulement au nombre considérable des exilés fiscaux résidant désormais à Bruxelles ou à Genève. Les incertitudes politiques ne les inciteront pas à revenir. Mais bien plus encore devrait-on penser aux milliers de jeunes actifs, d'entrepreneurs ou de scientifiques, de viticulteurs ou de cuisiniers comme de médecins ou d’ingénieurs, tous porteurs d'avenir, émigrés à Londres ou San Francisco, Berlin ou Montréal.

    Le modèle social n'attire plus que les bras cassés. L'enfer fiscal fait fuir d’irremplaçables créatifs. Les faits restent toujours aussi têtus.

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] cf. Pour une libération fiscale
    [2] Sur LCI

    https://www.insolent.fr/

  • Gilets jaunes : des pompiers rejoignent le mouvement

    Gilets jaunes : des pompiers rejoignent le mouvement
  • Véhicules blindés et unités équestres contre gilets jaunes

    A Paris, les Gilets jaunes ont investi d’autres quartiers que les Champs Élysées. Les forces de l’ordre déploient véhicules blindés et unités équestres contre les manifestants. Des moyens auxquels le gouvernement, et les précédents tout autant d’ailleurs, n’a pas recours quand ce sont les banlieues qui mettent Paris ou les périphéries à feu et s’en prennent aux CRS et policiers…

    https://www.medias-presse.info/vehicules-blindes-et-unites-equestres-contre-gilets-jaunes/102152/

  • «Gilets jaunes»: La presse étrangère raille Emmanuel Macron

    640x410_emmanuel-macron-6-septembre-2018-luxembourg.jpg

    Emmanuel Macron le 6 septembre 2018 au Luxembourg. — Frederic Sierakowski / Is/SIPA

    MOBILISATION Pour la presse étrangère, le mouvement des « gilets jaunes » va bien au-delà de la hausse du carburant et de la « prétendue insensibilité écologique » des Français…

    Si les contestations des « gilets jaunes » font la Une de l’actualité française depuis une semaine, qu’en pensent nos voisins ? « Erreurs », « symptôme d’une rupture », « folklore »… Du côté de la presse étrangère, Emmanuel Macron n’est pas épargné par les critiques.

    « Les Français ont l’impression d’être pris pour des imbéciles. A juste titre », analyse Die Welt, le journal conservateur allemand qui estime que « le gouvernement a commis plusieurs grosses erreurs », notamment « en justifiant l’augmentation des taxes par la seule protection de l’environnement, bien que la majeure partie des recettes serve un objectif différent. »

    Lire la suite

  • Le gilet jaune, c’est celui qu’on porte sur la bande d’arrêt d’urgence

    Le gilet jaune, c’est celui qu’on porte sur la bande d’arrêt d’urgence

    Lu dans L’Incorrect :

    […] Ils ne sont pas opportuns, non. Ils arrivent au mauvais moment. La planète n’en peut plus, le Pacte de Marrakech est à portée de signature, il fait froid, il fait moche, les caisses sont vides, et le Grand Remplacement bat son plein. On n’est jamais  opportun quand on n’en peut plus, quand trop c’est trop, quand on a faim et froid et qu’on s’inquiète pour sa subsistance. Pourquoi maintenant, leur disent ceux qui ont le ventre plein et des revenus assurés ? Ce n’est pas le bon moment ! Cette taxe, c’est vraiment rien du tout ! Bien sûr que ce n’est rien du tout, cette taxe, mais quand tu n’as plus rien dans ton porte-monnaie, tu n’as plus rien. (Ça vous est déjà arrivé, de reposer vos courses à la caisse, parce que vous vous rendez compte que vous ne pouvez pas ?)

    Tu ne peux plus avancer, tu ne peux plus acheter, tu ne peux plus chauffer la maison, tu ne peux plus bouger, et même les mots ont du mal à sortir de la bouche. Ils ne comprennent pas ça, ceux qui expliquent « la dette », « l’écologie », « le Grand Remplacement », « la politique », « la morale », « l’éthique », aux Gilets jaunes. Les Gilets jaunes, ils n’ont pas conscience de « lancer une révolution sociale », et je crois même qu’ils s’en branlent absolument, de savoir si leur colère est sociale, politique, opportune, morale, républicaine, révolutionnaire ou réactionnaire. Simplement on avait pris l’habitude de les traire sans qu’ils renâclent, ou seulement pour la forme, et là, tout soudain, ils trouvent un peu douloureux qu’on leur soutire le lait que leurs mamelles ne contiennent plus depuis longtemps.

