Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2018

Paris, samedi 12 mai : images du colloque Mai 68 et le bien commun : utopies, échecs et perspectives

Quatre-cents personnes, une vingtaine d'intervenants et des échanges de qualité : le colloque Mai 68 et le bien commun : utopies, échecs et perspectives fut une réussite !

Un grand banquet a clôturé cet après-midi de réflexion autour du thème du bien commun.

Un compte rendu et des vidéos à venir sont annoncés.

Prochain événement : Université d'été de l'Action Française | CMRDS 2018 

32413704_1737736116281016_3368042499447717888_o.jpg

32313070_1737735856281042_3705836398763311104_o.jpg

32472098_1737735939614367_7421185063460536320_o.jpg

32475310_1737736249614336_3907858303018860544_o.jpg

 De nombreuses autres photos en cliquant ICI

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Macron doit nommer le terrorisme islamiste !, par Ivan Rioufol

attaque-paris-assaillant-600x338.jpg

Non, Emmanuel Macron n’est pas à la hauteur de la menace islamiste. Son choix de ne pas écourter son week-end à Brégançon (Var) a fait comprendre qu’il relativisait l’attentat au couteau perpétré à Paris (quartier de l’Opéra), samedi soir. Un jeune français y a trouvé la mort, sous les coups d’un “compatriote” d’origine tchétchène. Quatre personnes ont été blessées, dont deux grièvement. Dans deux tweets datés du 12 mai, le chef de l’Etat a dénoncé un “terroriste”, puis il a écrit : “La France ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté”.

A aucun moment, le président n’a voulu nommer le caractère islamiste du meurtre, commis aux cris d’Allah Akbar. La veille, il n’avait pourtant pas eu de réserve pour désigner le nationalisme comme son adversaire : “Pour vaincre les nationalistes : assumer d’avoir une solidarité européenne”. Pour vaincre les islamistes, il faudra donc attendre avant d’avoir la recette élyséenne. Elle tardera à venir, car Macron redoute visiblement d’avoir à offenser une idéologie totalitaire. Dans le même temps, samedi, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, évoquait d’ailleurs une “agression”, avant d’employer ensuite, néanmoins, le juste mot d’”attaque”. Quant au député LREM Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid, il se risquait dans un débat télévisé à comparer les prêches en arabe dans les moquées aux prêches en latin dans les églises…Bref, ce qui ressort de ces quelques exemples est une volonté de banaliser le terrorisme islamique, compris comme une fatalité. Une telle attitude de renoncement est bien plus dangereuse que la guerre déclarée à la France par l’islam conquérant.

Israël, qui fête ce lundi les soixante-dix ans de sa renaissance, devrait être un exemple pour la France, ventre mou devenu cible principale du djihad en Europe. La résistance de l’Etat hébreu à l’islamisme ne s’embarrasse pas d’états d’âme. Macron pourrait déjà apprendre d’Israël à désigner l’adversaire par son nom, en se libérant de l’islamiquement correct devant lequel la France se plie. Le président pourrait aussi mesurer la puissance que peut dégager un Etat-nation, même minuscule, quand il retrouve sa langue, sa mémoire, ses frontières, ses racines, son identité.

Tout ce qu’Israël assume, dans son combat pour sa survie, est vu comme une provocation par le politiquement correct qui tient le haut du pavé en France et qui sévit encore à l’Elysée. Or la capitulation est un état d’esprit qui se corrige, pour peu que les dirigeants en donnent l’exemple. Les mentalités françaises sont prêtes à s’émanciper de la léthargie du bien pensisme. Très rares ont été ceux qui se sont offusqués de voir le tueur abattu par des gardiens de la paix, moins de dix minutes après avoir commencé sa course à la mort. Dans cette intifada des couteaux, sans doute est-il possible d’ailleurs d’écourter encore le temps de la riposte, en s’inspirant du savoir-faire israélien. Il est temps aussi de revoir l’accès à la nationalité, les conditions d’expulsion, la fermeture effective des mosquées salafistes, etc. Le tweet que Macron devrait écrire : “L’islamisme ne passera pas !”.

Ivan Rioufol

Texte daté du 2 mai 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

https://fr.novopress.info/

Russie: le pont reliant la Crimée au continent a été inauguré ce 15 mai 2018 par Vladimir Poutine

Le « Pont de Crimée » a été inauguré, tous klaxons hurlants, par un vaste défilé de camions de chantier, dont celui de tête était conduit par Vladimir Poutine en personne, comme on le voit dans la vidéo. Ce sont ceux qui ont participé à la construction du pont qui ont pris place dans ces camions. Le président n’a visiblement pas boudé son plaisir car ce pont est l’emblème du couronnement de la Russie de retour parmi les plus grandes puissances de la planète. C’est le rattachement de la Crimée qui a valu au président russe de faire un bond dans le cœur de ses compatriotes qui en ce jour délectent probablement eux aussi ce pied-de-nez de 19 kilomètres envoyé à ceux qui ont fomenté les tueries de la place Maïdan à Kiev pour déstabiliser la Russie et l’enserrer dans leurs tenailles OTANesques.

Ce pont est destiné à la circulation automobile et ferroviaire et mesure 19 kilomètres de long, c’est le plus long de Russie, il enjambe le détroit de Kertch, permettant ainsi de relier la Russie continentale à la Crimée, seulement quatre ans après le rattachement de la presqu’île à la Fédération de Russie. Si l’Union européenne et les USA espéraient encore briser la détermination russe à coup de sanctions économiques pour refouler les deux millions de Criméens hors des frontières russes vers l’Ukraine, leurs intimidations ont reçu une réponse cinglante et définitive.  L’ouverture du pont au trafic ferroviaire devrait avoir lieu début 2019.

