Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 6

  • Éoliennes : l’affaire du siècle ?

    wind-farm-2856793_960_720-845x475.jpg

    Patrick Lallemand Boulevard Voltaire cliquez ici

    Que va donner le grand débat ? Avec impatience, nous attendons le retour de nos revendications… et nous verrons alors comment nous avons été écoutés ou… enfumés ! Je prends l’exemple de l’éolien, devenu l’un – mais pas le seul ! – de mes chevaux de bataille… Amoureux des vieilles pierres, amoureux de nos paysages si divers et si majestueux, en un mot amoureux de notre pays et de ses habitants, nous avons été des centaines de milliers de Français à crier aux membres du gouvernement : halte à l’éolien !

    Plus de quatre mille associations locales et nationales environnementales et plus d’une centaine d’associations départementales et nationales défendant le patrimoine immobilier et paysager ont demandé, avec force, l’arrêt d’installation des éoliennes sur notre territoire. Ces corps intermédiaires seront-ils un jour écoutés ?

    Sans être exhaustives, voici les principales raisons de notre refus de ces « machines », installées à travers tout le pays par des centaines de promoteurs, menteurs, avides d’argent et manipulateurs auprès des pouvoirs publics et des propriétaires locaux… aidés par l’État français !

    Avons-nous besoin de ce parc éolien ?

    La France est excédentaire en production d’électricité car elle est contrainte d’exporter 11 % de sa production aux pays voisins et à des prix déficitaires ! Donc, nous n’avons aucunement besoin de cette source d’énergie.

    Le parc coûte cher à l’économie française :
    – pour un prix exorbitant de son installation, il n’est utile – ou soi-disant utile – que 25 % du temps (soit vent trop faible, soit vent trop fort !) ;
    – de plus, l’éolienne est totalement fabriquée à l’étranger et les installateurs sont en majorité des étrangers, sous le régime de « travailleurs détachés ».

    Le parc éolien coûte cher aux contribuables. En effet, sur chacune de nos factures d’électricité, la toute petite ligne CSPE (« contribution au service public de l’électricité », prélèvement fiscal sur la consommation d’électricité en France, créé au début des années 2000 et qui ne cesse d’augmenter) est faite pour engraisser les producteurs de ce type d’énergie. Arrêtons leurs éoliennes, cette ligne aura disparu et « notre pouvoir d’achat » sera meilleur !

    Le parc éolien apporte un préjudice certain sur l’écologie des territoires :
    – la pollution des sols : l’énorme socle de béton armé est coulé définitivement dans le sol (car sur les plans technique et financier, rien ne sera réalisable pour l’en sortir) ;
    – l’environnement immédiat de ces « moulins à vent » est déformé : les haies sont arrachées, les bois supprimés et des routes sont créées en plein champ ;
    – un massacre de la biodiversité en détruisant la faune (la chauve-souris, par exemple, espèce protégée car en voie de disparition, ne supporte pas les variations de pression au voisinage des pales).

    Le parc éolien désertifie nos campagnes :
    – La qualité de vie des riverains (jusqu’à 3.000 mètres des éoliennes) est brusquement altérée, touchant même la santé de certains (l’Académie de médecine regroupe tous ces aspects nocifs sous l’appellation « syndrome des éoliennes »). Il serait grand temps de mettre en avant le fameux principe constitutionnel « de précaution » contre ces machines assez monstrueuses au motif de la santé publique.
    – Les biens immobiliers, dans un cercle de plus en plus grand, perdent leur valeur (40 %), le patrimoine naturel et culturel représenté par nos paysages et nos monuments historiques est attaqué. Ainsi, le cadre de vie de nos campagnes ne va plus attirer ce flot de touristes, ni ces familles françaises, vivant dans les villes, désirant se ressourcer durant les vacances dans de petites communes autrefois silencieuses et paisibles…

    L’État saura-t-il prendre en compte l’appel de ces centaines de milliers de Français qui pensent que l’économie, l’énergie, la technique sont au service de l’homme et non l’inverse ? Le cadre de vie d’une famille française doit être en harmonie avec la nature et non déformé et altéré par ces machines bruyantes et anonymes. C’est bien ce qu’ont voulu et même osé dire au gouvernement un président de région (« Foutez-moi la paix avec les éoliennes ») ou un président de département (« Ras le bol, des éoliennes et de leurs promoteurs sans foi ni loi… »).