    Moi aussi je suis désolé de voir qu’ils ne se sont pas révoltés avant, les Français, et pour plus grave encore, qu’ils ne se sont pas révoltés contre leur disparition programmée, contre la submersion migratoire, contre le changement de peuple et contre l’islam assassin, qu’ils n’ont rien dit quand on les a égorgés un à un, quand on les a obligés à changer de trottoir, quand on a humilié leur langue, leur histoire et leurs traditions. Mais c’est comme ça. Ils n’ont pas vu, ils n’ont pas compris, ils n’ont pas été aware, comme dirait le grand philosophe belge Jean Claude Van Damme. Ils sont obscènes et à contretemps, les Gilets jaunes. La couleur de leur mouvement, cet épouvantable jaune fluo, c’est tout le contraire d’un choix esthétique et éthique ; ils n’ont fait qu’attraper au vol une injonction et l’ont retournée en signal.

    Le gilet jaune, c’est celui qu’on porte sur la bande d’arrêt d’urgence, ce territoire précaire où l’espérance de vie ne dépasse pas une demi-heure. Eux, ces Français-là, ils y sont constamment, sur la bande d’arrêt d’urgence. Ces Français-là – le peuple invisible, le peuple profond –, ils se tiennent sur une toute petite portion du territoire médiatique, et ils sont pétrifiés, car ils sont frôlés en permanence par des bolides des fenêtres desquelles s’échappent une musique et des paroles auxquelles ils ne comprennent rien. Ils ont beau porter leur gilet jaune, ceux qui roulent à 200 à l’heure sur l’autoroute de la France nouvelle ne les voient pas.

    Il y a longtemps qu’on leur a expliqué que le peuple, ce n’est pas eux, ce n’est plus eux. Les quartiers populaires, ils n’y habitent pas, et les subventions que l’État aime à distribuer avec emphase, ce n’est pas pour eux. Eux, ils habitent simplement la Creuse, la Picardie, la Lozère, la Somme, ils habitent dans le désert, ils n’habitent pas les Territoires perdus (de la République), ils habitent les territoires invisibles, ceux qui n’intéressent ni le parti dévot ni les investisseurs internationaux ni l’industrie du spectacle. Tout cela remonte à très loin et c’est ce qui leur donne cet élan qui surprend tout le monde.

    Je trouve indécent qu’on parle d’écologie aux Gilets jaunes. Ils fument des clopes et roulent en diésel ? Mais je m’en fous ! Mais alors qu’est-ce que je m’en fous ! Qu’on leur fiche la paix avec la planète, qu’on s’occupe des gros, des vrais pollueurs, de ceux, par exemple, qui prennent l’avion comme les Gilets jaunes prennent leur voiture, et peut-être, ensuite, pourra-t-on leur opposer le sentiment écologique. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas le problème, aujourd’hui. Quand j’entends des slogans du genre « ensemble pour la planète », par exemple, j’ai l’impression d’entendre les Enfoirés, ces milliardaires déculturés et moralisateurs, qui demandent aux smicards de donner de l’argent aux RMistes et aux chômeurs. Salopards, misérables fripouilles ! Quant aux dépenses, il s’agit bien de ça !

    Tant que des prédateurs milliardaires se goinfreront impunément sur le dos des entreprises publiques et tant que continuera cette folle politique du changement de peuple, on pourra faire tout ce qu’on veut pour économiser trois sous, la balance sera indéfiniment déficitaire, et tout coûtera trop cher. Ces gens qui nous parlent de « la dette » en se rengorgeant de leur pauvre science comptable me sont odieux. Quelle dette ? Imagine-t-on ce que coûte vraiment cette folie, le Grand Remplacement ? Et pour quel résultat ? Même un Giscard d’Estaing en est aujourd’hui conscient, qui fut à l’origine de cette monstruosité, et la regrette. À un bout, ce sont des milliards qui sont soustraits tranquillement aux nations, sans qu’elles mouftent, et à l’autre, on reproche à de pauvres gens de coûter trop cher. Il y a de quoi devenir fou.