Cette œuvre monumentale rattache physiquement la Russie au berceau de sa civilisation et à ses fonds baptismaux.

La construction  du pont a été annoncée très rapidement après le référendum de mars 2014 et les travaux ont commencé dés février 2016. Cette inauguration est un signe très fort envoyé par le président Poutine à peine « intronisé » président pour la troisième fois ce mois-ci aux Criméens qui lui ont fait si spectaculairement confiance lors du référendum de rattachement mais encore lors de sa toute dernière réélection. La Crimée lui ayant donné le plus fort taux de voix en sa faveur (ou l’un des plus forts) de toute la fédération avec 92,15% des suffrages. C’est dire que la romance entre le président et la Crimée est au beau fixe. Jouez violons! Mais c’est aussi une belle fin de non-recevoir envoyée à ceux qui espéraient avec de lourdes sanctions économiques parvenir à faire plier l’ours russe.

Jusqu’à aujourd’hui la Russie continentale n’était reliée à la Crimée que par voie de mer ou par voie aérienne à travers ou au-dessus du détroit de Kertch. Pour l’heure, la capacité du pont est estimée à 40 000 véhicules par an et 47 trains par jour, permettant ainsi la circulation de 14 millions de passagers et de 13 millions de tonnes de marchandises par an.

Quelques mois après la rattachement de la Crimée à la Russie, Poutine  avait déclaré à l’Assemblée fédérale de Russie le 4 Décembre  2014 :

« Ce fut en Crimée (…) que le Grand Prince Vladimir fut baptisé avant d’apporter le christianisme à la Rus. (…), le christianisme a été une puissante force unificatrice spirituelle qui a contribué à impliquer les diverses tribus et les unions tribales du vaste monde slave orientale dans la création d’une nation russe et de l’Etat russe. Ce fut grâce à cette unité spirituelle que nos ancêtres pour la première fois et pour toujours se sont considérés comme une nation unie. Tout cela nous permet de dire que la Crimée, (…), et Sébastopol ont une importance civilisationnelle et même sacrée inestimable pour la Russie. »Vladimir Poutine

Voir aussi: Inauguration par Poutine d’une statue monumentale de Vladimir-le-Grand de Kiev armé d’une gigantesque Croix, au coeur de Moscou

http://www.medias-presse.info/le-pont-reliant-la-crimee-a...

Viktor Orban : A la place de la démocratie libérale naufragée nous avons l’intention de bâtir la démocratie chrétienne du XXI° siècle

6a00d83451619c69e20224df32ca60200b-250wi.jpgLe 10 mai, Viktor Orbán a été réélu Premier ministre par le Parlement hongrois. Après avoir prêté serment il a prononcé un discours traduit en français sur le site du gouvernement hongrois. Extraits :

"Affirmons clairement que – comme l’a dit notre roi Saint Etienne – rien n’élève plus que l’humilité, et rien n’abaisse plus que l’orgueil et la haine. Et reconnaissons que derrière les succès se cache toujours la grâce du Bon Dieu. Ce n’est donc pas une clause de style, ce n’est pas seulement une tradition, mais notre profonde conviction : soli Deo gloria, la gloire appartient à Dieu seul. [...]

Je pense personnellement que les succès que nous avons remportés jusqu’à présent doivent beaucoup au fait que nous avons toujours déclaré ouvertement que l’ère de la démocratie libérale est arrivée à son terme. Elle s’est avérée incapable de protéger la dignité de l’homme, elle est incapable de lui donner la liberté, elle ne peut plus lui garantir la sécurité physique et ne peut même plus défendre la culture chrétienne. Certains en Europe essaient encore de la bricoler dans l’espoir de la réparer. Ils ne comprennent pas que ce n’est pas la structure qui s’est abîmée, mais que c’est le monde qui a changé. Notre réponse, la réponse des Hongrois au changement du monde est qu’à la place de la démocratie libérale naufragée nous avons l’intention de bâtir la démocratie chrétienne du XXI° siècle, qui garantit la dignité, la liberté et la sécurité de l’individu, protège l’égalité entre les hommes et les femmes, respecte le modèle familial traditionnel, met un frein à l’antisémitisme, protège notre culture chrétienne et donne sa chance à la pérennité et au développement de notre nation. Nous sommes des démocrates chrétiens, et nous voulons une démocratie chrétienne.

[...] En d’autres termes, mon gouvernement sera le gouvernement des Hongrois libres et de l’Etat hongrois souverain. Ma détermination en faveur de la liberté ne se réduit pas à mon combat contre la dictature et l’occupation soviétique, elle a aussi des motivations économiques. Je fais partie de la génération qui se rappelle encore que ce qui a condamné à mort le système étatique communiste, c’est qu’il a ignoré – et même combattu – une des lois fondamentales de la nature humaine : le communisme a interdit à l’individu d’améliorer sa situation de manière indépendante, de sa propre initiative, par son propre effort, en d’autres termes individuellement. C’est la raison pour laquelle nous avons considéré le communisme non seulement comme oppresseur, mais aussi comme contraire à la nature humaine. Je voudrais, à l’avenir aussi, bâtir notre politique sur cette expérience. Mon objectif est d’assurer le maximum de liberté aux individus, afin qu’ils puissent avancer selon leurs propres désirs. Nous ne pouvons pas nous engager à résoudre le problème de la vie de quiconque, mais nous voulons et pouvons créer les conditions permettant à chacun de le résoudre et de trouver son bonheur.