    L’idéologie antinucléaire, fondée sur une réflexion sans lendemain, et la lâcheté de nos hommes politiques avides d’un électorat soi-disant écologique nous ont apporté cette arnaque financière, véritable saccage de notre pays, véritable désastre économique, véritable « affaire du siècle »…

    NDLR SN, sur le scandale éolien, lire aussi :

    2019 02 EOL PUB LIV.jpg

    Le commander en ligne cliquez ici

    Bulletin de commande cliquez là

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Application de loi contre les “fausses nouvelles” : la censure en marche ?

    Application de loi contre les “fausses nouvelles” : la censure en marche ?

    Décriée lorsque Poutine fait voter le même type de loi en Russie, la loi contre les fausses nouvelles est passée comme une lettre à la poste en France. Si aucun média dominant ne la critique, c’est justement parce que ce sont les médias alternatifs ou de réinformation qui vont en être les victimes. Vous devrez donc compter sur France Inter, France info, France 2, le Monde etc pour vous informer…

    Ce post a vocation à ouvrir le débat notamment en raison du fait que cette loi va s’appliquer à l’occasion de la campagne électorale des européennes et des premiers signes inquiétants apparaissent. Ainsi, Vivien Hoch vient de recevoir ce message de Google :

    Vivien Hoch
     
    @vivien_hoch

    Reçu à l'instant de Google. Et bientôt le gouvernement va couper internet pendant les élections ?
    Comme ça il n'y aura que les canaux officiels radio, télé qui parlent de politique ? 

     
    144 personnes parlent à ce sujet
     
     Ce sont visiblement les prémices de l’application de la loi votée en France :

    Fin décembre, la loi contre les « fake news » a été publiée au Journal officiel. Le texte prévoit de nouvelles obligations pour les plateformes de diffusion, en particulier durant les trois mois précédents des élections générales (présidentielles, législatives, européennes, etc.).

    Une transparence devra être assurée par les opérateurs, du moins ceux dépassant un seuil de connexion. Ils devront alors révéler à chaque utilisateur « une information loyale, claire et transparente » sur l’identité de ceux qui ont payé pour promouvoir « des contenus d’information se rattachant à un débat d’intérêt général » et sur l’utilisation des données personnelles.

    En outre, ils rendront public le montant des rémunérations reçues en contrepartie de cette promotion « lorsque leur montant est supérieur à un seuil déterminé ».

    Facebook, Twitter et Youtube vont être directement concernés et c’est visiblement le cas pour le compte Twitter de Vivien Hoch

    Déjà, le texte fixe à cinq millions de visiteurs uniques par mois et par plateforme, le seuil de connexion au-delà duquel les obligations de transparence s’imposent. Un tel niveau devrait nécessairement concerner Facebook ou Twitter, Youtube/Google ou Dailymotion, et même un grand nombre d’acteurs ayant une certaine popularité.

    Ce qui est surprenant et inquiétant dans le message reçu par Vivien Hoch, c’est que Google demande “d’interrompre les annonces faisant la promotion de contenus d’information se rattachant à un débat d’intérêt général“. Et ce jusqu’à la fin des européennes. Il semblerait qu’il s’agisse d’une interprétation abusive d’une loi délicate à appliquer :

    Le régime est limité dans le temps. De même, la fausse information devra concerner des allégations ou imputations qui « ne recouvrent ni les opinions, ni les parodies, ni les inexactitudes partielles ou les simples exagérations », a prévenu l’institution. Le « lol » sur Twitter devrait donc être sauf. En outre, ces fausses informations seront « celles dont il est possible de démontrer la fausseté de manière objective ».

    Enfin, poursuivent les « Sages », « seule la diffusion de telles allégations ou imputations répondant à trois conditions cumulatives peut être mise en cause : elle doit être artificielle ou automatisée, massive et délibérée».

    En dépit de ces précautions supplémentaires, le Conseil constitutionnel a flairé un risque d’abus. Pour protéger la liberté d’expression, ce régime ne devra être activité qu’en présence de fausses informations dont le « caractère inexact ou trompeur est manifeste ». « Il en est de même, a-t-il ajouté dans sa réserve, pour le risque d’altération de la sincérité du scrutin, qui doit également être manifeste ».

    (…)

    Rappelons que le Conseil constitutionnel a quelque peu raboté la portée de l’expression « contenus d’information se rattachant à un débat d’intérêt général ». Ces informations ne sont que celles en « lien avec la campagne électorale ». Il appartiendra donc à chaque plateforme de déterminer celles en lien et celles qui ne le sont pas.