    Les Gilets jaunes veulent seulement continuer à exister. Eux seuls n’auraient pas ce droit ? Chacune des minorités de ce pays tyrannise la société pour un oui ou pour un non, et le peuple français dans son immense majorité n’aurait pas le droit de simplement subsister, alors qu’il ferme sa gueule depuis quarante ans, tétanisé par les fêlés qui théorisent un nouveau monde auquel il ne comprend rien ? C’est bien le sens profond de ce mouvement qui est un mouvement de fond : est-ce que nous, peuple français, avons encore le droit de persister dans notre être en ce pays qui naguère était le nôtre ? Je constate une chose : moins on demande et moins on obtient.

    Ceux qui gueulent très fort et emmerdent le monde à longueur d’année – féministes, LGBT, minorités diverses, casseurs – obtiennent à peu près tout ce qu’ils veulent. Les Gilets jaunes ont fini par entendre la leçon, et sortent de l’ombre. Mais comme ils sont beaucoup plus nombreux que ces fameuses minorités, évidement, ça fait beaucoup plus de bruit, et ça effraie, car le mouvement une fois mis en branle, il semble difficile à arrêter. Pour ma part, je m’en réjouis. C’est – enfin – le retour à un ordre des choses normal, en démocratie. La majorité veut se faire entendre comme ce qu’elle est, la majorité – pour combien de temps, ça c’est une autre question…

    La transcendance et les bonnes manières sont remises à une date ultérieure, car la vie est courte. Les Gilets jaunes, c’est ça qu’ils voient : leur vie est courte, et elle n’a pas encore commencé. Ils s’impatientent, et je comprends cette impatience. Et puis, merde, ils sont détestés de BHL et de Kassovitz, et ça, ça compte double.

    https://www.lesalonbeige.fr/le-gilet-jaune-cest-celui-quon-porte-sur-la-bande-darret-durgence/

  • Le Système ne veut pas voir les signes annonciateurs du krach

    shutterstock_560446045-845x475.jpg

    Jacques de Larosière, ancien directeur du FMI à Washington, est aujourd’hui l’exception qui confirme la règle, un homme hors Système qui parle vrai en matière économique. Le titre de son dernier ouvrage est tout un symbole : Les 10 préjugés qui nous mènent au désastre économique et financier. Il commence son ouvrage en citant la reine d’Angleterre qui, en 2008, face à la crise et au krach, devant un parterre d’économistes prestigieux de la London School of Economics, s’était exclamée : « Comment a-t-on pu laisser faire cela ? Comment se fait-il que personne n’ait rien vu ? »

    Jacques de Larosière dénonce la financiarisation extrême de l’économie mondiale actuelle et cite John Maynard Keynes : « Lorsque l’organisation des marchés financiers se développe, l’activité de spéculer l’emporte sur l’activité d’entreprendre. » Il est convaincu que la politique monétaire très laxiste menée par le président de la Fed, Alan Greenspan, de 1987 à 2006, a conduit à une surabondance de crédits et à la crise des « subprimes » de 2007-2008.

    De même, il s’élève contre l’hyper-endettement des gouvernements, des entreprises et des particuliers et la folie de la politique d’assouplissement quantitatif des banques centrales créant des liquidités monétaires pour mettre fin au krach de 2008. Il estime, également, que la politique des taux d’intérêt nuls ou négatifs est de la folie pure et simple qui a déréglé le système alors que, par exemple, rien n’a été fait, en France, « pour allonger impérativement l’âge de départ en retraite ».

    Il est impératif de remonter les taux d’intérêt, suite à l’inflation qui, selon Stephen Roach, économiste et ancien dirigeant de Morgan Stanley, atteindra 3,5 % aux États-Unis, mais Jay Powell, le président de la Fed, commence à fléchir, à douter quant au nombre de hausses de taux d’intérêt en 2019, qui pourraient être ramenées à deux au lieu de quatre. Seule est confirmée, suite aux pressions de Trump et de Wall Street, la majoration de 0,25 % pour le 19 décembre prochain, qui portera la fourchette des taux d’intérêt de la Fed entre 2,25 et 2,50 %.