[...] Je suis convaincu que la migration conduit en fin de compte à la désagrégation des nations et des Etats. Les langues nationales s’affaiblissent, les frontières s’estompent, les cultures nationales se dissolvent et il ne reste plus qu’une société ouverte unique. Et à la fin, l’unification des sociétés européennes atteint le stade où un gouvernement européen unique et unifié pourra voir le jour. C’est le sort qui attend ceux qui ne se protègent pas contre la migration. Peut-être pas demain, mais dans un avenir que nous pouvons encore distinguer. C’est de cela qu’il s’agit, c’est cela le grand projet. Je ne vends pas chat en poche. J’affirme clairement, ici devant vous, que mon gouvernement est hostile à ce projet, au processus qui s’en approche et à toute mesure intermédiaire allant dans son sens, et qu’il en sera l’adversaire déterminé au nom de la liberté des Hongrois. Le multiculturalisme était le premier échelon. Le politiquement correct qui musèle la liberté d’expression a été le second. Voilà où en est l’Europe aujourd’hui. Le troisième échelon serait la répartition par quotas obligatoires. Afin que l’Europe que nous aimons, et au profit de laquelle nous sommes prêts à de sérieux sacrifices, ne gravisse pas l’échelon suivant de son autodissolution, il faudra compter avec nous sur la scène de la politique européenne. Nous lutterons contre les quotas obligatoires, nous défendrons la culture chrétienne, et nous combattrons pour la défense des frontières."

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/05/viktor-or...

19:20 Écrit par pat dans actualité, Europe, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Attentat de l’Opéra : Khamzat Azimov, un terroriste comme les autres - Journal du lundi 14 mai 2018

L’ATTAQUE TERRORISTE DU 12 MAI À PARIS : UN BRILLANT RÉSULTAT DU DROIT D’ASILE RÉPUBLICAIN !

ob_9837b4_terrorisme-paris-12-mai-2018.jpg

Forum SI cliquez ici

Le 12 mai vers 22 heures, on apprenait que plusieurs personnes avaient été poignardées dans le quartier de l'Opéra à Paris. A minuit, CNews annonçait que l'attentat venait d’être revendiqué par l'Etat islamique, qu’un jeune homme de 29 ans avait été tué et deux personnes grièvement blessé, et que le terroriste avait été abattu.

Fort d’une trop longue expérience de ce genre d’événement, on pouvait penser que le terroriste était, comme quasiment toujours, une racaille « radicalisée » issue de l’immigration. Eh bien, pas tout à fait cette fois-ci, où l’on a eu droit à une variante, que CNews nous dévoilait le 13 mai à 14 heures : le terroriste, nommé Azimov, était le fils de deux « réfugiés politiques » tchétchènes ; il avait, bien entendu, été naturalisé « Français » en 2010.

En l’occurrence, ce n’était donc pas la démentielle politique d’immigrationnisme de masse qui était à mettre en cause, mais son petit-frère, le droit d’asile républicain, qui consiste à accueillir n’importe qui et à accorder la nationalité française n’importe comment, car, lorsque l’on accorde l’asile politique à des Tchétchènes indépendantistes, comme c’était ici le cas, on doit bien se douter qu’il s’agit d’islamistes qui ne vont certainement pas mettre leurs convictions en sourdine une fois installés en France.

Les « autorités » qui ont ainsi accordé l’asile à des djihadistes et naturalisé leur rejeton sans sourciller devaient donc rendre des comptes maintenant, car c’est leur nullité pleurnicharde qui est responsable du drame d’hier. Jamais de tels individus, par définition dangereux et fanatiques, n’auraient dû être ainsi admis à séjourner en France, et jamais leur fils, fiché « S » comme il se doit, n’aurait dû être naturalisé. On se demande d’ailleurs à quel titre il a obtenu cette naturalisation, car, comme le disait le Front national il y a quelques années, « être Français, ça s’hérite ou ça se mérite » : à quel « mérite » le jeune terroriste Azimov devait-il sa naturalisation ?

CONTRE LE TERRORISME, SEPT MESURES INDISPENSABLES

Mais nous posons ces questions et faisons ces remarques pour la forme, bien entendu, car nous savons très bien que, comme d’habitude, les républicains n’y répondront pas, qui se contenteront de mettre en place des « cellules de soutien psychologique » et vont attendre bien sagement le prochain attentat.

Car pourquoi la République prendrait-elle cette fois-ci les mesures qui s’imposent pour assurer la sécurité des Français, alors qu’elle ne l’a pas fait après les précédents attentats ? Ces mesures sont au nombre de six, que nous avions rappelées dans notre article du 24 mars, et que nous rappellerons une nouvelle fois sans nous lasser, en les complétant par une septième, pour tenir compte de la question du droit d’asile :

1 - rétablissement de la double-peine, lâchement abandonnée par le pitre Sarkozy ;

2 - mise en place d’un contrôle solide de nos frontières ;

3 - mise en œuvre d’une sécurisation sérieuse des rassemblements de foule ;

4 - ratissage intégral des soi-disant « zones de non-droit », lâchement abandonnées par la République aux racailles « radicalisables » ;

5 - réarmement du peuple français, qui fut un grand peuple combattant et dont une large partie ne sait plus, aujourd’hui, ni se battre, ni utiliser une arme à feu (ce qui était évidemment le résultat recherché par la République castratrice) ;

6 - lancement d’une politique d’inversion des flux migratoires, seule capable de rendre au peuple français sa sécurité et le respect de son identité ;

7 - vérification approfondie de la personnalité et des idées des demandeurs d’asile, afin de s’assurer que ceux-ci ne seront pas susceptibles de mettre en danger la sécurité de nos concitoyens.