    Sous cette réserve interprétative, imposée à l’ensemble des institutions, il a jugé ces obligations conformes aux libertés et droits fondamentaux puisqu’elles visent à « fournir aux citoyens les moyens d’apprécier la valeur ou la portée de l’information ainsi promue et contribue par là même à la clarté du débat électoral ».

    Le décret notifié à Bruxelles est censé être applicable à partir du 15 avril. Il devrait ainsi s’appliquer lors des prochaines élections européennes, prévues entre les 23 et 26 mai 2019.

    A suivre de près…

    https://www.lesalonbeige.fr/application-de-loi-contre-les-fausses-nouvelles-la-censure-en-marche/

  • Verbalisés pour port d’un pull illégal !

    image-7-845x475.png

    Sur les pulls de Béatrice et Jérôme était inscrit « Oui au RIC, je dis oui au référendum d’initiative populaire ». 135 € d’amende.

    Ces deux dangereux terroristes regagnaient le métro place de l’Étoile lorsque des policiers ont réussi à les intercepter et ainsi sanctionner cette revendication ambulante. « On a même proposé d’enlever notre pull, mais ils ont refusé », précise Béatrice. En avril, ne te découvre pas d’un fil. Fin mars, non plus. Les températures sont encore assez basses, la place de l’Étoile pleine de courants d’air. Les forces de l’ordre ne pouvaient prendre le risque de voir des gilets jaunes venus de l’Orne attraper un mauvais rhume.

    Condamnés à persister dans leur promotion du RIC, le couple s’est vu expliquer qu’il se trouvait dans une zone interdite à toute manifestation. À l’image des dizaines de personnes verbalisées lors de la Manif pour tous pour avoir porté un sweat-shirt avec le symbole de la famille, le vêtement se voit donc assimilé à une pancarte ou banderole revendicative. Dans ce cadre, que porter ? Un tee-shirt « Che Guevara » est-il un signe ostentatoire de rébellion sur la voie publique ? Un début d’émeute ? Un pantalon rouge ? Un bleu ? Un slip kangourou n’est-il pas la preuve d’un soutien sans réserve à la politique australienne ?

    Lors du passage en caisse dans une supérette, la préposée chargée de comptabiliser mes achats portait un sweat-shirt sur lequel figurait le portrait de Karl Marx. Tétanisé par cet embryon de manifestation, je m’en fus signaler le cas au commissariat le plus proche. Le risque d’attentat à coup de pots de Nutella était trop grand.

    Au micro de France Info, l’un des deux contrevenants de la place de l’Étoile s’insurge : On n’a plus le droit de s’exprimer, en France. » Si, on a le droit. Il suffit de porter le pull sur l’envers. De garder pour soi son message. Sur la doublure ou dans les poches.

    Après inventaire de tous les accessoires vestimentaires, il apparaît que seul le voile islamique ne présente aucun risque de s’attirer les foudres policières. Bien au contraire. La djellaba aux couleurs du RIC placera, également, le manifestant hors d’atteinte des emballements répressifs. La crainte de se voir qualifié de raciste verra le CRS reculer, ouvrir peut-être les portes des boutiques de luxe. L’absence quasi totale de citoyens musulmans parmi les gilets jaunes laisse la place à une nouvelle forme de contestation. Les Black Blocs en burqua noire rivaliseraient, alors, avec les gilets jaunes déguisés en femmes voilées jusqu’aux oreilles. Un Grand Remplacement pour une fois très mal perçu par le pouvoir en place.

    Jany Leroy

    http://www.bvoltaire.fr/verbalises-pour-port-dun-pull-illegal/

  • Samedi prochain, 30 mars, à Rungis : 3e Fête du Pays réel organisée par Civitas

    banniere190321_c3bba664e7.png

    Source cliquez ici

    La 3e Fête du Pays Réel se déroulera le samedi 30 mars 2019, de 10h à 18h, à l’Espace Jean Monnet à Rungis, en bordure de Paris (800 places gratuites de parking et nombreux transports en commun).

    Une fête du Pays réel ? Qu’est-ce donc ? C’est la volonté, durant toute une journée, de mettre à l’honneur la France des terroirs et des clochers dans une ambiance unitaire, conviviale, joyeuse et familiale.