    Cela aura pour effet de prolonger la vie des « entreprises-zombies ». Ces entreprises qui ne créent pas de revenus et vivent à crédit représentent 6 % des entreprises, selon l’OCDE. General Electric, par exemple, est présentement fragilisée par la hausse des taux d’intérêt. Ses ratios financiers se sont détériorés et sa capitalisation boursière est descendue en dessous de sa dette de 110 milliards de dollars. La Bank of America Merrill Lynch a déjà averti officiellement que la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis pourrait déclencher une nouvelle crise.

    Les banques maquillent leurs ratios financiers pour rassurer la galerie et mentent sur la réalité de leurs capitaux propres, ce qui permet aux médias d’affirmer qu’elles sont plus solides, en passant également sous silence le problème de l’hyper-endettement qui mènera à l’explosion. Certains traders londoniens estiment que le système est redevenu très fragile. Ils datent le prochain krach à mars ou avril 2019 (Brexit et élections européennes).

    Personne ne veut voir que l’indice du Dow Jones rapporté au prix de l’once d’or tourne, aujourd’hui, autour de 20, ce qui est phénoménal et dépasse le niveau de 2008. L’indice Wilshire 5.000, qui compare la valeur boursière des actions américaines au PIB américain, est à 1,4, soit au même niveau très élevé qu’en 2000, et supérieur, même, à 2007. Greenspan parlait, de son côté, d’« exubérance irrationnelle » en 1997 et la bulle Internet a éclaté en 2000.

    Un krach, c’est comme la mort ou une bombe à retardement. L’événement est certain, mais personne ne connaît l’heure fatidique. Dans l’attente, le Système et les médias passent leur temps à mentir et à rassurer, ce que l’on n’a pas osé donner comme réponse en novembre 2008 à la question de la reine d’Angleterre Élisabeth II à la London School of Economics. C’est l’un des paradoxes les plus étranges de notre temps : « Abondance de savoir et pauvreté du savoir, on ne veut pas tirer les bonnes leçons », s’étonne aussi malicieusement Jacques de Larosière dans son dernier ouvrage.

    Marc Rousset

    http://www.bvoltaire.fr/le-systeme-ne-veut-pas-voir-les-signes-annonciateurs-du-krach/

  • Quelques photos des Gilets Jaunes

    Quelques photos des Gilets Jaunes
  • La place de Civitas dans les manifestations de Gilets Jaunes – Entretien avec Alain Escada

    Samedi 8 décembre sera l’acte IV des Gilets Jaunes. A chaque précédente mobilisation, des drapeaux frappés du sacré-cœur étaient présents et remarqués. Le mouvement Civitas assume sa participation à ces évènements politiques qui retiennent désormais l’attention du monde entier. De Tokyo à Washington, de Londres à Istamboul, de Tanger à Moscou, les médias parlent des Gilets Jaunes et décrivent une situation insurrectionnelle.

    A quelques heures d’une journée sous haute tension, nous avons voulu interroger Alain Escada, président de Civitas.

    MPI : Ce vendredi matin, France Télévision rapporte vos propos sur l’opposition entre le Pays Réel et le Pays Légal que vous retrouvez avec bonheur dans ce qui se passe avec les Gilets Jaunes. Vous dites qu’ils sont “admirables” et “émouvants”. Expliquez-nous cela.

    Alain Escada :  Je parlais bien sûr des vrais Gilets Jaunes, pas des anarcho-communistes et des racailles de cités qui tentent de profiter des circonstances pour semer le chaos, incendier des voitures de particuliers et piller des boutiques comme des hordes barbares les plus méprisables. Les vrais Gilets Jaunes sont admirables et émouvants parce qu’ils font preuve d’audace, de persévérance, de courage, de solidarité, et que cela leur en coûte. Ils offrent leur temps, leur énergie, leur santé, prennent des coups de matraque, se font arroser par des autopompes et gazés par des grenades lacrymogènes comme s’ils étaient des criminels. Alors qu’ils sont de simples Français venus dire, crier, hurler leur colère d’être méprisés et rackettés par des gouvernants qui, eux, vivent dans le luxe et l’opulence sans consentir le moindre sacrifice. Le gouvernement fait réprimer férocement les Gilets Jaunes avec des moyens et une détermination qui sont absents lorsqu’il faut gérer les émeutes ethniques et les zones de non-droit abandonnées à la délinquance.