Tel est, une fois encore, le minimum que nous devons exiger de la part de ceux qui prétendent nous gouverner : il ne faut pas les lâcher !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

OTAN, UE, Turquie…la dérive des continents

Turquie-dans-l-UE.jpgLes autorités israéliennes l’avaient dit et répété: aucune manifestation de Gazaouis le long de la clôture séparant la bande de  Gaza  d’Israël  ne sera tolérée.  Des dizaines de milliers de Palestiniens ont passé outre hier  pour protester contre le transfert de Tel-Aviv à Jérusalem de l’ambassade américaine.  Le Figaro le rapportait, « les Palestiniens perçoivent comme une provocation la date choisie, précédant de 24 heures les commémorations de la Nakba , la catastrophe qu’a constitué la création d’Israël pour des centaines de milliers d’entre eux chassés ou ayant fui de chez eux en 1948. »  Tsahal a indiqué que « les terroristes du Hamas » (accusés de manipuler  les Palestiniens), étaient prioritairement la cible  des tirs qui ont visé lundi   cette  foule impressionnante vivant à Gaza, ce territoire  qui « ressemble de plus en plus à un camp de concentration» estimait déjà en 2009 le Cardinal et ministre du Vatican Renato Martino.  Le bilan est lourd :  59 manifestants palestiniens abattus (dont huit enfants de moins de 16 ans d’après  l’ambassadeur palestinien à l’ONU)  et  2 400 blessés  selon un bilan du ministère gazaoui de la Santé.  La répression de cette manifestation a été vivement  condamnée par Emmanuel Macron et  les instances de l’UE. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, n’a pas été le seul à dénoncer lundi un «massacre » israélien.  Amnesty International, ONG,  partis de gauche et d’extrême gauche évoquent une  « violation abjecte » des droits de l’homme, et des « crimes de guerre. » Sans surprise, les Etats-Unis ont bloqué lundi l’adoption d’un communiqué du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à « une enquête indépendante » sur cette manifestation  et la répression dont elle  a été l’objet. La Maison Blanche affirme que «la responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas. »

Comme l’Afrique du Sud, la Turquie a rappelé pour consultations ses ambassadeurs en Israël et aux Etats-Unis, et a décrété trois jours de deuil en mémoire des Palestiniens tués hier.  «Israël sème le terrorisme d’Etat. Israël est un Etat terroriste. » « Ce qu’Israël a fait est un génocide. Je condamne ce drame humanitaire, ce génocide, d’où qu’il vienne, d’Israël ou d’Amérique» a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan dans un discours prononcé hier devant des étudiants turcs à LondresLe tout début  de ce millénaire semble déjà très loin,   période ou Ankara et Tel Aviv étaient des alliés qui  coopéraient militairement….

Plus largement encore, le climat entre les occidentaux et la Turquie a bien changé depuis cette année 2002 qui a vu l’arrivée au pouvoir du parti AKP (Parti de la Justice et du Développement) et de Recep Tayip Erdogan au poste de Premier ministre. Un islamo-conservateur précédé d’une réputation de libéral raisonnable, favorable au développement des libertés individuelles et pro-européen. Le monde des affaires voyaient aussi d’un bon œil un pays qui a connu depuis le début des années 2000 une très  belle embellie économique, laquelle  a fait aussi des heureux en France, sixième fournisseur et client de la Turquie. Nos acteurs économiques y ont beaucoup investi, trois cents entreprises françaises y emploient des dizaines de milliers de salariés.  Cette croissance de l’économie turque a été profitable à la classe moyenne, mais s’est sensiblement érodée ces derniers mois sur fond de hausse des prix et de dépréciation de  la livre turque.

Il n’en reste pas moins que le président Erdogan et l’AKP gardent un réel soutien populaire.  Sans énorme surprise, ils gagneront  de nouveau les prochaines élections, présidentielle et législatives,  qui devaient  se dérouler en novembre 2019 mais dont la date a été avancée au 24 juin 2018; soit quatorze mois jour pour jour après le référendum -contesté par l’opposition ou ce qu’il en reste… - qui a enterré le régime parlementaire pour lui substituer un régime présidentiel.

Cahin-caha, le processus d’adhésion de la Turquie dans l’UE (enclenchée officiellement dés 1963 avec sa candidature à la Communauté Economique Européenne)  s’est poursuivie.  Certes celui-ci a été  freiné par des opinions publiques européennes vent debout contre cette éventualité, mais aussi du fait des critiques sans cesse plus nombreuses des instances bruxelloises contre la dérive autoritaire, les atteintes aux droits-de-l’homme, voire l’agressivité et les menées géopolitiques d’Ankara.  Le conflit syrien, le jeu très ambigu  qui fut celui de M.  Erdogan vis-à-vis de l’Etat islamique (EI) ou à tout le moins son soutien aux  milices djihadistes anti-Assad -certes il ne fut pas le seul dans ce registre… –  n’ont pas apaisé les tensions. Ni bien sûr le chantage opéré par l’Etat turc dans le dossier de la torrentielle immigration clandestinequi a réclamé trois milliards d’euros à l’UE  pour empêcher les centaines de milliers de migrants qui campent  sur son  sol de se répandre en Europe.