    D’une part, de nombreux stands illustreront l’histoire, la foi, les coutumes, le patrimoine, la culture, le savoir-faire, la gastronomie et le dynamisme de ce Pays réel : éditeurs, associations, congrégations, médias alternatifs, artisans, artistes, viticulteurs, brasseurs et petits producteurs rivaliseront de talents et de richesses à vous faire découvrir. Sans oublier, bien sûr, la très longue liste d’auteurs pour petits et grands qui viendront dédicacer leurs livres ou bandes dessinées.

    Parmi les nombreux exposants inscrits : Action Familiale et Scolaire – ADMP – Artisanat Monastique – Art Terre Europa (peinture sur porcelaine, gravure sur bois, bijoux, artisanat médiéval) – Association Catholique des Infirmières et Médecins (ACIM) – Association de Catholiques du Val d’Oise – Association Missions – Beaverhill (produits bio et naturels) – Boutique de la Trinité – Brasserie Artisanale du Rhin – Caleana Major Art (pyrogravure, dessin et broderie) – Capucins de Morgon – Centre Grégorien Saint Pie X – Cercle National des Combattants (CNC) – Chœur Montjoie Saint-Denis – Civitas – Clémence Meynet (illustratrice) – Compagnie de la Sainte Croix – Cuirs de Caelis (maroquinier de tradition) – Deus Vult – Diffusia (livres et CD) – Dominicains d’Avrillé – Editions Apopsix – Editions Charlemagne – Editions Francephi – Editions Kontre Kulture – Editions Le Retour aux Sources – Editions Librim Concept –  Editions Saint Remi – Editions Reynald Secher – Editions Sel de la Terre – Editions Sigest – Entreprise Lussiaud – Formes et Ombres (objets médiévaux) – Ignace (dessinateur) – Kamouflages.com (matériel de sécurité) – Guillaume Le Baube (artiste peintre) – Librairie Française – Médias Presse Info / Médias Catholique Info – Ordre des Chevaliers de Notre-Dame – Patrimoine et Renaissance (tapisseries) – Parti de la France – Pinatel (dessinateur) – Réseau des Elus Locaux Catholiques – Rivarol – Rosa Mystica – SINJO – SOS Mamans – SOS Tout Petits – Synthèse nationale, Jean-François Talvez (photographe d’art), UNEC…

    Parmi les auteurs annoncés venant dédicacer : Frédéric Andreu, Gérard Bedel, François Belliot, Stéphanie Bignon, Franck Bouscau, Anne Brassié, Valérie Bugault, Lorris Chevalier, M. l’ambassadeur Henry Cuny, Lounès Darbois, Dr Nicole Delépine, Dr Jean-Pierre Dickès, Dr Xavier Dor, Bernard Gantois, Françoise Gondrée, Solange Graff-Triguel, Pierre Hillard, Roger Holeindre, Erwan Kerivel, Jean-Yves Le Gallou, Johan Livernette, Lysistrata, Jean-Claude Martinez, Claude Meunier-Berthelot, Philippe Prévost, Michèle Reboul, Catherine Rouvier, Philippe Randa, Pierre-Joseph Rubino, Reynald Secher, Marion Sigaut, Dominique Tassot, Ernest Kakou Tigori, Claude Timmerman, Hervé Ryssen, Jean-Michel Vernochet, Hristo Xiep…

    D’autre part, tout au long de la journée, des intervenants de qualité se succèderont à la tribune dans une salle réservée à cet usage. Après un mot spirituel de l’abbé Xavier Beauvais et un appel aux militants que prononcera Alexandre Gabriac, s’ouvrira le premier colloque organisé par le Conseil Scientifique de Civitas dont le thème général sera “Grand remplacement : mythe ou réalité” et qui sera décliné par les interventions suivantes :

    • Ouverture du Colloque par Hugues Petit, Maître de Conférences en Histoire du droit et des institutions, président du Conseil Scientifique de Civitas

    • Le grand remplacement, une réalité démographique ? Claude Timmerman, biologiste, statisticien, spécialiste de la génétique des populations

    • L’école « républicaine » contre la France, Claude Meunier-Berthelot, juriste qui a fait toute sa carrière dans l’Education nationale

    • Le grand remplacement vu d’Afrique, Bernard Lugan, historien, africaniste, professeur aux Ecoles de Saint-Cyr-Coëtquidan, il a enseigné à l’Ecole de Guerre, expert auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda

    • Le mélange entre civilisations est-il possible ? Dominique Tassot,ingénieur des Mines et docteur en philosophie

    • Droit de la nationalité et grand remplacement, Franck Bouscau, professeur agrégé des facultés de droit

    • Le grand remplacement religieux, Abbé Chautard, recteur de l’Institut Universitaire Saint Pie X

    • Les grands mensonges sur le grand remplacement, Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration e.r., président de la Fondation Polemia

    • Le grand remplacement, un plan concerté, Pierre Hillard, docteur en sciences politique, spécialiste du mondialisme

    • Conclusion du colloque et de la Fête du Pays réel, Alain Escada, président de Civitas.