    MPI : Est-ce une question de lutte des classes ?

    Alain Escada : Non, c’est une question d’injustice sociale entretenue par un système pervers. Le chef d’Etat et le gouvernement ont le devoir d’assurer le bien commun de leur population. Mais nos gouvernants sont des banksters et des parvenus soucieux de leurs seuls intérêts personnels et à la solde d’un projet mondialiste et d’une haute finance cosmopolite. Ils pratiquent la préférence étrangère au détriment de leur propre peuple. Ils offrent à des immigrés entrés illégalement en France des aides auxquels n’ont pas droit des retraités qui ont trimé toute leur vie et doivent se contenter d’une fin de vie misérable. Ils pressent fiscalement les petits commerçants, les artisans, les petites entreprises, mais ils permettent aux multinationales d’éluder l’impôt. Ils augmentent les taxes des Français mais offrent des budgets colossaux à des projets menés à l’autre bout du monde, subventionnent par millions des médias que les Français ne lisent, n’écoutent ou ne regardent que de moins en moins, ainsi que des associations telles que le CRIF, la LICRA, SOS Racisme, les lobbies LGBT et autres organisations qui ne servent en rien le bien commun. Un gouvernement courageux, authentiquement au service du Pays Réel, n’aurait aucun mal à faire des centaines de milliards d’économie et à pouvoir ainsi assurer un meilleur niveau de vie à sa population.

    MPI : Cela justifie-t-il les violences des dernières semaines ?

    Alain Escada : Les violences, qui en a la responsabilité ? Sur ce point, je partage le point de vue d’Emmanuel Todd qui a parlé de “stratégie de provocation gouvernementale”. Le 24 novembre, puis le 1er décembre, les forces de l’ordre ont très tôt fait usage des autopompes et des grenades lacrymogènes sans que ce soit justifié. C’est très probablement sur ordre. Et c’est de nature non pas à apaiser une foule mais à la mettre dans un état de rage.

    MPI : Des drapeaux frappés du sacré-cœur ont-ils bien leur place dans des manifestations aussi agitées ? D’autant plus que des drapeaux communistes et anarchistes sont également présents ?

    Alain Escada : Votre question est bien légitime. Et je suis intimement convaincu que ces drapeaux ornés du sacré-cœur font un grand bien parmi les Gilets Jaunes. Le sacré-cœur de Jésus est entouré des mots “Espoir et Salut de la France”. En ces temps de grande confusion, c’est un message essentiel : l’espoir et la salut de la France résident dans une France catholique. Le règne du Christ-Roi est une notion probablement obscure pour la plupart de nos contemporains. Il s’agit de conduire l’Etat, de gérer le pays, d’appliquer des lois de façon conforme à l’ordre social chrétien désireux d’assurer le bien commun de tous les Français et non d’une simple part d’entre eux.

    Vous le savez, la majorité des Gilets Jaunes sont politiquement “vierges”, sans doctrine. Si nous abandonnons le terrain, d’autres, moins bien intentionnés, n’hésiteront pas à occuper toute la place. Que les nationaux catholiques s’investissent sur le terrain et ils feront reculer les anarcho-communistes.

    J’observe que ces derniers jours, l’éveil des consciences se fait remarquer. Sur l’île de la Réunion, un cahier de doléances des Gilets Jaunes préconise parmi différentes mesure d’interdire la franc-maçonnerie. A Rennes, lors d’une réunion de Gilets Jaunes, il a été proposé l’abolition de la loi Pompidou-Rothschild. Et de plus en plus généralement, il y a opposition au Pacte mondial pour les migrations de l’ONU. Tout cela va dans le bon sens. A nous de continuer à participer à l’éveil des consciences, dans un esprit contre-révolutionnaire et non pas révolutionnaire.

    https://www.medias-presse.info/la-place-de-civitas-dans-les-manifestations-de-gilets-jaunes-entretien-avec-alain-escada/102097/

  • Macron trouve 500 millions d’euros pour… le Sahel

    Nul doute que cette information intéressera les Français et tout particulièrement les Gilets Jaunes. Le ministre Jean-Yves Le Drian vient de le confirmer lors d’une réunion de l’organisation G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) à Nouakchott :

    « la France (…) investira 500 millions au profit des priorités » du G5 Sahel

    . « La moitié de cette somme concerne des projets déjà en gestation et en cours (…) L’autre moitié sera octroyée de manière accélérée dans les deux ans qui viennent pour vous permettre d’être au rendez-vous de vos priorités »

    La France va ainsi ajouter 220 millions d’euros de financements nouveaux à 280 millions d’euros déjà engagés.