Le coup d’état militaire de juillet 2016 visant à renverser le régime, derrière lequel, non sans raison peut-être, Erdogan a vu la main des Etats-Unis, n’a pas arrangé la réputation d’Ankara dans le domaine du respect des droits de l’homme. La presse et les journalistes dissidents ont été muselés160 000 fonctionnaires -militaires, juges, enseignants… - ont été mis à pied  et 50 000 Turcs ont été emprisonnés selon un rapport des Nations unies.  Reuters rapportait en fin de semaine que la police turque a de nouveau  arrêté 150 soldats, soupçonnés d’être liés à Fethullah Gülen, un prédicateur hébergé  aux Etats-Unis qu’Ankara accuse d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat avec l’appui d’officiers kémalistes et de libéraux de gauche…

Si la Turquie est membre de l’Alliance atlantiqueMichel Drac, dans une récente vidéo , s’interrogeait sur les conditions du maintien de la Turquie dans l’Otan, dont le régime estime t-il  «est obligé de se durcir pour survivre car il est   devenu un ennemi pour les Etats-Unis qui veulent le déboulonner.» Turquie qui apparaît  au bord de de l’affrontement avec ses alliés  - notamment en Syrie avec les forces spéciales françaises et américaines - du fait de  sa volonté d’éradiquer les milices kurdes soutenues elles par les  occidentaux car combattant l’EI.  Le ministre des Affaires étrangères  du Luxembourg , le socialiste Jean Asselborn, qui n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer la Hongrie de Viktor Orban au motif qu’elle refusait d’ouvrir ses frontières  aux immigrés clandestins,   a demandé  un débat au sein de l’Otan sur  l’intervention turque dans le nord de la Syrie. Il a  rappelé solennellement que l’Alliance atlantique  est «un club qui partage les même valeurs démocratiques…» Autre point de friction,  les incidents récurrents entre l’armée grecque et turque  (appartenant toutes deux à l’Otan donc…)  qui  se multiplient en Mer Egée alors que  la Turquie a été condamnée officiellement  par l’UE pour ses actions  illégales en Méditerranée.

M. Drac constate encore que la frontière terrestre turco-grecque est devenue  le principal  point  d’entrée  de l'immigration massive vers l’Europe et souligne  non sans ironie qu’ Emmanuel Macron s’était beaucoup avancé en déclarant  que  les frappes américano-franco-britanniques  (visant des bâtiments vides) en Syrie mi-avril avaient permis d’enfoncer un coin dans l’alliance de fait entre  la Turquie (qui a approuvé ces frappes)  et  la Russie.  A l’évidence il n’en est rien. Ankara  resserre ses liens commerciaux et ses coopérations (gazière, nucléaire)  avec Moscou et est toujours  partie prenante  avec la Russie et l’Iran dans les négociations sur l’avenir de la Syrie  – processus de paix d’Astana. Last but not least,  nouveau camouflet pour l’Otan,  comme cela avait été annoncé,  la Russie a livré  à la Turquie « des  systèmes antiaériens russes S-400 Triumph. » Un geste rapporte le site sputnik   « considéré par l’Otan comme une véritable provocation, a affirmé Der Spiegel, indiquant qu’ils pourraient devenir les yeux de Moscou et aider la Russie à obtenir des informations sur les F-35 », le  chasseur furtif de nouvelle génération de  l’US Air Force.

A l’heure ou un nombre croissant de Turcs se résignent, voire même sont opposés à l’idée de voir leur pays adhérer un jour à l’UE, le site Euractiv a relayé au début du moins une tribune signée par le député européen socialiste français Gilles Pargneaux, l’universitaire new-yorkais Alon Ben Meir, qui dénonce de longue date de l’activisme néo-colonial de la Turquie dans les Balkans,  notamment en Albanie,  et par la  journaliste d’investigation kosovare Arbana Xharra.  Très connue dans son pays , proche du  PDK (Parti démocratique du Kosovo), celle-ci  alerte depuis des années sur   la montée de l’islam radical au Kosovo et des  liens existant  entre  extrémistes islamistes  kosovars et   réseaux terroristes.

Ils écrivent ainsi que « la dérive anti-libérale et anti-occidentale d’Erdogan » doit conduire à   « mettre fin au processus d’adhésion de la Turquie à l’Union (…). Il ne peut y avoir de renforcement commercial entre l’Union et la Turquie sans qu’il n’y ait une amélioration de la situation des droits de l’Homme (…). L’influence grandissante de la Turquie dans les Balkans ne peut être ignorée. L’arrestation de six Turcs résidant au Kosovo et proche de la confrérie de Gülen, l’arrestation de douaniers grecs afin d’obliger l’extradition de militaires turcs ou bien l’interventionnisme turc dans les mosquées en Bosnie, en Albanie et en Serbie représentent les derniers avatars de cette influence néo-ottomane, teintée d’Islam politique, de la Turquie vers l’Europe. Ceci pose d’autant plus question que la plupart de ces pays sont en phase de négociation pour accéder à l’Union européenne. »

« En définitive, la Turquie est passée de meilleur allié de l’Occident, de l’OTAN et de l’Union européenne à un partenaire ambigu et revanchard (…)   nous ne pouvons faire l’économie d’une redéfinition de notre relation avec la Turquie, sans céder à ces provocations turques. Voilà le chemin que la diplomatie européenne doit emprunter. »

Rappelons au passage  que le FN avait encore vu juste et avait  prévenu des conséquences de la guerre d’agression  menée par l’Otan contre la Yougoslavie et les Serbes en 1999, sur cet  appui alors  apporté aux islamo-mafieux albanais et kosovars , lors de la partition du Kosovo retranchée de la Serbie et  imposée par l’Alliance atlantique.