    Espace Jean Monnet, 47, rue des Solets 94 Rungis, entrée : 10 €

    Plan d'accès cliquez ici

    Toute la journée, venez nous retrouver sur le stand de Synthèse nationale :

    2019 03 30 civitas sn.jpg

  • Le protégé de l’intelligentzia de gauche, le terroriste marxiste italien Cesare Battisti, reconnaît ses crimes

     
    Il a été pendant des décennies le protégé de intelligentzia de gauche, des bonnes consciences moralisatrices, de Carla Bruni à François Hollande, en passant par l’incontournable BHL, feu le président socialiste François Mitterrand, la chanteuse Lio, l’écrivain Fred Vargas, et tant d’autres tels Philippe Sollers, Guy Bedos, Jacques Higelin, Sapho, Pierre Vidal-Naquet, Dan Franck, Miou-Miou, Georges Moustaki et même le député de l’UMP Jacques Remiller, sans oublier Danièle Mitterrand.
    Toute une gauche de radicaux-chic qui ont soutenu comme un seul homme, ils ont l’esprit de caste !, l’activiste et terroriste d’extrême-gauche, l’ancien leader des Pac, les prolétaires armés pour le communismeCesare Battisti, qu’ils avaient décrété innocent, parce que pur dans son action prolétarienne, des crimes dont une magistrature  ‘fascisante‘ l’avait accusé.
    Après 37 années de cavale et de protection en France et en Amérique du Sud, après avoir été arrêté en Bolivie à la mi-janvier et extradé dans la foulée en Italie, Battisti vient finalement de sortir de son silence de plomb en reconnaissant les crimes pour lesquels il doit purger une peine d’emprisonnement à perpétuité, à laquelle il a été condamné par contumace en 1987. 
    Il a reconnu sa participation matérielle à quatre assassinats durant ces années de plomb italiennes : deux en tant qu’acteur direct, le gardien de prison Antonio Santoro, le 6 juin 1978, à Udine, et le policier Andreza Campagna, le 19 avril 1979, à Milan, et deux autres en tant que complice, un bijoutier, Pierluigi Torregiani, et un boucher, Lino Sabbadin, ainsi que trois « jambisations » (des attaques destinées à blesser aux jambes) et de multiples vols à main armée.
    « Il a trouvé refuge à l’étranger pendant des dizaines d’années en profitant d’une image de victime innocente d’une persécution politique. 
    Maintenant il a décidé de dire la vérité », a déclaré le procureur Alberto Nobili, chef de l’unité antiterroriste de Milan, lors d’une conférence de presse, lundi 25 mars. 
    Le magistrat a par ailleurs ajouté que l’ancien activiste a présenté ses excuses aux familles de ses victimes « pour la douleur qu’il leur a causée »
    Une belle claque pour tous ces intellectuels humanitaristes, bien-pensants, communistes et post-communistes, et cette culture de gauche forte de ses « vérités » idéologiques qui s’avèrent toujours des mensonges ! 
    Une claque d’autant plus tonnante et douloureuse que selon le quotidien italien La Stampa, au cours de sa confession tardive, Battisti n’a pas eu un seul mot de reconnaissance envers ses soutiens, bien au contraire :
    « Je n’ai jamais été victime d’une injustice, je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux. »  
    Francesca de Villasmundo

  • L'école de Marion Maréchal vandalisée

    Marion Maréchal. Photo © KONRAD K./SIPA

    L’Issep Lyon, l’école fondée par Marion Maréchal, a été la cible de dégradations dans la nuit de mardi à mercredi. L’ex-élue dénonce des “ milices d'extrême gauche violentes ”.

    Lire la suite

  • Algérie : l’armée contre-attaque – Journal du mercredi 27 mars 2019

     
    Algérie : l’armée contre-attaque

    Abdelaziz Bouteflika boudé par l’armée. Mardi, le chef d’état-major a demandé l’empêchement du président algérien en espérant ainsi mettre fin à la crise politique. L’analyse de Bernard Lugan dans cette édition !