    L’Union européenne se fend également de son petit cadeau. « Je suis heureux d’annoncer que le soutien de l’Union européenne au Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) s’élève à présent à 800 millions d’euros. Cela comprend l’annonce aujourd’hui de 122 millions d’euros d’argent frais », a déclaré depuis la capitale mauritanienne le commissaire européen pour la Coopération internationale et le Développement, Neven Mimica.

    https://www.medias-presse.info/macron-trouve-500-millions-deuros-pour-le-sahel/102069/

  • Cette curieuse absence d’autocritique couplée à un cynisme révoltant

    17d221335ab0ddfdc54c939430062.jpg

    Bernard Plouvier

    Cela fait environ dix-huit mois que le couple Macron emplit la scène médiatique avec son cabotinage. Dix-huit mois également de baratin modern-style et de mesures économiques ultraréactionnaires : celles qui accroissent les dépenses des salariés, par le biais d’une inflation encore modérée et d’une taxation de moins en moins discrète, et celles qui allègent les dépenses des entreprises, mais sans dynamiser l’emploi, puisque le chômage réel affleure les six millions.

    Au lieu de méditer son bilan désastreux, qui est une véritable provocation pour le menu peuple, notre Génial Président-Dictateur Général pique une colère, tandis que son « Premier Flic » laisse transformer une grogne très légitime en une jacquerie sauvage de voyous, sournoisement alimentée par les fonds secrets.  

    À qui fera-t-on croire que les attaques de policiers par de pseudo-manifestants ne sont pas de grossières provocations, ni que les dégâts monstrueux ne sont pas le fait de casseurs professionnels, engagés pour salir un mouvement de contestation populaire parfaitement compréhensible ? 

    Il ne s’agit pas, pour nos princes abusifs, de « gérer médiatiquement une crise » (comme ils disent dans leur jargon énarco-administratif) : leur baratin lamentable et hypocrite, la Nation n’en veut plus ! Il s’agit de reconnaître l’état détestable d’une année et demie de gestion ignoble du Bien Commun, de cesser de mépriser le vrai peuple de France et de mettre fin à un spectacle à peine digne d’une principauté d’opérette.

    Il s’agit de rompre définitivement avec une politique antinationale où l’immigration et l’insécurité, où le chômage créé par les délocalisations d’entreprises et des importations de produits bas de gamme fabriqués dans un Tiers-Monde esclavagiste, sont financés par une imposition directe et des taxes extraordinairement lourdes, alors même que l’État réduit de plus en plus ses dépenses les plus élémentaires : sécurité intérieure et extérieure, instruction publique, voies de communication, hôpitaux publics, services administratifs au quotidien.

    Les Français sont les plus belles vaches à lait fiscales d’Europe. Ce prélèvement d’argent ne doit plus être synonyme de détournement de fonds en faveur de l’immigration-invasion, du tribut payé à la finance cosmopolite ou de l’embauche d’une armée de fonctionnaires sous-productifs engagés par l’effet du piston. L’argent public doit servir la Nation française et elle seule.

    Ce doit être la leçon à tirer du mouvement actuel de protestation, un mouvement calomnié par des princes aux abois, qui soldent des voyous, dans l’unique but de continuer les fructueux grenouillages de l’économie globale.         

    Macron and Co doivent écouter la Nation souveraine, solliciter humblement son avis sur les grands problèmes de société, enfin mettre en œuvre une politique conforme aux souhaits de la Nation. S’ils ne le veulent pas ou n’en sont pas capables, qu’ils s’en aillent. On ne les regrettera pas. 

    http://synthesenationale.hautetfort.com/