Redisons aussi fort et clair, nous le rappelions en octobre 2014 ,  que la  réduction de la civilisation européenne au totalitarisme des droits de l’homme agités ici comme un hochet,  va de pair  avec une Europe qui subordonne le politique à l’économique, qui se construit sur la dépouille des Etats souverains. La dérive de cette Europe là avait été parfaitement anticipée  par Julien Freund dans «La fin de la Renaissance» (1980) : « on s’en prend aux nationalismes, sources de guerres intra-européennes qui auraient été, durant ce siècle (le XXe siècle, NDLR), des guerres civiles européennes. Mais en réalité c’est l’Etat qui est visé dans sa substance.»

Au  plus fort du débat sur l’adhésion de la Turquie dans l’UE,  le refus de réaffirmer les racines chrétiennes de l’Europe,  d’en faire un « club chrétien » comme le notait pour s’en offusquer  M.  Erdogan et  chez nous  la quasi totalité  du microcosme politico-médiatique, répondait   bien  sûr à un objectif.

Bruno Gollnisch le soulignait alors, «si l’Europe se définit par l’adhésion à des valeurs communes laïques qui sont celles en gros de l’individualisme libéral et des droits de l’homme , alors effectivement à ce compte il n’y a pas de raison de ne pas l’étendre jusqu’au Zaïre le jour où ce pays pratiquera la démocratie parlementaire ! C’est là qu’on voit bien, sans déformation et sans exagération, que dans l’esprit de ces gens là, l’Europe n’est qu’une espèce de plate-forme commune qui a vocation à s’entendre de plus en plus, dans laquelle, à condition de respecter une règle sacrée qui est celle de l’ouverture et du métissage, n’importe quel pays pourrait finir  par entrer ».  Au-delà même de la question turque, les prochaines élections européennes offriront à l’opposition nationale l’occasion de présenter aux Français  son projet européen, loin des outrances des uns, et des faiblesses des autres.

https://gollnisch.com/2018/05/15/otan-ue-turquie-la-deriv...

Mai 68 • Les meneurs de la « Commune étudiante » : un paradoxe français [2]

Par Rémi Hugues 

Dans le cadre de la sortie de son ouvrage Mai 68 contre lui-même, Rémi Hugues a rédigé pour Lafautearousseau une série dʼarticles qui seront publiés tout au long du mois de mai.

Les maoïstes et la cause palestinienne 

La question palestinienne est la partie la plus saillante du panarabisme, mouvement qui revendique la souveraineté nationale des États du Moyen-Orient contre les ingérences occidentales. C’est à partir de 1967 et la guerre des Six-Jours qu’elle prend une ampleur considérable, non seulement au sein du monde arabo-musulman mais dans l’ensemble de la planète. Benny Lévy (Pierre Victor) a admis avoir été à l’origine de l’importation du conflit israélo-palestinien en France, afin de trouver une thématique faisant l’unanimité chez des immigrés arabes très divisés entre eux, pour ensuite prendre un virage à 180 degrés, comme le montre ce témoignage de l’ancien maoïste Ali Majri : « Pierre Victor, je l’ai rencontré longtemps plus tard, au milieu des années 80, dans un café proche de la fac de Jussieu où il enseignait la philo. Il avait balancé son marxisme-léninisme aux orties et renoué avec le judaïsme de son enfance. Un judaïsme ultra-orthodoxe ! Il m’a dit : le peuple palestinien n’existe pas. Il n’a pas le droit d’exister. ʼʼ Par la suite il est devenu rabbin... »[1] 

Son parcours est décrit plus en détail dans un autre ouvrage : « Charismatique, porteur d’une hargne sacrée, ce normalien fut le chef de la Gauche prolétarienne avant de devenir le secrétaire de Sartre. Au cours de ce compagnonnage avec le philosophe existentialiste, il est peu à peu revenu à la Torah. En 2000, il a fondé lʼInstitut d’études lévinassiennes avec Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut, deux philosophes qui furent jadis des maoïstes occasionnels. »[2]

Benny Lévy ira jusqu’à lancer ironiquement : « Les Palestiniens ? C’est moi qui les ai inventés ! » Une provocation que son camarade Alain Geismar, ex-animateur du Mouvement du 22 mars et figure emblématique de Mai 68, explicite aujourd’hui ainsi : « Il faut bien voir qu’à l’époque, le Parti communiste régnait sur les ouvriers professionnels. Les seuls auxquels nous avions accès, c’étaient les ouvriers spécialisés, pour la plupart de jeunes immigrés. Or, dans les foyers de travailleurs, on s’était aperçus qu’à cause de leurs rivalités nationales, les Marocains, Algériens ou Tunisiens avaient du mal à militer ensemble. Donc on cherchait un point capable de les unir. C’est comme ça qu’est apparue l’affaire de la Palestine : comme une figure apte à empêcher les immigrés de se taper dessus. »[3]

L’auteur du dit ouvrage, Jean Birnbaum, confirme l’importance du rôle joué par le maoïsme dans l’émergence de la question palestinienne en France. Il écrit que « les jeunes "gardes rouges" ont fortement contribué à populariser la cause palestinienne au sein de la gauche française, à une époque où celle-ci ne s’en souciait guère. Se replonger aujourd’hui dans la collection de leur journal, La cause du peuple, c’est découvrir une rhétorique antisioniste d’une virulence rare […]. Bien plus, le journal maoïste va jusqu’à recycler le vieil imaginaire antisémite »[4]. Ainsi les maoïstes contribuèrent de façon décisive à la création des Comités Palestine, dont Alain Geismar rappelle qu’ « ils étaient bourrés de militants juifs »[5]

Il est une thèse portant sur les leaders de la crise de mai-juin 1968 qui mérite d’être mentionnée. Elle laisse pantois un universitaire spécialiste de l’extrême-gauche, qui avoue qu’il ne « peut ni la contredire ni l’approuver. »[6] Cette thèse nous la devons à l’historienne spécialiste du communisme Annie Kriegel.  (Dossier à suivre)  • 

[1]  Cité par ibid., p. 142.