    Européennes : LREM ou les gamellards

    La liste de la République en Marche dévoilée pour les élections européennes. Derrière Nathalie Loiseau s’enchaînent les opportunistes. Écologistes en mal de mandat, journalistes du système et proches de la Macronie, la liste des copains met le cap sur Bruxelles.

    On achève bien les chevaux

    Poneys, ânes, chevaux, les équidés n’échappent pas à la maltraitance animale. Face aux propriétaires négligents ou inconscients, les associations s’inquiètent de leur difficulté à accueillir de plus en plus de pensionnaires à quatre pattes.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/algerie-larmee-contre-attaque-journal-du-mercredi-27-mars-2019

  • Affronter le terrorisme intellectuel ou mourir – Clément Martin (Les Identitaires)

    corvette-1021x580-600x341.jpg

    Les élections européennes approchent et, malgré une embellie récente, la liste « Les Républicains » peine à décoller. Crédité de 12 % des intentions de vote par les différents instituts de sondage, le parti de François-Xavier Bellamy semble être destiné à finir 3ème, loin derrière le Rassemblement national emmené par Jordan Bardella. S’il se confirme, cet échec ne manquera pas d’être instrumentalisé par les faux amis de la droite qui y verront la démonstration de l’absence de rentabilité électorale d’une ligne trop conservatrice (pourtant assez timorée en réalité). Nous assisterons à une campagne de pression, sur fond d’injonction de modération, c’est-à-dire de soumission à la gauche progressiste.

    La droite face au centre : ce que personne ne dit.

    Le politologue et sondeur Jérôme Sainte-Marie a relevé dans son ouvrage « Le nouvel ordre démocratique » plusieurs exemples démontrant l’inanité de cette volonté de faire plier la droite vers la gauche.

    • En 2007, Nicolas Sarkozy obtenait 31 % des suffrages au premier tour. Ce score, très important pour un candidat de droite, n’a jamais été égalé depuis. À l’époque, malgré une rude concurrence au centre avec la candidature de François Bayrou (qui avait atteint 18 %), le candidat de l’UMP avait réussi à siphonner l’électorat du Front national, récupérant 25 % des voix de ceux qui avaient voté pour Jean-Marie Le Pen en 2002.

    • On oppose souvent à cette campagne victorieuse la défaite de 2012. Pourtant, le détail des chiffres contredit cette analyse superficielle. En effet, les électeurs de François Bayrou s’étaient reportés au second tour sur Nicolas Sarkozy dans les mêmes proportions qu’en 2007 et les reports de voix centristes vers le candidat socialiste furent même moindres en comparaison. La campagne « à droite toute » ne fut donc pas de nature à effrayer les électeurs du centre.

    • Lors des primaires de la droite et du centre en 2016, de nombreux observateurs considéraient qu’en ouvrant la primaire et grâce à une participation forte, Alain Juppé aurait un avantage sur ses concurrents. Leur ligne « droitière » serait nécessairement pénalisée car s’adressant à des segments électoraux rétrécis. Le démenti fut cinglant, François Fillon arrivant finalement très largement en tête avec 44 % des suffrages et une participation totale de 4 millions d’électeurs.

    Les enquêtes d’opinions détruisent les mythes des adversaires de la « droitisation ».

    Le Cevipof (Le Centre de recherches politiques de Sciences Po) montre dans son étude « Vague 10 – Janvier 2019 » que la part de ceux qui se positionnent au centre a régressé et avoisine les 17 %. Dans le même temps, l’ensemble des individus se déclarant de « droite » progresse pour parvenir à 35 %. De plus, les questions identitaires (immigration et islamisation) continuent d’être des priorités pour les anciens électeurs de François Fillon. Enfin, plus de 20 % de ces derniers sont aujourd’hui tentés par le vote pour une liste du Rassemblement national.

    L’injonction modérantiste n’est rien d’autre que du terrorisme intellectuel.

    À la lumière de ces chiffres et de ces faits, on réalise à quel point cette volonté de soumettre la droite au politiquement correct ne repose sur aucune analyse sérieuse. Elle est purement idéologique et n’est certainement pas le reflet d’une quelconque attente des électorats. Il est donc temps de passer à la contre-offensive, de cesser de donner des gages et de s’excuser. Vainqueur celui qui cessera de se justifier !

    Clément Martin

    Texte repris du site deLes Identitaires

    https://fr.novopress.info/214067/affronter-le-terrorisme-intellectuel-ou-mourir-clement-martin-les-identitaires/