[2]  Jean Birnbaum, Les Maoccidents. Un néoconservatisme à la française, Paris, Stock, 2009, p. 13.

[3]  Ibid., p. 61-62.

[4]  Ibid., p. 60.

[5]  Ibid., p. 62.

[6]  Jean-Pierre Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 308.

L'ouvrage de l'auteur ...

(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Retrouvez les articles de cette série en cliquant sur le lien suivant ... 

Dossier spécial Mai 68

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

A Rome, une coalition des partis anti-système se précise

elections-en-italie-la-ligue-du-nord-veut-toujours-une-sortie-de-l-euro-600x338.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Depuis leur demi-victoire aux élections du 4 mars dernier, les deux partis populistes, la Ligue et le mouvement des cinq étoiles (le M5S) revendiquaient chacun la présidence du Conseil. Cependant, ni le M5S ni la coalition de droite n’ont réussi à rassembler une majorité.

Ils ont fini par accepter de former ensemble un gouvernement de coalition.

Longtemps réticent à cette perspective, Silvio Berlusconi, patron de Forza Italia et allié de la Ligue, a récemment fait volte-face en déclarant qu’il ne mettrait pas son veto à une alliance entre les deux partis.

De fait, ceux-ci sont tombés d’accord sur un certain nombre de priorités :

– La moralisation de la vie politique italienne et la lutte contre la corruption ;
– Le renforcement de la sécurité intérieure ;
– La lutte contre l’immigration clandestine.

C’est en matière économique que les avis divergent : si le parti des Cinq Étoiles est favorable à l’instauration d’un revenu universel (coût : 15 milliard d’euros), la Ligue milite en faveur d’une baisse générale des impôts.

Le pire scénario pour les euro-béats ?

L’Europe de Bruxelles actuelle n’a les faveurs d’aucun des deux partis : la Ligue veut renégocier les traités et organiser un référendum sur la monnaie unique tandis que le parti des Cinq Étoiles ne cache pas son euroscepticisme. Les espoirs d’Emmanuel Macron de refonder l’Union européenne dans le sens de « plus d’Europe » s’effondrent à vue d’œil : un échec programmé pour la diplomatie supranationaliste et pro mondialiste du couple franco-allemand !

https://fr.novopress.info/210761/a-rome-une-coalition-des...

L'union à droite, c'est possible

Lu dans l'Incorrect à propos de l'union à droite en Gironde :

Capture d’écran 2018-05-14 à 08.16.13

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Génération Identitaire : le harcèlement continue !

GI_11833-100245726-600x338.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
En représailles à l’opération Defend Europe dans les Alpes, le compte Facebook de Génération Identitaire a été fermé, ce qui a suscité l’indignation de Dominique Reynié, directeur de la Fondation pour l’Innovation Politique (Fondapol) qui a déclaré « Facebook s’arroge les pouvoirs d’un juge ! ». Le préfet Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, s’est publiquement réjoui de cette action de Facebook dont il semble être à l’origine. La Fondapol s’inquiète du fait que les géants d’Internet prennent des décisions qui touchent aux libertés publiques en dehors de tout contrôle.

Mais il semble que l’Etat n’ait toujours pas digéré l’humiliation du col de l’Échelle ?

Effectivement, le 11 mai dernier, le procureur de Gap, Raphaël Balland a fait savoir qu’une enquête préliminaire était confiée à la gendarmerie des Hautes-Alpes pour savoir si les militants de Génération Identitaire étaient passibles du délit d’immixtion dans l’exercice d’une fonction publique, en vertu de l’article 433-12 du Code Pénal. Si l’enquête s’avère concluante, les prévenus risquent 3 ans d’emprisonnement et 45000 € d’amende !

Enfin, le 4 mai, une circulaire émanant du Ministère de la justice a été envoyée à tous les procureurs pour leur rappeler l’existence, je cite, « d’infractions visant des comportements hostiles à la circulation des migrants ». Un comble alors que les militants identitaires veulent faire respecter la loi.

https://fr.novopress.info/

TERRORISME ISLAMISTE, ÇA SUFFIT !

unnamed-2.jpg

L’islamisme a, une nouvelle fois, frappé. La précipitation des responsables politiques à saluer le courage et la rapidité d’intervention de la police, et l’emploi malencontreux du mot « exceptionnel » par le Premier ministre pour les qualifier, ne peuvent que susciter l’inquiétude et le doute.

À l’endroit où les faits se sont produits, c’est-à-dire à deux pas de l’Opéra, près de la place Gaillon, il paraît logique que les forces de l’ordre soient à moins de cinq minutes. Ce ne sont pas des policiers spécialisés qui sont intervenus, et le fait qu’ils ont abattu le terroriste, qui s’attaquait à eux, paraît un acte des plus légitimes. Simplement, avant leur arrivée, quatre personnes ont été blessées et une autre tuée. Le bilan aurait pu être plus lourd, a encore osé Édouard Philippe, comme si la sécurité dans l’hypercentre de la capitale, avec des effets évidents sur la renommée touristique de celle-ci, n’était pas une priorité absolue. Les policiers ont donc accompli leur devoir d’une façon qui devrait être normale.

On remarquera simplement qu’un syndicaliste a précisé que ceux qui ont fait face au terroriste n’ont pas droit aux entraînements spécifiques pour intervenir dans ce genre de situation. Les commentaires de l’opposition – de Nicolas Dupont-Aignan, le plus précis, mais aussi de Marine Le Pen, de Laurent Waucquiez et d’Éric Ciotti – sont donc parfaitement justifiés. Les tweets fatalistes et la compassion ne suffisent plus. Il faut des actes, et notamment le rétablissement de l’état d’urgence et les mesures d’expulsion d’étrangers fichés. Les partisans de l’immigration et ceux qui ont les yeux grand fermés sur l’islam, comme le maire de Paris, devraient s’interroger sur leur politique plutôt que d’afficher une émotion qui agace tant elle devient banale et mécaniquement racoleuse.

La politique repose sur la désignation de l’ennemi. Or, celle-ci n’est ni claire ni déterminée. À gauche, on multiplie les amalgames entre intégristes catholiques et islamistes, comme si les premiers s’adonnaient à la violence. On préfère parler de terrorisme ou d’extrémisme, et citer continuellement « Daech » plutôt que de nommer l’État islamique, pour éviter le mot qui fâche, et pour mieux circonscrire le mal. Pourtant, Al-Qaïda, qui sévit en Syrie, sans que nous l’attaquions, est-il différent ? En réalité, comme Alexandre del Valle l’analyse avec une grande précision dans ses deux derniers ouvragesLes Vrais Ennemis de l’Occident et La Stratégie de l’intimidation, le terrorisme islamiste est parfaitement justifié par les textes fondamentaux de l’islam, même s’il n’est évidemment pas soutenu par une majorité des musulmans. Notre étonnante bienveillance à l’égard de pays qui ont, au moins indirectement, soutenu le terrorisme ou envers des organisations, qui développent un prosélytisme hostile à l’assimilation en France, n’est pas éloignée de la trahison, pour des motifs d’intérêts financier ou électoral méprisables. Récemment, M. Erdoğan, à la tête de la Turquie, membre de l’OTAN, s’est permis d’insulter les 300 personnes qui ont lancé un appel contre le nouvel antisémitisme qui se répand dans nos quartiers et, au passage, il a diffamé l’action de la France en Algérie. La mollesse de la réaction française aux propos injurieux de ce « Frère musulman », grand négationniste du génocide arménien, est une honte. Il fallait lui dire comme beaucoup de Turcs : Tamam, ça suffit ! Il est vrai que l’occupant actuel de l’Élysée n’avait pas craint de ternir son propre pays en passant par Alger pour sa campagne.

Pendant que le microcosme du show-biz patauge dans le politiquement correct et les sujets privilégiés qui détournent l’opinion publique des vrais dangers, la menace perdure. Il aurait été assez malvenu qu’une chanson émouvante en faveur de l’immigration à l’Eurovision triomphât le soir d’un nouvel attentat qui appelle à la plus grande prudence dans l’accueil des étrangers. L’auteur est, semble-t-il, tchétchène… Le Festival de Cannes, présidé par une militante immigrationniste et engagé plus que jamais dans la « lutte pour l’égalité des genres », souligne à quel point les questions qui mobilisent ceux qui ont monté les marches sont éloignées de celles qui touchent et tuent parfois ceux qui sont restés en bas.

http://www.bvoltaire.fr/terrorisme-islamiste-ca-suffit/

La Jeanne d'Arc parisienne

32337201_1564229443686355_2306283488174669824_n.jpg

Dimanche 13 mai, les formations monarchistes et celles de la Droite nationale et catholique se sont mobilisées à Paris pour honorer la mémoire de Ste Jeanne d'Arc, héroïne de la Patrie. Malgré les grèves dans les transports, le calendrier émaillé de "ponts" et l'attentat de la veille, les patriotes se sont retrouvés aux différents rendez-vous en nombre respectable.

A 10 h, la Dissidence française de Vincent Vauclin, magnifiques drapeaux claquant au vent, "ouvrait le bal". Puis ce fut l'Action française et enfin le Parti nationaliste français avec Pierre Sidos. La matinée fut donc bien remplie.

32350096_617532941944405_5344799045653102592_n.jpg

L'après-midi, Civitas organisait sa marche entre la statue de Jeanne d'Arc de la Place St Augustin et celle de la place des Pyramides. Là aussi, le cortège ne manquait pas d'allure. Derrière trois cavalières en tête les militants de Civitas et du Parti de la France furent applaudi par de nombreux Parisiens présents sur les trottoirs, en particulier lorsque les slogans contre le terrorisme islamiste étaient scandés. Pour être honnête, il y en avait aussi quelques-uns qui semblaient moins réceptifs à nos thèmes, mais la manifestation s'est déroulée sans incident. Ce qui tranche avec les émeutes gauchistes du 1er mai.

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, est intervenu au cours des rassemblements de la Dissidence française le matin et de celui de Civitas l'après-midi. Notre revue Synthèse nationale fut aussi vendue à la criée tout au long de la journée.

Dans les jours qui viennent, nous reviendrons sur cette journée et nous publierons d'autres photos de cette belle fête nationale de Jeanne d'Arc 2018...

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/05/1...